Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brigitte Bardot, chiots, chats et être humain
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 07 - 2021

Une lettre adressée au président Tebboune par la célébrissime Brigitte Bardot et dont nous sommes aussi destinataires ne permet pas de savoir s'il faut faire preuve d'empathie ou au contraire céder à la tentation des sourires hébétés. L'ancienne plus belle femme du monde, aujourd'hui à la tête d'une fondation protectrice des animaux, supplie avec un pathétisme marqué le président algérien de s'engager dans une lutte sans merci contre la torture que subissent chats et chiens en Algérie. «Nous sommes des êtres humains, vous ne pouvez pas accepter que de telles abominations soient pratiquées sur des animaux qui n'ont commis aucun délit sauf celui de naître», écrit-elle.
Age et rides très avancés obligent, la divine actrice star qu'elle a été est dans un autre nouveau rôle qu'elle a choisi. Son activisme remarquable pour le bien des êtres non pensants est un choix respectable et elle est en droit d'attendre une écoute engagée. Mais pour entendre ses prières et ses recommandations, on ne peut pas faire table rase de son engagement forcené avec l'extrême droite française qui considère l'émigration humaine et son errance comme un danger pour son pays. Dans ses sorties médiatiques, elle a toujours affirmé qu'elle était farouchement opposé à l'humanisme dont les humains errants avaient droit. On est forcément interloqué quand on constate que des émotions et des compassions soient affichées par ceux qui acceptent des chiens dans leurs lits mais refusent farouchement d'accorder un bout d'air à un émigré. On s'interroge alors sur la nature et le bien-fondé de la signification donnée à la charité et on se demande par quel vecteur la civilisation humaine est portée. S'appliquer à mettre à la disposition des cabots hôtels, salons de coiffure et esthéticiennes et pester en même temps contre un être humain de passage qui ose mettre un pied sur un trottoir ne peut que choquer.
Les millions de femmes et d'enfants emprisonnés sous le dôme des bombes et qui n'ont pour musique à écouter que le crépitement des kalachnikovs ou les désespérés engloutis par les mers et qui n'ont pour stèles que les épaves des océans, auraient dû être tentés de se transformer en chiots.
Dans sa lettre adressée au président Tebboune pour défendre la nature animale, madame Brigitte Bardot aurait pu aussi l'éclairer sur le sens qu'elle donne à l'être humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.