Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le repu et l'affamé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 10 - 2021

Injuste est la vie sur cette terre pleine d'inégalités, qui favorise comme toujours les plus opulents et qui donne de la viande à chaque fois à ceux qui n'ont pas de dents. On rabâche que ce sont toujours les mêmes édentés qui profitent de la générosité de la vie pour s'en mettre plein la gueule dans les moments de maigre pitance pour les autres. Il y a ceux qui mangent et qui s'empiffrent de bonne chair et il y a ceux qui regardent et qui n'ont pas trouvé une datte sèche à se mettre sous la dent. «Edenia taati l'ham li maandouch lesnene». A chacun son destin, qu'il soit bon ou mauvais. Et ceux qui manquent de bol ont appris à s'y faire et surtout à ne pas se plaindre. C'est une drôle de vie pour les bernés de la vie. Les lève-tôt ne mangeront pas à leur faim ce soir. Et les lève-tard sont invités à une bombance comme chaque soir pour fêter la grande bouffe. Il n'y aura pas de fringale pour Les sous-alimentés de la vie.
De toutes les façons, on dit que «qui dort dîne», même si la faim tenaille l'estomac et qu'on mange seulement avec les yeux. Tout est bon quand on a faim. Quelle poisse ! Les boyaux gargouillent déjà et la faim est déjà là. Quoiqu'il arrive, toutes les faims ont une fin. Alors, tant mieux pour le creux. «On mange quoi ce soir, maman ?» «Des pâtes ! Du keskssou blech, sinon spaghetti baidha ou à défaut des macaronis bouillis et puis dodo au lit. Dans cette tourmente nourricière pénible, les gens ne mangent pas à leur faim, mais ils ne le montrent pas au grand jour. La turbulence économique, la cherté des produits de première nécessité, le manque de moyens financiers et la rareté des produits ont créé une crise spéculative inédite et c'est le pauvre consommateur qui le paye chèrement. Les ménages sont fragilisés et le bout du tunnel est encore loin pour les damnés qui résistent aux affameurs. Celui qui est repu ne s'intéresse pas à l'affamé. « Echebâne mahou dari beldjiâne », dit le sage proverbe populaire. La bonne table, ce n'est pas à la portée de tout le monde. Aujourd'hui, pour survivre aux aléas du temps, il faut bien manger, mais pas du n'importe quoi, parce que autrement, cela se répercutera sur notre pouvoir d'achat. Encore une fois, c'est la patate qui nous joue des tours. Adieu les frites, la purée de pomme de terre et «batata fel four».
Et ce n'est pas seulement la patate qui fait des siennes, la volaille a pris son envol et les viandes rouges coûtent très cher. Le poisson, alors là, n'en parlons pas. Depuis quelque temps, la vie a changé dans le mauvais sens. Hier, c'était la corne d'abondance et on ne se privait pas, les gens achetaient et dépensaient sans compter et les prix étaient très abordables et le manque de produits on ne connaissait pas. Les gens sont sidérés aujourd'hui lorsqu'ils se rendent aux marchés de proximité pour faire leurs courses. Le plaisir d'antan de vadrouiller entre les étals chargés de marchandises pour acheter et marchander quelques sous derrière quelques kilos de fruits ou de légumes comme hier, n'est plus qu'un vague souvenir du marché prospère de la belle époque qui nous manque tellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.