Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 11 - 2021

Eric Zemmour, droit dans ses minuscules babouches taillées à sa juste petite taille tassée, sans sourciller, le regard injecté de haine, vient enfin de dresser, avec doigté, son infâme programme présidentiel. Un programme pointé, avec un doigt accusateur, sur les institutions républicaines bourgeoises accusées de corrompre la société. Un programme qui se décline en une seule et Majeure mesure, que l'on peut compter sur le doigt de sa main fripée comme une pomme rainette de la discorde : le redressement de l'honneur de la France bafouée, selon le vertueux Zemmour, par la vulgaire classe politique française traditionnelle, moralement compromise par sa longue gouvernance marquée d'accommodements avec l'islamo-gauchisme et l'immigrationnisme.
Est-ce un hasard s'il a choisi Marseille, ville réputée pour ses mœurs mafieuses, pour exhiber, avec un doigt dressé vers le ciel en guise de prière de soutien adressée probablement à ses dieux protecteurs, sa virtuelle agressive candidature qui rime avec dictature, fracture, pourriture. Vraisemblablement, la cité phocéenne méditerranéenne l'a-t-il replongé dans ses origines familiales connues pour leurs entorses avec la morale et la loi, lui a-t-elle restitué sa véritable nature impulsive, éruptive, répulsive.
Quoi qu'il en soit, la France vient de découvrir l'authentique Programme de Zemmour, qui ne rime assurément pas avec amour.
Le candidat des extrêmes dérives politiques et comportementales, au casier judiciaire plus chargé que celui d'un voyou des cités (il cumule plusieurs condamnations pénales pour injure publique et provocation à la discrimination raciale), à l'issue d'une escapade marseillaise calamiteuse, perturbée par les antifas criant à tue-tête «Zemmour casse-toi, Marseille antiraciste», a tenu son inique meeting devant une unique dame qu'il avait prise pour une sympathisante. La dame s'est approchée de la voiture où le candidat virtuel mais point vertueux était confortablement calé dans son siège (électoralement éjectable tant sa campagne peine à démarrer, à décoller, elle semble même reculer, voire caler du fait de son programme décalé par rapport à une conjoncture travaillée, en dépit des dénégations médiatiques, par la Question sociale et non un problème racial).
Pour rehausser sa réputation, galvanisé par la sollicitation prometteuse de la dame, Zemmour accepte de baisser fougueusement sa vitre afin d'honorer sa supposée admiratrice, plantée devant ses yeux dilatés d'excitations narcissiques. Mal lui en a pris. L'inconnue, en guise de salutations, courageusement lui fait un doigt d'honneur, que Zemmour, en homme réputé pour sa galanterie et, surtout, sa goujaterie, lui rend illico presto, non sans l'avoir accompagné, proféré dans un style caillera, familier au candidat virtuel quoiqu'il adopte à la télévision un langage soigné de circonstance (à cet égard, il est utile de souligner que Zemmour n'est pas un intellectuel au sens noble du terme. C'est un homme qui a tellement souffert dans son enfance de complexes liés à sa physionomie disgracieuse, qu'il a décidé de prendre sa revanche par la lecture. Mais une lecture biaisée et orientée. Comme il a une très bonne mémoire, il est capable de débiter débilement ce qu'il apprend servilement. Zemmour est un autiste intellectuel, enfermé dans le même univers livresque obsessionnel. Il n'a aucune idée originale ou révolutionnaire : il se contente de ressasser et de pasticher des auteurs réactionnaires de son acabit. Zemmour symbolise la décadence de la France bourgeoise), donc non sans l'avoir accompagné de «et bien profond», en présence de sa jeune conseillère intime Sarah Knafo âgée de 28 ans, nullement gênée par la saillie graveleuse de son compagnon virtuel âgé de 63 ans. Et pour cause. Car elle est consciente que ce doigt d'honneur n'est pas destiné à la pauvre femme, mais aux Français, tenus en mépris par cet obscène candidat des vulgaires médias français contrôlés par la corporation financière hexagonale mais aux ramifications internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.