Un premier bilan fait 26 morts    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    Incorrigible Makhzen!    «Il reproduit les pratiques des groupes terroristes»    La presse marocaine prend le relais    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Deux nouvelles médailles en judo    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Vingt-six foyers d'incendies enregistrés à travers neuf wilayas du pays    Tiaret: réalisation prochaine de deux stations pour améliorer les prestations en matière d'électricité    Tebboune présente ses condoléances    L'Algérie a joué un rôle pionnier dans l'appui aux mouvements de libération dans plusieurs pays africains (Djoudi)    Soixantenaire de l'Indépendance: une cérémonie littéraire au Palais de la Culture à l'occasion de la Journée nationale de la poésie    Congrès de la Soummam (Bejaia), un moment décisif sur le chemin de la victoire    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Quatre éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Comme une pilule de suicide !    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    15 pays y prennent part    Le ministère la culture la célèbre en août    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'informel et le chômage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 11 - 2021

«Bien malin celui qui pourrait donner les chiffres exacts du chômage en Algérie », soutiennent des experts en se référant à l'économie informelle qui emploie des dizaines de milliers de travailleurs sans qu'ils ne ressortent dans aucune statistique officielle. L'argent en circulation dans les circuits informels, estimé par le président de la République à 90 milliards de dollars, ne dort pas, bien au contraire, il fait bouger toute une économie parallèle qui, de toute évidence, ne peut pas fonctionner sans main-d'œuvre. Une main-d'œuvre non déclarée et non quantifiée, bien sûr, qui ne peut figurer dans aucune estimation quand on se penche sur le taux de chômage. L'équation est bien complexe que les données officielles communiquées par les autorités, puisées de déclarations statistiques émanant de sociétés publiques et privées en activité dans le secteur légal, ainsi que les administrations. Les activités informelles ont donné naissance en Algérie à des « chômeurs de luxe », sans travail bien défini, qui se roulent les pouces à longueur de journée et qui engrangent des pactoles en faisant tourner l'argent par-ci et par-là, parfois dans le domaine de la spéculation et d'autres fois dans l'immobilier, la vente des devises et tout ce qui est illégal. De quel taux de chômage parle-t-on alors ? Dans ce contexte, le lancement prochain, au début de l'année 2022, de l'allocation chômage destinée aux jeunes fait dire à certains experts que cela va immanquablement faire exploser les chiffres du chômage, qui se situe aux alentours de 11%, selon les chiffres de l'ONS datant de 2019. La crise sanitaire qui a eu de graves répercussions sur le marché, a dopé déjà ce taux en 2020 et 2021, touchant toutes les franges de la société, notamment les universitaires qui constituent pas moins de 33% les demandeurs d'emploi au sein de l'Anem, selon le directeur général de l'Agence. Cela permettra-t-il pour autant de dévoiler les chiffres réels du chômage ? C'est une autre question qui va encore buter, inévitablement, sur l'activité informelle, et cela ne répondrait pas vraiment à une recherche sérieuse sur le taux de chômage en Algérie. Le taux de chômage va assurément exploser, puisque l'argent de l'Etat que constitue cette allocation de chômage est à prendre par ceux qui n'ont aucun boulot et ceux qui exercent des activités dans le secteur informel, mais au bout du compte le calcul serait faussé par des paramètres impossibles à recenser.
Enfin, il ne s'agit là que de postulat, car il serait plus important d'étudier la situation en l'état réel, après le lancement de l'allocation chômage. On ne serait pas étonné de voir les chiffres du chômage se rétrécir après une première explosion quelques mois après l'application de cette mesure, qui sera accompagnée par certaines exigences, dont l'orientation des demandeurs vers des postes de travail, qui ne seront pris que par ceux qui ont réellement besoin d'un boulot, les autres, les chômeurs de luxe, qu'un salaire ne pourrait jamais satisfaire, ne rejoindront sûrement pas leurs postes d'affectation et seront de ce fait exclus du dispositif. D'autant que l'année 2022 connaîtra en parallèle une meilleure situation sur le marché de l'emploi avec le lancement prévu de tous les projets, du BTPH notamment, qui se trouvaient à l'arrêt depuis une ou deux années, ainsi que sur le plan de l'investissement privé, qui ne manquerait pas d'enregistrer une nouvelle dynamique avec l'application d'un nouveau cadre législatif très encourageant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.