Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



RC Relizane : Le flou persiste !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 09 - 2021

  Rien ne se profile à l'horizon pour le Rapid de Relizane en prévision de la nouvelle saison. La gestion approximative et le bricolage continuent au sein d'un club prétendu professionnel. Aucune action officielle en prévision du démarrage du nouvel exercice n'a été entreprise. Pour la barre technique, c'est le flou le plus total, la situation de l'entraîneur Lyamine Bougherara n'étant pas claire. Les supporters se demandent si le coach en question poursuivra sa mission ou non. D'autre part, la question de la liste des joueurs libérés n'a pas été encore réglée. Selon notre source, aucune réunion officielle du conseil d'administration n'a eu lieu ne serait-ce que pour tracer la fameuse feuille de route. D'abord, il faut se demander si la SSPA/RCR n'existe que sur le papier. Mais ceci ne semble pas ébranler les proches du président Mohamed Hamri à entamer les démarches dans le secret le plus total pour un éventuel renfort de l'équipe.
Est-il concevable que ces mêmes personnes, qui ont nui à l'image du Rapid, procèdent au recrutement sans l'aval de l'entraîneur ? Il est clair que dans ce genre de situation, le responsable technique est le seul habilité à déterminer le profil et les critères des recrues en fonction du projet de jeu qu'il veut initier et adapter à son équipe. Au lieu de trouver les mécanismes nécessaires et les solutions pour régler les dettes et lever l'interdiction de recrutement infligée par la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL), certains décideurs ne sont là, commissions obligent, que pour s'occuper du recrutement. A cet effet, les dettes du RCR envers l'instance en question sont estimées à un peu plus de 12 milliards de centimes. Des dettes qui concernent uniquement les plaintes déjà traitées par l'instance juridictionnelle relevant de la FAF, en attendant qu'elle tranche aussi sur les plaintes déposées récemment par plusieurs autres joueurs de l'exercice écoulé, qui devraient d'ailleurs avoir gain de cause, vu qu'ils n'ont pas perçu leurs salaires depuis plusieurs mois, précise-t-on. Un vrai casse-tête pour le Rapid dont l'avenir est compromis avec une ambiguïté totale avec ces nombreuses fausses démissions du président du club, Mohamed Hamri, qui annonce à chaque fois son départ, avant de revenir à de meilleurs sentiments. A combien de reprises depuis son installation à la tête du club, il y a cinq ans, a-t-il annoncé sa démission ? ÿþ»Tout reste possible concernant mon avenir à la présidence du RCR. Je prendrai une décision une fois le championnat terminé», a-t-il déclaré bien avant la fin de saison. C'est une stratégie pour éviter les joueurs qui revendiquent à chaque fois leurs salaires impayés avec la complicité de ceux qui se sont accaparés du pouvoir pour ne se consacrer qu'au volet du recrutement et de ses bienfaits, notamment ceux qui ont été à l'origine du départ de Cherif El-Ouazzani qui a saisi la CNRL pour réclamer ses arriérés de salaires, au même titre que ses deux autres ex-assistants, Sebbah Benyagoub et l'entraîneur des gardiens de but, Abdeslam Benabdellah. Le Rapid de Relizane, qui a traversé de nombreuses zones de turbulences au cours de cet exercice, grèves à répétition de joueurs, crise financière et autres dépassements dans la gestion, est revenu de très loin depuis l'arrivée de l'entraîneur Lyamine Bougherara qui a réussi à assurer in extremis le maintien parmi l'élite. Au moment où la majorité des équipes de la Ligue 1 ont déjà entamé la préparation, le RCR, lui, n'a pas encore résolu le problème de staff technique. Mais il est dit que tant que certaines personnes, toujours les mêmes, rôdent autour de l'équipe, le Rapid ne retrouvera jamais sa vitesse de croisière.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.