La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    UEFA-FIFA : L'Europe dit non à une Coupe du monde tous les 2 ans    La scène médiatique en deuil    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    La pointure du monde    À quand le vrai bonheur?    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les raisons du processus inflationniste    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Le FFS contre-attaque    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Vers une hausse des salaires    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MC Oran: Encore une saison ratée !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 07 - 2021

Les dernières illusions du Mouloudia d'Oran se sont envolées avant-hier au stade Ahmed Zabana après avoir été tenu en échec par le CSC. A l'issue de ce nul, le MCO a dégringolé à la cinquième place après avoir été dépassé par l'USMA et qui reste sous la menace du MCA et de la JSK. Face à l'USB et au CSC, les «Rouge et Blanc» ont perdu la bagatelle de cinq points, alors qu'il y avait de la place pour deux victoires. Contre le CSC, le MCO n'a pas été, encore une fois, convaincant sur le plan de jeu, et encore moins sur la stratégie tactique adoptée en fonction des circonstances du match. Les Mouloudéens d'Oran n'ont à aucun moment prouvé leurs capacités à exploiter l'infériorité numérique des Sanafirs pendant 43 minutes, temps additionnel inclus, après l'expulsion de Dib. Les Oranais, par manque de créativité, ont trop abusé de jeu latéral et en retrait, ce qui a permis au CSC de s'organiser défensivement devant les enchaînements désordonnés des locaux.
Aussi, le MCO a continué à évoluer avec deux milieux de terrain à vocation défensive, Legraâ et Boutiche, au moment où le renforcement offensif s'imposait pour trouver la faille dans la défense adverse pour débloquer la situation. En un mot, le MCO a de nouveau prouvé ses limites et a confirmé qu'il n'a pas l'étoffe d'un prétendant au podium, au grand dam de son merveilleux public qui ne sait plus à quel saint se vouer. Ce qui signifie clairement que le Mouloudia d'Oran n'a pas les moyens pour rivaliser avec le groupe de tête. C'est la froide réalité du terrain et de ce qui se trame autour du club en matière de gestion. Qui est-ce qui gère le club prétendu professionnel en l'absence du président à l'étranger depuis près de deux semaines ? Qui est l'interlocuteur officiel du club durant cette période ? On n'en sait rien. C'est la confusion si l'on tient compte des clans de certains joueurs et la gestion technique de l'équipe.
Au Mouloudia d'Oran, n'importe qui fait n'importe quoi, loin de tout projet sportif. Aujourd'hui, la réalité est là et bien là. Il y a une nuance entre imposer des joueurs pour leur permettre un temps de jeu et améliorer leur cote à la veille du mercato estival, et jouer pour l'intérêt du club et son prestige. Sans prétention aucune ou manque de respect au club, à son histoire, aux hommes qui l'ont créé, aux joueurs et à leur formidable public, le Mouloudia d'Oran est loin du compte. Où sont ceux qui ont affirmé que les joueurs se sont libérés après le départ de Madoui ? Où sont ceux qui ont mené une campagne de déstabilisation pour précipiter le départ du technicien sétifien ? Où est le conseil d'administration ? Combien de managers se sont succédé au Mouloudia ? Combien d'intermédiaires se sont immiscés dans le recrutement ? Qu'en est-il de l'affaire relative à la venue d'une société étatique ?
Le MCO est malheureusement otage de certains intérêts compte tenu de ce qui se trame dans les réunions secrètes pour d'éventuels changements au niveau du CA. A cette cadence, le MCO est bien parti pour ne plus exister. A qui la faute ? Oran est-elle devenue orpheline de ses hommes pour préserver l'image de marque d'un patrimoine national comme Mouloudia d'Oran ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.