Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





S'ENTENDRE SUR LES MOTS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 03 - 2021

Ne pouvait-on pas appeler ce que l'on dénomme startup par des intitulés plus clairs et plus simples pour échapper à la pudibonderie des mots et pour que le sujet soit compris par tout le monde y compris par ceux qui sont directement concernés par le sujet ? Les Algériens dans leur majorité ne naviguent pas dans les hautes sphères savantes pour être familiers avec des termes pointus enfantés par des cercles autrement plus avancés qu'eux.
On aura beau expliquer ce qu'est une startup, on ne s'éloignera pas de la compréhension vague au point de lui accorder une largesse sans bornes et la complication devient d'autant plus grande quand elle doit être abordée par la loi.
Il en est ainsi ces derniers jours avec le dernier communiqué du conseil de la monnaie à propos des transactions avec l'étranger et des comptes devises. Après plusieurs lectures, on ne retient de ce qui n'est encore qu'un projet que les opérateurs marchands sont exclus des futures dispositions de facilitations et qu'ils n'auront pas eux aussi droit de gérer le retour en devises, fruits de leurs exportations, comme ils l'entendent. Les services dit-on seront à l'honneur sans une appréciation nette et claire de ce que l'on entend réellement par services. On laisse supposer aussi que les transactions commerciales ne seront pas concernées sans définir avec netteté ce qu'est une transaction commerciale.
Dès lors, il semblerait à priori pour les acteurs économiques qui ne pipent mot aux théories bancaires et financières virtuelles que le sujet n'est pas pris par le bon bout et que les futures dispositions n'auront qu'une aléatoire efficience insuffisante pour donner un dynamisme à la politique d'exportation. Le bon sens amène à s'interroger sur la nature des services à exporter comme si les futurs acteurs algériens étaient les égaux en hardiesse et en génie avec les Sud-Coréens, les Singapouriens ou les Allemands.
N'aurait-on pas dû d'abord se préoccuper du monde agricole et se soucier du producteur dynamique et génial qui mérite d'être débarrassé du mur de fer bancaire et l'accompagner pour qu'il puisse avec aisance avoir accès aux moyens techniques modernes pour inscrire sa production au niveau de la haute compétition mondiale en matière d'exportation ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.