PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelques frasques du palais royal à travers les âges: Le Maroc ne respecte ni ses «amis» ni ses voisins
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 07 - 2021

On se rappelle en 2015, le déplacement du président français et de son ministre des Affaires étrangères au Maroc les 19 et 20 septembre. L'ACAT, Euromed Droits REMDH, la FEMED, la FIDH, la LDH et Survie avaient alors exprimé leur préoccupation devant la possibilité qu'à cette occasion Abdellatif Hammouchi, directeur de la DGST marocaine, malgré qu'il soit soupçonné de complicité de torture, soit élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur.
Le communiqué d'un collectif dont la LDH fait partie avait alors dénoncé ce fait en précisant qu'il est «inacceptable que la Légion d'honneur qui distingue des personnalités ayant rendu des services à la France ou encouragé des causes qu'elle défend (défense des droits de l'homme, liberté de la presse, causes humanitaires…) soit remise à une personnalité mise en cause pour complicité dans une affaire de torture». Des plaintes ont été déposées par l'ACAT aux côtés de victimes alléguant avoir été torturées au Maroc avait requis l'audition de M. Hammouchi. Le Tribunal de grande instance de Paris a fait suite à la délivrance par le parquet d'une dénonciation officielle aux autorités marocaines à l'encontre de M. Hammouchi. C'est alors qu'à la suite de ces procédures, les autorités marocaines, «fâchées» avec leurs amis français, ont interrompu toute coopération judiciaire avec la France, et adopté des mesures de rétorsion.
Autres frasques royales :
Christine Daure-Serfaty qui s'est très tôt intéressée au peuple marocain dont elle avait épousé le destin, restera comme l'une des héroïnes de son inlassable combat pour les droits humains. Elle s'en souviendra quand, devenue professeur d'histoire et géographie, elle part en 1962 enseigner au Maroc. Tombée sous le charme du pays, elle en épouse les résistances et les espérances, face à la monarchie absolue de Hassan II. Au début des années 1970, elle accepte de cacher l'homme qui dit non à ce roi despote, le clandestin Abraham Serfaty. En vain. Il est arrêté, torturé, condamné. Elle est inquiétée, interrogée, expulsée. Christine Daure-Serfaty n'eut de cesse de révéler au grand jour l'histoire si cruelle du bagne de Tazmamart, cette prison de la mort où, pendant dix-huit ans, des hommes vécurent l'enfer pour assouvir la vengeance d'un seul, le Roi. Dans un livre paru chez Stock en 1992, elle raconta son enquête minutieuse pour réussir à localiser et à dévoiler ce trou noir du pouvoir absolu, hantée par cette horreur dès qu'elle en reçut les premiers témoignages. « Tazmamart, écrivait-elle, m'a habitée, envahie si longtemps. Tout au fond, il rejoignait le cauchemar qu'ont fait tous les enfants : seuls dans le noir, enfermés, ils appellent leur mère et personne ne vient car personne ne les entend ».
Puis cela continue avec l'arrivée de Mohammed VI à la tête du royaume.
Très vite au Maroc et dans le monde, s'est posée la question de la filiation du nouveau souverain marocain. De sources des proches du Palais, il semble que le père biologique de Mohammed VI serait Mohamed Mediouri, ancien chef de la sécurité de Hassan II. La mère de Mohammed VI, Lalla Latifa (veuve de Hassan II) et son amant Mohamed Mediouri (père biologique de Mohammed VI) a décidé d'émigrer à Paris pour fuir tout ce qui se raconte çà et là sur ses amours avec Mediouri, son amant lors du règne de Hassan II. Et alors que Mohamed Mediouri et Lalla Latifa partagent leur temps entre leurs deux appartements de la rue de Berry à Paris et du boulevard Maurice Barrès à Neuilly, le roi Mohammed VI n'a pas apprécié d'être contrarié lorsque Mediouri a décidé d'émigrer à Paris avec Lalla Latifa. On les voit parfois rue Winston à la Résidence royale, ce que le nouveau souverain considérait comme un affront, un crime de lèse-majesté. C'est sans doute pour cela que Mohamed Mediouri a été agressé à Marrakech. Alors que son chauffeur a été tabassé par un groupe de 7 personnes dont au moins 1 était armé, l'ancien chef de la sécurité personnelle de Hassan II s'en est sorti indemne. Mohamed Mediouri a été victime d'une «agression» par des hommes armés, dans des circonstances « mystérieuses », ont rapporté mardi des médias marocains. Tous les commentaires sont unanimes : il s'agit d'opération qui visait à le dissuader de se rendre au Maroc, où il n'est pas apprécié par le pouvoir, le roi Mohammed VI en premier !
