Législatives : Un taux de participation de 14,47% à 16h00    Législatives/centre du pays: les citoyens plus nombreux aux bureaux de vote dans l'après-midi    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Presse régionale: rendez-vous avec le changement    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essais nucléaires en Algérie: Neuf députés français interpellent Macron
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 04 - 2021

Dans une tribune parue le 10 avril dans ‘Le Journal du Dimanche', neuf députés de l'Assemblée nationale française, appellent le Président Emmanuel Macron, de lever le tabou des essais nucléaires «menées au Sahara, dans les années 1960» en publiant «les données et les cartes des zones» des déchets résultant de ces essais nucléaires.
«(...) Vous avez pris différentes initiatives, dont la dernière en date du 9 mars demandant à faciliter l'accès aux Archives classifiées relatives à la guerre d'Algérie pour favoriser le respect de la vérité historique. Vous avez désormais l'occasion d'impulser une action concrète en faveur des populations civiles et de l'environnement qui continuent d'être affectés par des déchets nucléaires enfouis par la France, dans les sables du Sahara; il vous faut la saisir», lit-on dans le texte adressé à M. Macron.
Le document rappelle que les essais nucléaires menés dans le Sahara algérien ont «laissé une empreinte radioactive indélébile». «Courant février, le ciel d'une large partie de la France a arboré une teinte orangée créant une atmosphère particulière. Le sable du Sahara, porté par les vents, est à l'origine de ce phénomène. Selon les analyses de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, ce sable avait des teneurs en Césium-137 (élément radioactif) supérieures à la moyenne, mais sans danger pour l'être humain», ajoute le document.
«Dix-sept explosions nucléaires entre 1960 et 1966, atmosphériques et souterraines, ont été réalisées à Reggane et In-Ekker, pour tester la bombe atomique française. En 2021, les connaissances sur ces essais, sur les accidents (Béryl, Améthyste, Rubis, Jade) et leurs conséquences sont nombreuses. Mais il manque toujours des informations clés, concernant les déchets (nucléaires ou non) pour la plupart enfouis, volontairement, dans les sables, pour assurer la sécurité sanitaire des populations résidant dans ces zones, protéger les générations futures et prendre les mesures nécessaires et appropriées, en vue de la remise en état de l'environnement», affirment les signataires.
Ils rappellent les différentes démarches menées depuis plus de deux décennies, par d'autres parlementaires, pour faire publier les «données précises» sur ses essais. «Plusieurs d'entre nous ont ainsi souhaité disposer d'informations supplémentaires pour comprendre la réalité de cette pollution. Nos questions écrites et orales adressées à la ministre des Armées et à la ministre de la Transition écologique ont fait l'objet de réponses qui démontrent une même volonté de conserver une certaine opacité sur ce sujet», affirment encore les neuf députés.
Pour libérer les données sur les essais nucléaires dans le Sahara algérien, les signataires demandent la modification de la législation qui interdit la publication de ces informations. «Pour obtenir un début d'information objective sur ce sujet et engager la résolution de cette crise sanitaire et environnementale, il vous appartient, M. le Président, avec le gouvernement, de faire sauter le verrou législatif en déposant un projet de loi qui viendrait modifier l'article 17 de la loi du 15 juillet 2018, relative aux archives».
Si une telle démarche est adoptée, elle serait, dans le sillage de l'initiative «du 9 mars demandant à faciliter l'accès aux Archives classifiées», «un gage de votre bonne volonté vis-à-vis des autorités algériennes qui considèrent, à juste titre, cette question comme prioritaire. En levant ce tabou, la France sortirait grandie et vous pourriez mettre les actes en cohérence avec les intentions, dans une nécessaire transparence», affirment les signataires de la tribune.
Les neuf députés signataires de cette tribune sont issus de plusieurs Groupes parlementaires (constitués de plusieurs partis politiques) représentés à l'Assemblée nationale française dont deux issus de la Polynésie française où des centaines d'essais nucléaires ont été réalisés en moins de trois décennies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.