Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin de mission ou redéploiement ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 04 - 2021

Les Etats-Unis ont décidé de mettre fin à la « guerre sans fin » en Afghanistan en retirant leurs troupes militaires, déployées dans ce pays il y a de cela vingt ans dans le cadre de la lutte antiterroriste, après les attentas du 11 septembre 2001. La décision d'une souveraineté indiscutable fait des vagues au sein des pays alliés des Américains, engagés militairement sur le sol afghan, et qui vont également, par logique collaborative, retirer leurs soldats de ce pays, mais elle paraît anodine pour le monde musulman. Excepté les Iraniens qui voient en ce retrait des troupes américaines une manière de renforcer et rediriger l'arsenal militaire US pour de nouvelles missions contre eux, ainsi que d'autres pays frontaliers, dont la sécurité serait directement menacée par une fragilité politique qui peut entraîner l'Afghanistan dans la spirale de la violence, les autres semblent se positionner hors champ d'influence de ce qui se passerait à l'autre bout du monde.
Pourtant, tout inciterait à l'inquiétude, du moins à penser l'après retrait US de ce pays toujours instable où plane la menace d'une guerre civile meurtrière qui ne manquerait pas d'avoir des conséquences directes et indirectes sur tous les pays, d'Orient en Occident. Quel développement pourrait avoir le présent retrait des troupes américaines, qui se fera progressivement avec une date symbolique du 11 septembre (20e anniversaire des attaques terroristes contre les tours jumelles à Manhattan et le Pentagone) comme échéance limite ?
«L'Afghanistan risque de redevenir une base pour les terroristes internationaux qui planifient et organisent des attaques dans nos pays et l'Etat islamique pourrait reconstruire en Afghanistan le califat de terreur qu'il a perdu en Syrie et en Irak.» C'est une conclusion préventive établie par le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lorsqu'en 2020 les Etats-Unis ont annoncé l'entame de leur retrait militaire de l'Afghanistan, puisque cette volonté était affichée par les deux prédécesseurs de l'actuel président américain.
En tout cas, le président américain, qui a rappelé le 14 avril dernier, dans un discours solennel depuis la Maison Blanche, qu'il est «le quatrième président américain à gérer la présence militaire américaine en Afghanistan», promettant de ne pas transmettre «cette responsabilité à un cinquième», a également estimé dans ce contexte que la mission de l'US Army, qui était de «s'assurer que l'Afghanistan ne serve pas de base pour attaquer à nouveau» l'Amérique, a été «remplie». L'Amérique met fin à la plus longue guerre, vraiment ? Les enjeux de ce mouvement militaire, qui fixent les primautés de la politique étrangère de la nouvelle administration américaine, vont effectivement mettre fin à la guerre en Afghanistan pour les Américains mais pas à la guerre entre Afghans, qui sont encore au stade délicat des négociations entre le gouvernement, affaibli par le départ des troupes américaines, et les Talibans, les plus grands gagnants dans un pays qui revient à la case départ.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.