Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La bonne affaire pour l'Afrique ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 08 - 2021

Par la force des évènements, l'Afrique se fraie un petit chemin sur la voie de la production des vaccins anti-Covid. L'Algérie, l'Egypte, l'Afrique du Sud, le Maroc et le Sénégal sont très bien placés pour produire sur le court terme, et en grandes quantités, les vaccins anti-Covid. Fini les inquiétudes au sujet du manque d'accès aux vaccins pour les pays africains, qui pourraient sur le court terme se procurer les doses nécessaires auprès de ces cinq pays, et plus encore si d'autres rejoignent ce club des pays producteurs de vaccins sous licence ? A entendre ces nouvelles, on pourrait avoir l'espoir pour l'Afrique qui fait face à une troisième vague qui s'amplifie et s'accélère gravement sur le continent, où « un tiers des pays africains vit une dangereuse résurgence de cas » , selon l'OMS, contrairement aux deux premières vagues qui n'ont pas fait beaucoup de dégâts. D'où l'exigence d'un approvisionnement urgent en vaccins pour éviter tout scénario catastrophe. Et, comme il ne faut pas compter sur un approvisionnement rapide en vaccins de plusieurs de pays africains, on ne peut miser que sur l'entrée en production des sérums par ces pays africains.
Souffrant toujours d'un énorme retard en matière de vaccination des populations locales, avec des taux parmi les plus faibles au monde, 90% des pays africains ne peuvent pas atteindre l'objectif mondial de vacciner un dixième de leur population d'ici septembre, selon des estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Afrique ne peut plus compter que sur elle-même. Le déséquilibre entre les pays riches et les pays pauvres est flagrant en matière de vaccination. Et, sans s'émouvoir, les pays riches sont allés jusqu'à interdire toute exportation des vaccins avant qu'ils n'aient fini, eux, de mettre à l'abri leur population. Le mécanisme Covax qui a redémarré ces derniers jours son approvisionnement des pays pauvres, après un arrêt de plusieurs mois, n'a pas encore atteint ses objectifs, à cause d'une faiblesse de la production des vaccins ou l'impossibilité d'assurer les commandes pendantes de pays « prioritaires », qui ont été les premiers à conclure les marchés avec paiement à l'avance de leurs commandes.
Donc, il n'y a pas mieux que la production des vaccins par des pays africains pour régler les défaillances en matière de taux de vaccination des populations locales. Et, on n'aurait pas tant espéré si la Russie et la Chine n'avaient pas fait les premiers pas dans cette direction. Européens et Américains ne se sont décidés qu'après avoir compris que le marché africain allait leur échapper, suite à une implantation des Russes et des Chinois en Algérie, au Maroc et en Egypte. C'est alors que les vaccins produits par des laboratoires européens et américains ont annoncé leur entrée sur le continent africain, au Sénégal et en Afrique du Sud. Une bonne affaire pour l'Afrique ? Assurément. Que cela soit fait dans un esprit humanitaire et/ou commercial, les pays africains devraient tirer profit de cette compétition et œuvrer, surtout, pour le transfert de la technologie qui leur permettrait de produire à l'avenir les médicaments et les vaccins qui leur manquent affreusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.