Relations tendues avec l'Algérie :
Le vacarme soulevé par le Maroc contre une décision de la Cour européenne de justice prise le 10 décembre 2015 sur la non-reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental a énervé les Marocains parce qu'ils n'ont pas eu ce qu'ils voulaient : ils auraient voulu que l'instance européenne décrète que le Front Polisario n'est pas digne d'être une personnalité morale pour avoir le droit à solliciter la justice européenne.
Des vrais rêveurs, ces sujets de Mohammed VI ! Ce qu'ils ont obtenu, c'est l'effet inverse, étant donné que la Cour européenne de justice est un organe indépendant des institutions politiques européennes (PE, CE et Commission européenne). Les responsables marocains ne sont pas près de comprendre cette indépendance de la justice dans les pays réellement démocratiques, puisqu'au Maroc, la justice est utilisée comme arme pour soumettre tous les individus qui osent lever la voie contre la répression et la corruption dans le royaume de Mohammed VI.
La gifle donnée par l'Europe au Makhzen s'ajoute à celle qui vient d'être assénée par les Pays-Bas qui ont refusé la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. Ils imputent ces déboires aux Algériens qui soutiennent le Polisario. Les autorités marocaines ont beau courir à gauche et à droite, mais la communauté internationale refuse de leur accorder le statut de propriétaire de l'ancienne colonie espagnole.
Alors, le Maroc s'en prend à l'Algérie qui soutient le processus d'autodétermination des peuples. Ceci s'est manifesté encore une fois lorsque le consul général du Maroc à Oran avait osé qualifier l'Algérie de «pays ennemi» alors qu'il s'adressait à des ressortissants marocains qui demandaient à leur représentation d'agir pour leur permettre de rentrer au pays suite à la fermeture des frontières conséquemment à la crise sanitaire mondiale.
S'agissant de sa gestion du royaume, Mohammed VI ne se refuse rien ! Il semblerait que d'accablantes révélations se font ici et là sur les frasques du roi marocain. En effet, Mohammed VI serait le monarque le plus corrompu du monde selon un journal français.
Une fausse légende lui avait été attribuée, faisant de lui le « roi des pauvres ». Mais, au fil des ans, cette fausse image a vite fait de s'effilocher avant de se dissoudre totalement dans les orgies de luxe et de luxure dans lesquelles se complait à s'avachir ce souverain aux frasques désormais tonitruantes et légendaires. Des révélations qui nous sont faites à propos de son intimité évoquent son fol amour pour la France. Pourtant il ne se gênera pas d'espionner le téléphone personnel d'Emmanuel Macron et d'autres personnalités politiques françaises comme nous le démonterons ci-dessous.
