Erratum    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Une voix d'outre-tombe    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Contrôles renforcés aux frontières
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 09 - 2021

Renforcement du maillage sécuritaire aux frontières aériennes, terrestres et maritimes. Dans le cadre de la prévention et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale, l'Algérie vient de se doter d'un organe opérationnel intersectoriel à caractère national, chargé de la collecte, du traitement, de la transmission et de la conservation des informations des passagers empruntant les voies aérienne, maritime, terrestre et ferroviaire, de ou vers l'étranger, transmises par les transporteurs et les opérateurs de voyages. Cet organe, placé auprès du Premier ministre, est composé de membres représentant pas moins de six ministères, ainsi que les principaux responsables des départements de sécurité, dont les DG de la sécurité intérieur et de la documentation et de la sécurité extérieure et des Douanes, de la Sûreté nationale et le Commandant de la Gendarmerie nationale. Il affiche cette tendance à ne rien laisser au hasard quand il s'agit de contrôler les mouvements des personnes au niveau des frontières. Faut-il croire que le système opérationnel qui existait avant la mise en place de cet organe était défaillant ? Il est certain qu'on pourrait lui reprocher le manque de coopération étroite entre les différents départements et services engagés dans ce domaine de la lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier, de ce fait corrigé par la mise en place de cet organe opérationnel intersectoriel, mais le contrôle aux frontières, qui était principalement assuré par la Police aux frontières (PAF) et les Douanes, ne souffrait pas d'une plus grande inefficacité.
Il est, donc, tout à fait naturel de combler lacune en mettant en relation directe tous les secteurs concernés par ce dossier de la lutte contre le terrorisme et le crime transnational. Pour ne pas dire qu'on accuse un peu de retard pour y arriver, d'autant que le pays se trouve dans un environnement très hostile, où la donne sécuritaire prend une importance vitale. Une meilleure circulation de l'information permet d'engager des actions rapides sur le terrain contre tout suspect qui accède au territoire national, ou le quitte, même avant d'en arriver à cette étape ultime, si l'on tient compte du fait que la collecte, le traitement, la transmission et la conservation des informations des passagers commencent au moment des réservations par les transporteurs et les opérateurs de voyages. Est-ce pour autant un renforcement apte à sécuriser le pays totalement contre toute menace de crime transfrontalier ?
Si ce maillage sécuritaire est somme toute logique et indispensable, la sécurité aux frontières fait face à d'autres défis, invisibles, qui requièrent une vigilance et une mobilisation plus grande et de tout instant. Des terroristes et des criminels peuvent pénétrer ou sortir du pays sans passer par la voie légale ou les points de contrôle frontaliers. Les voies de la clandestinité sont les plus à craindre et à surveiller sur ce registre. Comment ? En sus du dispositif militaire, il est primordial de songer à la mobilisation des riverains des frontières, fins connaisseurs des terrains, à travers le recrutement d'agents de surveillance et de renseignement notamment dans ces régions, ainsi que l'accomplissement du projet d'installation de caméras de surveillance pour couvrir les vastes étendues des frontières algériennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.