Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pandémie, école privée et école publique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2021

Sans doute à cause de la pandémie, la rentrée scolaire s'opère au ralenti non sans provoquer une irritation généralisée chez les parents d'élèves, incommodés par la formule de la double vacation que les écoles publiques ont adoptée. La plupart se plaignent d'un emploi du temps scolaire trop aéré que les jours fériés en nombre diarrhéique rendent encore plus léger.
Pour parer aux méfaits de l'épidémie, il était logique que les gestionnaires de l'éducation écolière se conforment à des règles de prudence pour que la scolarité des enfants se fasse dans des conditions acceptables et il était évident que la protection du personnel éducatif constituait une priorité des attentions étant entendu que le corona ne ciblait que les personnes adultes. Cette priorisation étale cependant une distorsion dans une logique qui veut que les personnes les plus vulnérables face au virus sont celles auxquelles il est exigé une présence régulière permanente. Si le mouvement des enfants est régulé par vacations perçues aléatoires par les parents, pour leur part les enseignants sont tenus d'être présents.
Mais l'anomalie est encore plus flagrante entre les écoles publiques et privées. Dans les unes et les autres, le rythme de la scolarité des écoliers n'a pas la même cadence. Dans le secteur privé, les élèves suivent des cours quotidiens réguliers et le système de la vacation est un lointain inconnu.
Les carences actuelles du système éducatif avec ses lois du nombre et de la comptabilité politicienne incitent de plus en plus nombreux parents à faire le sacrifice de leurs frais financiers élémentaires pour que leurs enfants puissent suivre des cours supplémentaires payants.
Ce déséquilibre éducatif est en passe de produire un enseignement à deux vitesses pénalisant les familles ne disposant pas de ressources suffisantes pour inscrire leurs enfants dans des établissements privés. L'inégalité ainsi installée prépare les enfants des nantis à être mieux armés face aux examens de fin d'année et par prolongement face aux défis de leurs vies futures. L'égalité des chances pour les générations en croissance est bousculée et, pervertie, elle risque de constituer un terreau pour une profonde injustice sociale par le fossé aujourd'hui creusé entre le riche et le pauvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.