Pour revenir à ce roi corrompu, qualifié de « milliardaire ostentatoire » et « provocateur », il faut savoir qu'au plus fort de la pandémie de coronavirus, Mohammed VI, qui a appauvri et réduit au chômage près de la moitié de ses sujets, a acquis pour la bagatelle de 80 millions d'euros un hôtel particulier en plein VIIe arrondissement parisien, un des plus onéreux de la capitale française. La propriété en question s'étend sur 2.145 mètres carrés, sur trois niveaux, piscine couverte avec des terrasses et des jardins à couper le souffle. Loin de s'arrêter en si «mauvais chemin » dans sa fièvre acheteuse, nous apprenons également qu'il a également procédé à l'acquisition d'un jet privé Gulf-Stream d'une valeur de pas moins de 60 millions d'euros au profit de son fils Moulay Hassan, âgé de 18 ans à peine.
La fortune globale de Mohammed VI et de sa proche famille « donne mal à la tête. En effet, elle est estimée à pas moins de 6,97 milliards d'euros, dont 4,85 milliards d'euros appartiendraient à Mohammed VI en personne, ce qui en fait le cinquième monarque le plus riche du monde.
Vie publique, vie privée
Qu'est devenue la princesse Lalla Salma épouse de Mohammed VI ?
Sous le titre de «Secrets de la maison royale marocaine: le roi gay et la princesse invisible», le média people espagnol Monarquias. com s'est posé la question suivante au sujet de la disparition de la princesse Lalla Salma : s'agissait-il d'une séparation conjugale tout à fait normale ou d'un contrat qui a maintenant pris fin ? Mystères et révélations. Lire les détails sur le lien suivant : https://moroccomail.fr/2021/05/03/maroc-lalla-salma-separation-conjugale-ou-fin-de-contrat-media-espagnol/.
Pendant 14 ans, Lalla Salma a été le visage beau et amical de la maison royale alaouite. En 2002, elle a donné naissance à son premier enfant, le prince héritier Moulay Hassan, et peu après à sa deuxième fille, la princesse Lalla Khadija. Lorsque la fillette atteint l'âge de 10 ans, sa mère disparaît du palais et de l'agenda officiel, son nom ne figure plus sur la liste des participants aux grandes pompes de la cour et les sœurs du roi la remplacent comme « premières dames ». Certains disent que Lalla Salma n'est plus de ce monde, d'autres prétendent qu'elle vit confortablement dans une villa de l'île grecque de Kea après avoir rempli la mission pour laquelle elle a été engagée : donner des héritiers à un roi gay.
L'espionnage, une spécialité marocaine
Le Maroc et ses services espionnent, grâce à un maliciel, des personnalités politiques et des médias à travers le monde. C'est ainsi que le président français Emmanuel Macron et d'autres personnalités en furent les victimes ciblées par un logiciel espion, actionné par le Maroc pour prendre le contrôle des téléphones portables de leurs cibles, en extraire des mails, leur répertoire, les localiser, accéder à leurs photos. Même leurs messageries chiffrées ne lui échappent pas. Et, plus grave, il peut activer leurs micros et leurs caméras. Le royaume marocain n'en est pas à ses premières frasques dans ses relations avec ses « amis français » qui lui permettaient tout ! Même la famille et l'entourage du roi Mohammed VI ne sont pas épargnés. Des numéros de téléphone de plusieurs personnalités politiques du monde ont été sélectionnés pour un éventuel ciblage par le logiciel espion Pegasus, employé par le Maroc pour espionner même les dirigeants de pays dits amis !
Les nouveaux rapports de la France suite à l'élection présidentielle et l'installation d'un nouveau président en Algérie en 2019, après l'éviction de Bouteflika, une hypothèse, seraient l'une des causes de cet espionnage. Il est désormais établi que le chef de l'Etat français Emmanuel Macron a été inscrit, en 2019, sur une liste de personnalités à placer sous surveillance, établie par un service de sécurité du royaume marocain. Les informaticiens du Security Lab d'Amnesty International ont pu déterminer que son téléphone portable avait été visé à trois reprises en juillet 2019 par Pegasus. Si l'on venait à énumérer tous les dépassements du royaume marocain de Hassan II à Mohammed VI, il nous faudrait plusieurs volumes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.