Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UA à l'épreuve Israélienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2021

«Diviser pour mieux régner», la stratégie pratiquée par l'entité sioniste pour fissurer les blocs constitués par des pays qui lui opposent résistance, est-elle en passe de trouver un nouveau terrain profitable en Afrique ? Après avoir disloqué un monde arabe acquis, par le passé, à la cause palestinienne, Israël a posé pied en Afrique, au sein de l'organisation de l'Unité africaine (UA), où les premières secousses commencent à se faire ressentir suite à la discorde entre les pays membres sur la question du statut d'observateur qui lui a été accordé d'une « manière unilatérale », soit sans passer par une consultation de l'Assemblée. Mais, sept pays ont manifesté directement leur opposition à cet acte, dont l'Algérie, l'Afrique du Sud, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie, l'Egypte, les Comores et Djibouti, qui ont informé directement l'Union africaine, par note verbale, à propos de leur refus de sa décision d'accorder à Israël le statut d'observateur au sein de l'organisation continentale, alors que cinq autres pays arabes ont exprimé leur solidarité.
Les Israéliens ont tenté de démentir l'existence de la note en question, mais des sources diplomatiques africaines à Addis-Abeba ont confirmé sa véracité et avancé qu'elle sera examinée «au cours de la réunion du Conseil exécutif». C'était au mois de juillet dernier, où l'affaire a été conclue avec la plus grande célérité, amenant l'ambassadeur d'Israël en Ethiopie, Aleleign Admasu, à présenter illico presto au président de la commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, ses lettres de créance en tant que membre observateur auprès de l'Union africaine. Un fait accompli ? Il fallait compter sans la ténacité du front du refus qui s'est constitué au sein de l'UA. Ainsi, lors de la 39e session du Conseil exécutif de l'UA, qui s'est tenue les 14 et 15 octobre à Addis-Abeba, la question controversée du statut d'observateur accordé à Israël par Moussa Faki a été débattue durant plusieurs heures par les ministres africains des Affaires étrangères, et on a réussi in fine à la soumettre au menu du prochain sommet des chefs d'Etat de l'organisation panafricaine, prévu en février 2022.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, M. Ramtane Lamamra, a précisé dans ce contexte que «les ministres du courant majoritaire qui ont conscience que la crise institutionnelle engendrée par la décision irresponsable de Moussa Faki tend à rendre irréversible la division du continent, ont accepté de soumettre la question au sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine prévu au mois de février prochain».
La question n'est pas totalement tranchée, et il reste aux chefs d'Etat africains, lors du prochain sommet de l'UA, de décider non seulement de ce statut d'observateur accordé à Israël, mais de l'avenir de l'organisation elle-même. Dans cette optique, M. Lamamra dit espérer que «le sommet marquera un sursaut salutaire d'une Afrique digne de son histoire et ne cautionnera pas une cassure irrattrapable».
Israël ne peut qu'espérer, de son côté, faire d'une pierre deux coups, conserver son statut d'observateur avec le soutien de plusieurs pays amis et provoquer une fracture diplomatique dans les rangs des pays africains. La bataille dans les coulisses de l'UA sera très rude dans les trois prochains mois pour gagner la partie et laisser courir les Israéliens encore pour deux autres décennies, le temps qu'ils ont mis pour revenir par la fenêtre après avoir été chassés par la porte après avoir perdu leur statut d'observateur en 2002, au moment où l'on enterrait l'Organisation de l'unité africaine, remplacée par l'Union africaine. Une union, désormais, face à l'épreuve israélienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.