Conflit au Sahara occidental : le Conseil de sécurité opte pour l'inaction    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 03 - 2021

Alors que les travailleurs campent sur leur position et poursuivent leur mouvement de grève, les centres d'enfouissement technique des déchets (CET) de la wilaya d'Oran ont rouvert leurs portes, a-t-on appris de la directrice de la société de gestion des CET, Dalila Chellal. En application des instructions des autorités de wilaya, les portes de tous les CET fermés par les travailleurs ont été rouvertes afin de permettre aux camions et bennes de décharger les déchets collectés, a-t-elle indiqué.
Relevant que les travailleurs n'ont pas respecté le service minimum, Mme Chellal a souligné que l'affaire a été transférée devant la justice pour statuer sur la légitimité de cette grève. Les travailleurs des CET de Hassi Bounif, El Ançor, El Braiya et Arzew refusent de reprendre le travail tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites, dont celles de l'amélioration de leur situation professionnelle, l'augmentation des primes de transport et du couffin, le versement de la prime annuelle et la révision de la convention collective.
Il y a presque une semaine, les de l'EPIC CET d'Oran (centre d'enfouissement d'Oran) ont entamé une grève et tenu un sit-in devant la direction générale en signe de protestation contre les conditions socioprofessionnelles qualifiées «d'inadéquates» dans lesquelles travaillent ce personnel.
Une mobilisation des travailleurs et un gel d'activité, tenu sans préavis, selon la directrice de l'EPIC CET d'Oran malgré une séance de conciliation organisée la dernière semaine du mois de janvier dernier en présence des représentants de l'inspection de travail. Pour les travailleurs, il s'agit d'une protestation légitime qui exprime un ras-le-bol «de la hogra, favoritisme et injustice subis par les travailleurs des CET et aussi de l'administration», a indiqué la représentante des travailleurs. Ces derniers ont eu recours à cette action pour demander la satisfaction de leurs revendications dont le départ de la directrice du CET Oran, le payement de la prime annuelle 2018/2019, la mise à la disposition des travailleurs de matériel de protection et engins. Mais du côté de la direction du CET d'Oran, ce mouvement de protestation est illégal du moment qu'il a été tenu sans préavis.
Pour la première responsable du CET d'Oran, ce problème a surgi il y a plus d'un mois lorsque les travailleurs avaient décidé d'une grève pour demander des revendications socioprofessionnelles.
«Des doléances qui ont été prises en charge», a souligné la directrice, «après intervention de l'inspection de travail qui a examiné les revendications des travailleurs et reconnu 3 revendications à satisfaire, à savoir le passage du contrat CDD au contrat CDI, le payement de la prime annuelle et la mise à disposition des travailleurs des tenues de travail». «La direction s'est engagée à prendre en charge ces revendications», nous dira la même responsable puisque «des 145 travailleurs recrutés en CDD, 140 ont bénéficié de CDI. Pour la prime 2018/2019, c'est le conseil d'administration qui est habilité à la débloquer. Pour les tenues de travail, la direction œuvre pour mettre à la disposition de chaque travailleur sa tenue».
Suite à cette séance de conciliation, les travailleurs avaient renoncé à leur mouvement de grève, estime la directrice qui se dit étonnée de voir ce retour à la charge des travailleurs avec, cette fois-ci, selon ses déclarations, «des revendications qui sortent du cadre socioprofessionnel puisque les protestataires ont demandé le départ du chef de service technique, du chef de centre de Hassi Bounif et même le départ de la directrice.
Ce qui représente des revendications dont les motifs ne sont pas clairs». Pour régler ce conflit opposant la direction et les travailleurs, les représentants de l'inspection de travail étaient hier en visite à l'EPIC CET Oran, a indiqué la directrice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.