CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA VIE D'APRES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2021

Sans doute s'étonne-t-on outre mesure de la flambée des prix comme si l'économie, ici et ailleurs, était une rivière tranquille parsemée de gués sûrs pour rassurer le monde entier. On se contente de mettre sur le dos de la pandémie du corona le rôle de trouble-fête inattendu et probablement passager pour croire que des beaux jours sont à venir alors que tout indique que le temps présent et son futur ne présagent pas une sereine traversée des existences depuis quelque temps déjà contrariée.
En Algérie comme ailleurs, la rentrée sociale annonce des remous que l'on voit venir au pas de charge. Il est bien sûr question du coût de la vie et de ses corollaires, mettant presque insidieusement en sourdine les méfaits et les râles de l'incommodant virus pour garder la certitude d'une bienfaitrice vie d'après. On occulte alors que le doigt est dans l'œil sans trop s'attarder d'une réalité trop prégnante pour ne pas être vue sans faire attention à l'élargissement du besoin et de la mendicité qui s'étalent dans les foyers et dans les rues. Au mieux, faute de s'activer dans la grande bataille commerciale, la majorité des petits fortunés se réfugient en suivistes dans l'étalage des produits cosmétiques.
Pourtant, la conviction que l'on ne peut plus vivre comme avant est bien là. Par bien des aspects, l'exigence d'une revalorisation salariale par ceux qui ont le bonheur de disposer d'un emploi s'assimile à un tambourinement sur une coquille vide. Le défunt président Boumediene avait eu pour une fois raison quand il avait déclaré qu'il ne servait à rien d'augmenter les salaires car cela n'amplifierait que la perfidie de l'inflation. Dans sa lointaine prophétie, il n'était pas non plus dans le faux quand il avait souligné pour la population l'éventualité d'une obligation de s'alimenter de pierres et de cailloux.
Dieu nous en garde, on n'en est pas là, mais on imagine aisément la douleur et le mal des dirigeants actuels pour les difficultés qu'ils rencontrent pour savoir où donner de la tête.
Que le ministère soit obligé de rester figé sur le prix de la sardine est un aveu sur le réel niveau des préoccupations actuelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.