Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner 
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2021

La décision du ministère de la santé d'autoriser les pharmaciens d'officine à pratiquer les tests antigéniques et de les associer dans l'opération de vaccination, est plutôt bien accueillie par la corporation. C'est du moins ce qui ressort de la déclaration du président du syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) Messaoud Belambri. En effet, interrogé par le «Quotidien d'Oran», le président du Snapo a expliqué que «plus de 1200 officines pharmaceutiques sont impliquées dans l'opération nationale de vaccination, au fur et à mesure de la formation et la qualification des pharmaciens par le ministère de la Santé», a-t-il affirmé. «Certaines pharmacies ont atteint jusqu'à deux mille vaccinations par semaine, ce qui est plutôt encourageant, mais la première inquiétude est la baisse de fréquentation des vaccinodromes, constatée partout dans le pays», a-t-il mis en garde. Messaoud Belambri a également indiqué que «tous les experts alertent sur cette réticence des citoyens à se faire vacciner, ce qui nous fait craindre le pire en cas de survenue, à n'importe quel moment, d'une quatrième vague qui risque d'être très dangereuse», a-t-il alerté.
Au sujet de la «pénurie» de certains vaccins anti-Covid comme «Spoutnik V» ou «AstraZeneca» surtout pour ceux qui n'ont pas reçu la dose rappel , le président du Snapo a expliqué «qu'il est possible de procéder à une vaccination mixte, c'est-à-dire combiner deux vaccins de marques différentes pour la même personne, à condition de recevoir l'aval des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)».
«L'engagement volontaire des pharmaciens pour la réalisation de la vaccination au niveau des officines marque une étape historique dans l'histoire de la pharmacie algérienne», avait indiqué Messaoud Belambri lors de la 14ème Conférence nationale de la pharmacie, tenue le 13 septembre dernier, ajoutant que « cette participation conforte le pharmacien dans le rôle qui lui sera de plus en plus dévolu, (...), puisque le tout nouveau rôle du pharmacien doit aller au-delà de la délivrance des médicaments, c'est dire que ce professionnel de la santé de proximité doit participer activement et pleinement aux actions de santé publique, de prévention et même de dépistage », avait-il expliqué.
Concernant la pénurie de certains médicaments sur le marché national Messaoud Belambri a expliqué que «les choses évoluent plutôt vers le bon sens, puisque le ministère de l'Industrie pharmaceutique a dépêché des équipes sur le terrain pour recenser tous les produits pharmaceutique qui manquent sur le marché, outre la cellule de veille stratégique sur la disponibilité des stocks de sécurité pour les produits finis et les matières premières au niveau des établissements pharmaceutiques ainsi que l'exploitation de la nouvelle plateforme numérique pour le traitement des programmes de production et d'importation et le suivi en temps réel de la disponibilité et l'anticipation des éventuelles ruptures par l'observatoire national de veille sur la disponibilité des médicaments», a-t-il affirmé. Citant, à titre d'exemple, la rupture de produits pharmaceutiques comme les anticoagulants utilisés dans le protocole anti-Covid ou encore les médicaments de traitement de tension artérielle, le président du Snapo a révélé les nouvelles dispositions prises par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, comme « la déclaration obligatoire des stocks disponibles chaque fin de semaine par les distributeurs et grossistes, et surtout la libération des stocks pour répondre rapidement à la demande et éviter la des ruptures préjudiciables à la santé des malades », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.