Le Premier ministre installe le Conseil national des Statistiques: «Le classement international de l'Algérie ne reflète pas la réalité»    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Pomme de terre et huile de table: Les éclaircissements du ministère du commerce    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Ligue 1 - Mercato estival: En fonction des moyens et des objectifs    Ligue 1 - Match avancé: Une avant-première très attendue    Tiaret - Ecoles de football: La Coupe d'Algérie en décembre    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Le procès reporté au 17 novembre    Les enjeux complexes de la sécurité    L'armée syrienne bombarde Idlib    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Le FFS emboîte le pas au MSP    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Nouveau tir d'un missile balistique    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Branle-bas de combat chez les partis    Constantine contredit Medaouar    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le cul-de-sac
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 09 - 2021

Mondiale et publiée dans son bulletin de conjoncture du mois de juin sur l'impact de la crise sanitaire sur les ménages défavorisés dans le monde, il est établi qu'un grand flou entoure l'avenir économique de l'Algérie. Pour cause, l'inflation a fait sa montée depuis 2020 en raison de la dévaluation de la valeur du dinar. La cherté de la vie s'est sérieusement aggravée en Algérie, selon les experts de la BM, surtout à partir de janvier 2021. Ainsi constate-t-on que les prix des produits alimentaires et non alimentaires au début de 2021 ont augmenté de (+3,4 % et +4,2 %) par rapport à janvier 2020. Un dérèglement grave qui pèse lourd sur le pouvoir d'achat des ménages à faible revenu, et même sur les classes moyennes, menacées d'être laminées à court terme. Il va de soi que beaucoup de facteurs sont à l'origine de cette hausse inexpliquée des prix de produits de large consommation depuis le début de la pandémie de la COVID-19 en 2020. D'abord, cite le rapport, il y a la dépréciation du taux de change.
Celui-ci aurait fait augmenter le prix des équipements, des intrants intermédiaires et des produits finaux importés. De même, il a causé l'augmentation de la monnaie en circulation, ainsi que l'intensification de l'effort de rationalisation des subventions du lait et du blé. Tout cela a poussé la spirale inflationniste dans sa logique haussière. A titre d'exemple, au cours de l'année 2020, le dinar a perdu 9,8 % de sa valeur par rapport au dollar américain et 17,7 % par rapport à l'euro. En conséquence, les équilibres des échanges commerciaux ont basculé négativement en défaveur de l'Algérie. Pas de miracle pour trouver la panne ! En effet, la baisse des prix du pétrole et des recettes extérieures de l'Algérie ont tiré vers le bas le dinar, lequel s'est déprécié, pour rappel, de 6,4 % par rapport au dollar entre mars et avril 2020, avant de se stabiliser jusqu'en décembre 2020. Et depuis, il s'est encore déprécié de 2,3% supplémentaires.
Les rédacteurs de l'étude de la BM ont également souligné que le dinar a chuté par rapport à l'euro entre avril et août 2020, en raison de son appréciation par rapport au dollar. Toutes ces anomalies ont fait en sorte que le pouvoir d'achat de l'Algérien soit réduit presque à rien aujourd'hui. Les incohérences du commerce international algérien aggravent, de ce fait, les déséquilibres financiers globaux de notre pays.
Enfin, les experts de la BM mettent l'accent sur le fait qu'avec le dollar comme monnaie de facturation des exportations d'hydrocarbures, et avec plus de 50 % des importations en provenance d'Europe ou de Chine, la dépréciation plus significative du dollar par rapport à l'euro a eu un effet négatif sur les termes de l'échange de l'Algérie. Autrement dit, notre pays semble victime d'une stratégie économique mono-exportatrice désuète, appelée à être revue, restructurée et réformée le plus tôt possible, pour éviter une catastrophe en perspective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.