Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tomate n'a pas partout le même goût
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 04 - 2021

Il est assez curieux que ce soit ceux qui ont un pied dans la vie moderne qui se plaignent le plus de la mal-vie en saisissant la moindre occasion pour pester contre les innombrables déconvenues que subit le pays. C'est que l'Algérie avance ou recule, selon les perceptions des uns ou des autres, avec des cadences non parallèles différentes d'un monde rural où le jour ne s'est pas encore totalement levé et celui urbain où la nuit annonce sa tombée. Les Algériens ne sont pas égaux. C'est un fait.
A moins d'une centaine de kilomètres à peine des grandes cités, des enfants dans leur lourde épopée se farcissent encore tous les jours deux à trois heures de marche, sous la pluie ou sous un soleil brûlant, pour se rendre à leur école sans rechigner. Pour eux et pour leurs parents, le tramway et le métro sont des plaisanteries. Plus loin, très loin dans la profondeur du Sahara, des Algériens bercés par une quiétude à toute épreuve entreprennent des voyages de plusieurs jours à dos de chameaux pour aller puiser on ne sait d'où quelques provisions d'eau. Les populations, de fait, avec leurs perceptions différentes sur l'existence ne voient pas toutes midi à leurs portes pour accorder au temps et aux distances une évidente élasticité. Indépendance et souveraineté adoptent alors une teinture indéfinie pour que le sens de la démocratie soit extensible à l'infini ou exagérément réduit en fonction des trajectoires des vies.
A un vieux campagnard, bien après l'indépendance, on avait demandé ce qu'il pensait de la justice, du développement et de la démocratie. Benoîtement, il s'est contenté de répondre qu'il était d'accord avec tout ce qu'exigerait de lui le général De Gaule. Blague à l'arsenic ou vraie anecdote, elle pourrait illustrer la réalité d'un état des lieux.
La misère ou le bonheur des hommes ne seraient peut-être que des spectres indéfinis puisque de toutes les façons tout a une fin. La tomate à 160 dinars le kilo et la pomme de terre à 100 n'ont pas le même goût partout. Mais érigées en débat national, au centre des inquiétudes, on leur donne une âcreté presque déshonorante. Quand un peuple est sans cesse tenaillé par de tels soucis, c'est qu'il recule au lieu d'avancer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.