Le fusil et le burnous    Conseil des ministres: L'Etat paiera plus cher les céréales aux agriculteurs    Spéculation sur les marchandises: La loi dans toute sa rigueur    Convention entre l'USTOMB et le port d'Arzew (EPA): Don d'un bateau-pilote pour la formation des étudiants en Génie maritime    L'indépendance, rien que l'indépendance    Groupe E : Algérie 0 Guinée équatoriale 1 - Amère déconvenue    Groupe A: Cap Vert-Cameroun, aujourd'hui à 17h00: Les «Requins Bleus» vont attaquer    Groupe A: Burkina Faso-Ethiopie, aujourd'hui à 17h00: Les «Etalons» sur du velours    Bechar: Quatre morts dans une collision    Education: Suivi mitigé de la grève des contractuels    Covid-19: Le dispositif de protection reconduit pour 10 jours    La leçon des échecs    De Mistura visite plusieurs infrastructures et établissements sahraouis    Les coopératives oléicoles en gestation    Le spectre du stress hydrique plane    Le piège de la règle du «moins disant»    Prémices d'un tournoi raté    Haaland met le feu à la maison    Le derby de Séville suspendu    4 personnes devant la justice    De mal en pis    Décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    68 élèves contaminés et 3 lycées fermés    Saidal affiche ses ambitions    La récolte du nouveau maïs jaune lancée    Tamazight pour tout le monde    La pièce «Vers l'espoir» éblouit le public    Premier film local en langue amazighe    Le gouvernement portera plainte contre les sanctions imposées par la Cédéao    Accidents de la circulation 12 morts et 254 blessés au cours des dernières 48 heures    Prévenir pour éviter toute mesure de fermeture des établissements    La Safex prévoit l'organisation de 40 manifestations économiques    L'ambassade des Etats-Unis à Alger s'en félicite    L'Ambassadeur algérien reprend ses fonctions    Le HBCL remporte un duel décisif pour le maintien, l'ESS rate le coche à Alger    Des prestations artistiques en clôture des célébrations    Levée d'obstacles sur 679 projets d'investissements sur un total de 877 projets    Exercice du droit syndical: nécessité de s'éloigner définitivement des pratiques politiciennes et du lien organique syndicats-partis    Décès d'Ibrahim Boubacar Keïta: le Président Tebboune présente ses condoléances    "Le multipartisme est visé"    L'examen du projet de loi portant découpage judiciaire au menu    L'explosion d'une bombe artisanale fait 3 blessés    CAN 2021 : Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le match face à la Guinée Equatoriale    Le FLN manquerait une dizaine de wilayas    Sortie du premier volume de la collection Femmes dans l'histoire de l'Algérie    Sisyphe et nous    La sécurisation juridique des musées et collections en question    L'épineux chemin vers Evian éclairé par Olivier Long    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'informel et le chômage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 11 - 2021

«Bien malin celui qui pourrait donner les chiffres exacts du chômage en Algérie », soutiennent des experts en se référant à l'économie informelle qui emploie des dizaines de milliers de travailleurs sans qu'ils ne ressortent dans aucune statistique officielle. L'argent en circulation dans les circuits informels, estimé par le président de la République à 90 milliards de dollars, ne dort pas, bien au contraire, il fait bouger toute une économie parallèle qui, de toute évidence, ne peut pas fonctionner sans main-d'œuvre. Une main-d'œuvre non déclarée et non quantifiée, bien sûr, qui ne peut figurer dans aucune estimation quand on se penche sur le taux de chômage. L'équation est bien complexe que les données officielles communiquées par les autorités, puisées de déclarations statistiques émanant de sociétés publiques et privées en activité dans le secteur légal, ainsi que les administrations. Les activités informelles ont donné naissance en Algérie à des « chômeurs de luxe », sans travail bien défini, qui se roulent les pouces à longueur de journée et qui engrangent des pactoles en faisant tourner l'argent par-ci et par-là, parfois dans le domaine de la spéculation et d'autres fois dans l'immobilier, la vente des devises et tout ce qui est illégal. De quel taux de chômage parle-t-on alors ? Dans ce contexte, le lancement prochain, au début de l'année 2022, de l'allocation chômage destinée aux jeunes fait dire à certains experts que cela va immanquablement faire exploser les chiffres du chômage, qui se situe aux alentours de 11%, selon les chiffres de l'ONS datant de 2019. La crise sanitaire qui a eu de graves répercussions sur le marché, a dopé déjà ce taux en 2020 et 2021, touchant toutes les franges de la société, notamment les universitaires qui constituent pas moins de 33% les demandeurs d'emploi au sein de l'Anem, selon le directeur général de l'Agence. Cela permettra-t-il pour autant de dévoiler les chiffres réels du chômage ? C'est une autre question qui va encore buter, inévitablement, sur l'activité informelle, et cela ne répondrait pas vraiment à une recherche sérieuse sur le taux de chômage en Algérie. Le taux de chômage va assurément exploser, puisque l'argent de l'Etat que constitue cette allocation de chômage est à prendre par ceux qui n'ont aucun boulot et ceux qui exercent des activités dans le secteur informel, mais au bout du compte le calcul serait faussé par des paramètres impossibles à recenser.
Enfin, il ne s'agit là que de postulat, car il serait plus important d'étudier la situation en l'état réel, après le lancement de l'allocation chômage. On ne serait pas étonné de voir les chiffres du chômage se rétrécir après une première explosion quelques mois après l'application de cette mesure, qui sera accompagnée par certaines exigences, dont l'orientation des demandeurs vers des postes de travail, qui ne seront pris que par ceux qui ont réellement besoin d'un boulot, les autres, les chômeurs de luxe, qu'un salaire ne pourrait jamais satisfaire, ne rejoindront sûrement pas leurs postes d'affectation et seront de ce fait exclus du dispositif. D'autant que l'année 2022 connaîtra en parallèle une meilleure situation sur le marché de l'emploi avec le lancement prévu de tous les projets, du BTPH notamment, qui se trouvaient à l'arrêt depuis une ou deux années, ainsi que sur le plan de l'investissement privé, qui ne manquerait pas d'enregistrer une nouvelle dynamique avec l'application d'un nouveau cadre législatif très encourageant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.