Liga: encore un 0-0 pour l'Atletico    L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Allah ghaleb» !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 07 - 2021

Non, je ne parlerai pas du maudit virus. Ni de tous ceux qui nous dessinent, comme un destin effroyable, une fin du monde proche, alors que nous ne savons pas vraiment quel monde voulons-nous. Je ne veux pas parler du mouton ni de Panurge, ni même de la colère qui gronde au sud du pays. Ni d'un énième « contre-feu», allumé à Khenchela, Tébessa, Tikjda... Non, je veux parler de moi, de mon pays : l'Algérie. Parce qu'à regarder de près ce dégoût de vivre qui s'empare d'Algériens, il y a peut-être de quoi trouver matière à comprendre pourquoi le pays semble tirer vers le bas. L'on dit aujourd'hui que si trois Algériens sur quatre aiment leur pays, le quatrième néglige trop «sa» patrie, au point qu'il n'a jamais les moyens de payer ni loyer, ni l'électricité ni même le gaz, sauf, peut-être, son mauvais plat quotidien, son abonnement Internet, ou son flexy biquotidien. Parce que l'on dit aussi que l'Algérien de Z'dama comme celui du petit village «coincé» là-bas entre Sidi Balak et Aïn-peut-être, passe au moins huit heures par jour (plus qu'il ne boulotte !) à parler au téléphone sans que personne ne trouve aucun mal à deviner sur quoi il pourrait bien «déblatérer», pendant tout ce temps qui ne veut pas mourir.
L'Algérien, seul capable de se parler à lui-même, trouverait même le moyen de se rendre la vie facile au point de vouloir transporter le monde sur son dos. Tout vouloir réduire à la taille d'une seule main. Comme porter tout à la fois (en bandoulière) sa garde-robe, son garde-manger, son poste TV, son frigo, son matelas à ressorts, son bahut à chemises délavées, ses chaussures usées et même ses chaussettes nippées. Il voudrait même porter avec lui sa mère sur le dos et sa femme sur la tête. L'Algérien a un besoin si irrépressible de parler qu'il est capable de dire tout, n'importe comment, à l'endroit, à l'envers, la bouche pleine, l'estomac vide, dans n'importe quelle langue, dans toutes les positions, avec tous les mots qui lui «transitent» par la tête. Il faut bien se convaincre que l'Algérien a une soif irrépressible de «se dire» à l'autre, de montrer sa langue fourchue à tous, son nez bien droit et ses pieds bien plats.
Certains ont même leur manière propre de prouver leur vie aux autres, comme ces jeunes épris d'une nouvelle mode, celle d'investir tous les «murs», juste pour dire son sentiment à l'égard d'un être aimé, son fiel à en revendre, son rêve d'aller sur la lune, ou carrément son rejet total et violent d'une société qui le cloue au mur de toutes les incompréhensions. L'époustouflant succès des «machins parlants» en Algérie s'expliquerait aussi par ce «cas particulier» à nous autres Algériens, celui d'actionner son portable partout et nulle part, dans la rue, sur le toit d'un moulin à vent, coincé dans un bus ou un taxi, sous la douche, au boulot, suspendu entre ciel et terre, juste pour demander qu'est-ce qu'il y a à becqueter à midi, le navet programmé pour la soirée sur l'unique, le temps qu'il fera demain la veille ou même la date du prochain Muharram.
Face à nos terribles désinvoltures, quoi faire, sinon que d'opposer ce sésame passe-partout de «Allah Ghaleb», certainement religion déclarée du peuple. Mais l'Etat peut-il être tout le pays, cette gigantesque machine en panne, incapable de faire face à ses trop nombreuses ornières ?!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.