Recommandations pour mieux digérer les aliments    Liga : Le Barça s'en sort bien face à Grenade    Thérapie du «sérum»?    Flot juvénile    Une rallonge de 14 milliards de DA accordée: Livraison de la pénétrante portuaire en février 2022    Youcef Aouchiche, premier secrétaire du FFS: «Notre participation vise à défendre l'unité nationale»    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Education: Une rentrée scolaire difficile    Cherté des articles scolaires: Les ménages à faibles revenus mis à rude épreuve    Incendies de forêt: L'enquête étendue à 30 wilayas, 71 suspects arrêtés    Les dessous de la corbeille    Mini-scandale à l'aéroport d'orly    Le Mali invoque sa souveraineté    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Lamamra sur son terrain à New York    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    Messi, une première tension déjà    Kanté, Tuchel n'en revient pas    Laporta vise trois entraîneurs    Un vrai levier de redressement    L'appel de la Fédération des consommateurs    El Watan au coeur d'une polémique    16 harraga secourus au large d'Arzew    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Souiller votre propre sang?    Les paramédicaux en colère    15 décès et 166 nouveaux cas    Ce que réclame le trésor public    Spectacle culturel et festival gastronomique    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Un hommage a minima    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    L'ANIE ignore les réserves des partis    Mémoire indissociable    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Résumer le présent et reconstruire le futur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2021

Il est inutile de chercher midi à quatorze heures et se noyer dans l'approximation des explications pour tenter de comprendre les énormes aléas contrariants de la gouvernance du moment. La terrifiante pandémie actuelle a mis à nu le poids et la complexité de la désarticulation de la société algérienne même si, à bien des égards, d'autres sociétés mieux aguerries sont elles aussi au cœur de turbulences économiques et sociales. Nul autre indicateur ne peut mieux que le monde de la santé avouer le degré de performance d'une nation et étaler les forces ou les faiblesses d'un pays.
Aujourd'hui, au bénéfice d'une épidémie que personne n'attendait, le rendu du secteur de la santé, parce qu'il est le terrain de toutes les convergences, résume la désolation de plusieurs décennies de tordues gouvernances et remue le couteau dans une plaie qui a finalement soumis l'Algérie à l'obligation de se redresser pour tenter de corriger ses tares.
Malgré son immense noblesse, la reine santé s'est entremêlée les pieds dans sa marche pour endosser les multiples diktats de l'agrégat des défaillances politiques et s'est retrouvée réceptacle d'une large rigole des déphasages d'une société en mal de vie.
Les pouls d'un développement national, bien avant de battre dans les coffres-forts des banques, dans les guichets des administrations et dans les hauteurs des institutions, résonnent d'abord au cœur des hôpitaux. C'est en ces temples de régénérescences humaines que s'affichent les prouesses ou la dégénérescence, l'avancée ou le recul d'une communauté. La générale articulation vitale a pour principal corollaire l'état de santé du peuple. Sur leurs portes et dans leurs couloirs se lit le degré d'avancée de la marche de la société ou au contraire les grands échecs prononcés des recettes politiques adoptées.
Résumer le présent et l'avenir d'une nation à une histoire de rareté d'oxygène est un bien sinistre symbole. Il suffit à lui seul à mettre à nu ce par quoi et par qui a été perverti et construit le passé. Il recommande avec instance de détruire pour reconstruire tout ce qui concourt à redonner à la santé du peuple ses lettres de noblesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.