Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Biden publie une carte délimitant la RASD: Nouveau revers pour le Makhzen
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2021

La nouvelle administration américaine sous la présidence de Joe Biden semble résolument opter pour une voie plus conforme à la légalité internationale et à la Constitution américaine que celle de son prédécesseur sur la question du Sahara Occidentale. En publiant mardi soir sur son compte twitter, une carte du monde où le territoire du Sahara occidental apparaît séparé de celui du Royaume du Maroc, le président américain, réhabilite la position traditionnelle de son pays à l'égard de la question du Sahara Occidentale. Une position qui soutient « un règlement du conflit dans le cadre d'un processus politique dirigé par les Nations Unies », tel que rappelé fin juillet dernier par le secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires du Proche-Orient, Joey Hood, lors de son passage par Alger à l'occasion d'une tournée dans les pays d'Afrique du nord.
La carte en question accompagnait un message du président américain Joe Biden dans lequel il s'est félicité de la contribution des Etats-Unis dans la lutte contre la pandémie du Covid-19.
"Dès le premier jour, nous sommes convaincus que nous devons attaquer ce virus (Covid-19) à l'échelle mondiale. Et à ce jour, les Etats-Unis ont expédié plus de 110 millions de doses de vaccins dans plus de 60 pays et bien d'autres", a déclaré Biden illustrant son propos d'une carte des pays de l'Afrique du Nord où le Sahara occidental apparaît distinct et séparé du Maroc, en rupture avec la carte donnée par l'ancien ambassadeur américain à Rabat.
Commentant le geste de Biden, le journaliste et opposant marocain, Ali Lmrabet, s'interroge dans un tweet: « Est-ce une erreur ou un message », d'autant plus que, a-t-il dit, « le compte officiel du président des Etats-Unis ne fait rien au hasard » et « ces gens-là réfléchissent mille fois avant de publier quelque chose ».
Pour rappel, Trump avait reconnu, le 10 décembre dernier, la prétendue « souveraineté » du Maroc sur le Sahara occidental en échange d'une normalisation des relations entre Rabat et l'entité sioniste. Depuis cette décision, de nombreux appels à travers le monde, et même aux Etats-Unis, ont été lancés, et se poursuivent jusqu'à ce jour, demandant à Joe Biden d'annuler la décision de Trump qui est en contradiction avec la Constitution américaine et le principe du droit à l'autodétermination, reconnu par les Nations unies.
Des organisations et des personnalités politiques américaines, ont lancé plusieurs appels à la nouvelle administration Biden, l'invitant à annuler la proclamation de Donald Trump.
Vingt-sept membres du Sénat américain, dont Patrick Leahy et James Inhoff, avaient, dans une lettre exhorté Biden, à annuler la décision de Trump et à tenir l'engagement de Washington pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental. Pour le moment, l'administration américaine ne s'est pas encore prononcée sur la reconnaissance par Trump, de la prétendue "souveraineté" du Maroc sur le Sahara occidental. « Aucune décision de ce type n'a été prise. Nous menons des consultations particulièrement avec les parties sur la meilleure voie à suivre, et on a rien de plus à annoncer », avait déclaré en mai dernier un porte-parole du département d'Etat américain, à la chaîne américaine Al-Hurra. Et d'après un autre porte-parole du département d'Etat cité début juin, par l'agence de presse espagnole (EFE), l'administration américaine « poursuit ses consultations » avec les acteurs internationaux sur le dossier du Sahara occidental. « Nous consultons les parties sur la meilleure voie à suivre et nous n'avons plus rien à annoncer » à ce sujet, avait-il répondu à une question d'EFE, concernant l'examen par l'administration Biden de la décision de Tump.
Pour rappel, le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, avait appelé lors d'une réunion avec le SG de l'ONU, Antonio Guterres, à accélérer la nomination d'un Envoyé personnel au Sahara occidental, soulignant le soutien des Etats-Unis au processus des négociations politiques entre les deux parties (Maroc et Front Polisario), parrainé par l'ONU.
Fin janvier, il avait déclaré que certaines des incitations incluses dans les accords dits d' « Abraham » liés à la normalisation des relations de certains pays arabes avec l'entité sioniste méritaient de faire l'objet d'un « examen attentif », en référence implicite, à, entre autres avantages accordés par Trump, la reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.