Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Ligue 1: le CR Belouizdad tient bon, le RC Arba respire mieux    Serie A : Bennacer champion avec le Milan AC !    Météo: des températures au-dessus des moyennes saisonnières    L'actrice Chafia Boudrâa s'est éteinte à l'âge de 92 ans    Hausse des températures: le ministère de la Santé prodigue des conseils préventifs    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Benbouzid préside les travaux de la 57e session ordinaire du Conseil des ministres arabes de la Santé    Sahara occidental: le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Industrie: prioriser le rendement économique lors de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans le secteur de Smara    "Andaloussiates El Djazair" : prestation de l'association "Mezghenna" d'Alger    Football - Ligue 2: Le MCEB et l'USMK champions, le MOB, la JSMB et le CRBAO rétrogradent    ES Sétif: Une lacune impardonnable    LIRF - Inter-régions: Une fin de saison entachée par la violence    Fertial: Asmidal reprend les 17% du groupe «ETRHB Haddad»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Tlemcen: Quatre morts par noyade sur les plages de Bider et Moscarda    Pour la quatrième année consécutive: Mort massive de poissons au lac Oum Ghellaz    A quelques semaines des jeux Méditerranéens: Des invasions de moustiques enveniment le quotidien des Oranais    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Réfugiés climatiques    La pression jusqu'en 2023 ?    15 hôtels réservés aux journalistes    La FSF épingle la FFF    Accord avec Mbappé?    «L'heure de l'unification arabe a sonné»    Dialogue national sans partis politiques    Les forces sionistes ont tué un jeune de 17 ans    La déclaration devant l'APN en septembre    Quelle place pour les partis?    Comment sauver les récoltes?    Les recasés de Saket s'impatientent    La grande inquiétude!    Les serments de Belaribi aux ingénieurs    34 milliards pour la zone d'activité    Le pari vital de Tebboune    Un grand homme s'en va!    Formation au ciné-concert    «Nous sommes ouverts à tous les Algériens»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    Une manœuvre dissuasive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sisyphe et nous
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2022

Une actualité déprimante: sujet dans toutes les bouches, la pénurie et l'augmentation généralisée des produits de large consommation. Une actualité des plus malheureuses qui élude tout ce qui se fait de mieux dans le pays. Une effroyable dégradation du pouvoir d'achat des Algériens, dont il est aisé de mesurer l'ampleur avec ces appels à l'aide des associations caritatives qui pullulent sur les réseaux sociaux. Une commission parlementaire a même été instituée pour investiguer sur les raisons à l'origine de la pénurie des produits alimentaires. Mais le destin du peuple est-il dans le manque d'un bidon d'huile ou d'un sachet de lait, quand l'heure est à la recherche de nouveaux horizons aux contours encore très flous ?
Il n'y a pas lieu d'aller farfouiller dans les marmites ménagères pour se rendre compte d'un malaise social trop amer qui n'a pas que les prosaïques préoccupations du ventre pour seule raison. Comme corrodée par un mal incurable, la société algérienne, très particulière à bien des égards, ressemble à ce mythe de Sisyphe qui voudrait que le pays se retrouve obligé de tout reprendre à zéro quand il croyait avoir fait une bonne partie du long chemin vers le salut. Soixante ans après le retour du soleil de la liberté, notre indépendance est toujours mal assumée. Celui qui n'a pas eu la chance d'aller à l'école comme celui qui sort de l'université bardé de diplômes vivent aujourd'hui la même angoisse et partagent le même espoir de lendemains plus «chantants».
A l'évidence, trop de virages ont été très mal négociés dans l'histoire tourmentée du pays, alors cessons de nous faire croire que le bonheur du peuple est dans des étals garnis quand le malaise est d'abord d'ordre psychologique, voire existentiel. Pour ceux en charge de notre destin national, il est absolument nécessaire de conjurer le crucifiement de générations entières, y compris celles qui ne sont pas encore nées. Le génie politique est peut-être à chercher du côté du peuple plutôt que chez ceux qui veulent lui faire prendre des vessies pour des lanternes. Encore et toujours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.