Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La xénophobie change de sens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 11 - 2021

Les actuelles chamailleries de paliers entre la Grande-Bretagne et la France à tout propos prennent des allures désopilantes en réduisant leurs allures de grandes puissances à la plus simple et réelle expression. Elles se jettent la pierre sur de nombreux sujets dans leurs disputes éternelles pour démontrer au monde entier la non-conformité de statuts hérités avec la réalité. Grands pays supposés, il ne leur manque plus que le crêpage de chignon pour entacher davantage des suprématies surfaites. Celle du rassemblement de la grande Europe ne tient plus qu'à un fil et il est révélateur que la France, membre fondateur de l'Union Europe, en soit arrivée à réclamer avec force à supprimer la libre circulation en son sein.
Dans les échanges des griefs, il est entre autres question de gestion des migrants. Chacune rejette la balle à l'autre en restant figée dans le plus bas niveau du temporel sans se rendre compte que dans l'évolution de la nature humaine et celle du monde, la nature n'admet plus l'infantile dictature de l'homme pour qu'elle s'astreigne à ses aléatoires désidératas. Elle le démontre de superbe manière en dégainant l'arme de la pandémie pour signifier que le dernier mot lui revient. Elle refuse désormais toutes les teintes auxquelles on l'avait soumise refusant que l'homme continue à être déifié et que sa force et son intelligence avaient des limites.
Voilà deux Etats s'appliquant à s'enfermer dans leurs coquilles contraintes par un retour de manivelle inattendu de la dame nature leur infligeant une apparente malédiction pour s'être échinés à ériger des murailles contre les flux migratoires. Le sortilège infligé aujourd'hui est allé jusqu'à imposer des murailles et des barrages aux tréfonds de tous les peuples n'épargnant ni les familles ni les lieux publics. La xénophobie change de sens puisque la distanciation physique ne concerne plus seulement la préciosité des tracés des frontières mais a jailli au cœur des familles, des cafés, des marchés et des espaces communs. On s'interdit maintenant de serrer la main à son voisin et on se retient de l'embrasser. La bavette ou masque sont en passe de devenir un symbole insoupçonné d'une forme de haine de l'autre.
Finalement, Français comme Britanniques tenaillés par la colère et l'indocilité de la nature sont maintenant migrants et étrangers dans leurs propres pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.