Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Libération des projets d'investissement: Le satisfecit de la CAPC    Monétique: «2022, l'année de la vulgarisation du paiement en ligne»    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    Sanctions improductives    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Groupe E : Algérie-Côte d'Ivoire, aujourd'hui à 17h00 - Ça passe ou ça casse !    Groupe E: Sierra Leone-Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00 - Un débat très ouvert    Groupe F : Gambie-Tunisie, aujourd'hui à 20h00 - Gare aux Scorpions !    Covid-19 : Les établissements scolaires fermés pour 10 jours    Les Castors: Six individus arrêtés pour vols dans des CEM    Foot et psychédélisme    Les êtres qui montrent le chemin    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    Fatsah Chibane ressuscité    Les arguments du ministère    Les députés «épluchent» les comptes    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Le Nasria débouté dans l'affaire Deghmoum    Le match de la dernière chance    Comment unifier les procédures    Sellal et Necib condamnés à 5 et 4 ans de prison    La grève des avocats paralyse les tribunaux    Omicron en hausse    L'ANP fait son bilan    500 familles dans l'oubli    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Staffan de Mistura démasque le Makhzen    «Le cessez-le-feu n'a apporté aucune solution»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    La liste des auteurs retenus dévoilée    Une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genres    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: 503 dossiers de candidature déposés    Le pétrole algérien a gagné plus de 28 dollars en 2021    Report au 2 février prochain du procès en appel de l'ancienne ministre Houda Feraoun    De Mistura s'est enquis de la situation réelle des réfugiés sahraouis    Belmadi : "On peut parler jour et nuit, mais le plus important se passe sur le terrain"    Boumerdes: report du procès en appel d'Abdelghani Hamel et d'un nombre de responsables au 9 février    Les mises en garde de Tebboune    Algérie-Côte d'Ivoire se jouera au Japoma Stadium    100 000 personnes vaccinées contre la Covid-19    «Un virus appelé à disparaître vers le mois de mars»    Des bombardements font 11 morts à Sanaâ, la capitale du Yémen    Une semaine de documentaires récents et inédits    Le bilan macabre de la contre-révolution au Soudan    Vers la prise en charge des préoccupations des boulangers    Vibrant hommage à Didouche Mourad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Secteur urbain Bouamama: Plus de 160 constructions illicites démolies depuis le début de l'année
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 12 - 2021

Plusieurs opérations de démolition de constructions illicites ont été effectuées dans le secteur urbain Bouamama dans la commune d'Oran en collaboration avec les services de l'ordre. Ainsi et depuis le début de l'année, plus de 160 constructions illicites dont des constructions inachevées et des extensions illicites ont été démolies, a-t-on appris de sources proches du secteur urbain. La dernière opération remonte à quelques semaines om une dizaine de constructions ont été rasées au niveau du site dit Coca. Cette opération qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la bidonvilisation de la ville intervient après une opération similaire lancée il y a quelques mois et qui avait permis la démolition d'une quarantaine de constructions illicites au niveau du site dit Douar Tiartia. Les démolitions ont aussi ciblé d'autres sites, notamment de la ferme Haï Khemisti 7, 6 et 9. Une importante assiette foncière a été récupérée à l'issue de cette opération menée conjointement avec les services de sécurité.
Cette opération, rappelons-le, s'inscrit dans le cadre des mesures prises par le secteur urbain pour mettre un terme à la prolifération des constructions illicites. Au niveau de ce même secteur urbain, 26 constructions illicites nouvellement érigées au niveau de la ferme agricole «Khemisti 9» ont été démolies il y a quelques mois par les services de la wilaya. A Haï Coca et Rocher, une opération lancée l'année dernière a permis la démolition de 60 baraques et plateformes. La dynamique que connaît le secteur de l'habitat et la consistance des programmes confortent les autorités locales dans la volonté d'éradiquer totalement les constructions précaires.
Toutefois suites aux dernières opérations de relogement, le nombre d'habitations illicites a explosé. Pour plusieurs citoyens, demeurer dans des bidonvilles est synonyme d'une attribution imminente d'un logement ou du moins une pré-affectation. Certains individus profitent des week-ends pour construire de nouveaux taudis dans l'espoir de bénéficier de logement dans le cadre des opérations de relogement lancées. Le wali d'Oran avait insisté, à plusieurs reprises, à plus de rigueur dans l'application des lois contre toute forme d'agression sur les terres agricoles et autres domaines par les pouvoirs publics dans le cadre du programme de lutte contre l'habitat précaire. Dans ce cadre, une large campagne de lutte contre ces pratiques frauduleuses a été lancée par la conservation des forêts de la wilaya. Toutefois, moins d'une année après une grande opération de démolition des constructions illicites érigées à Coca dans le quartier d'El Hassi, des dizaines de familles sont revenues s'installer de nouveau sur ce même terrain forestier en y installant de nouvelles baraques. Les occupants de ces baraques n'hésitent pas à arracher les arbres pour construire.
Dernièrement, les services du secteur urbain de Bouamama ont avorté une tentative de morcellement d'un espace forestier à Haï Coca destiné à la construction illicite. Des énergumènes avaient arraché plus de 150 arbres au niveau de ce site plus précisément au niveau de l'axe menant vers la corniche supérieure, près de la ferme Khemisti. Aussitôt alertés, les services du secteur urbain ont informé l'ensemble des services concernés qui se sont déplacés sur le site pour constater l'énorme dégât.
Les services de la wilaya avaient averti à maintes reprises que ces derniers risquent de se voir délogés même si besoin par la force publique et de se voir poursuivis en justice. Les mêmes services disposent de toutes les données vérifiées et complètes recensant les occupants des sites précaires devant être touchés par les prochaines opérations de relogement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.