Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ministère de l'intérieur: Plus de retrait de permis à compter du 1er février
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 01 - 2022

Une circulaire interministérielle du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire et celui des Transports annonce la suspension des retraits de permis de conduire et son remplacement par une mesure transitoire jusqu'à la généralisation du permis biométrique à points. Cette mesure sera appliquée à partir du 1er février 2022.
Le document, daté du 20 janvier dernier, stipule qu'en attendant la mise en service du système d'octroi de points, en cas d'infraction au code de la route le permis de conduire sera retenu par les services de sécurité concernés et non pas transmis aux commissions de wilaya territorialement compétentes. L'agent ayant constaté la violation du code de la route doit donc garder le permis de conduire en échange d'un document prouvant sa rétention qui permet au propriétaire de conduire pendant une période de 10 jours à compter de la date de délivrance du constat d'infraction. L'auteur de l'infraction devra s'acquitter de l'amende forfaitaire minimum correspondante à l'infraction dans un délai maximum de 45 jours.
Le concerné peut dès la présentation du reçu de paiement de l'amende récupérer son permis de conduire. Dans le cas contraire, l'agent ayant constaté l'infraction envoie la déclaration du délit accompagnée du permis de conduire à l'autorité judiciaire compétente. Le montant de l'amende forfaitaire sera, ainsi, porté à son maximum, ajoute le document.
La circulaire interministérielle explique cette décision de ne plus recourir au retrait de permis de conduire par les commissions de wilayas, par une volonté de «faciliter les démarches administratives au profit des conducteurs», de «réduire la charge aux services de sécurité et aux administrations dans le traitement des dossiers relatifs aux infractions au code de la route, pour qu'elles concentrent leurs actions dans la lutte contre l'insécurité routière». Il est également attendu à travers cette mesure «d'encourager les contrevenants à s'acquitter immédiatement des amendes forfaitaires en échange de la récupération immédiate du permis de conduire».
La circulaire explique aussi que la démarche d'annulation de la suspension du retrait du permis de conduire par les commissions de wilayas, dans le cadre de la procédure prévue aux articles 93 à 96 de l'ordonnance n°09-03 de juillet 2009 vise à dissuader les comportements irresponsables des conducteurs, «n'ayant pas permis d'atteindre l'objectif recherché de dissuasion et de réduction des accidents de la route avec une hausse sensible du nombre de décès atteignant les 4.600 morts par an».
L'application de l'ordonnance n°09-03 de juillet 2009 a aussi eu «des répercussions négatives sur les plans professionnel et social des conducteurs qui commettent des infractions sans gravité», «ainsi que sur les services administratifs et sécuritaires» et «contribué à perturber les intérêts des citoyens, notamment ceux commettant des infractions dans des lieux éloignés de leurs wilayas de résidence, ce qui les affecte financièrement, professionnellement et au niveau familial».
Le document stipule également que pour les permis retirés dont les dossiers n'ont pas encore été traités en commission de wilaya, les services de wilayas sont appelés à prendre contact avec les conducteurs concernés pour qu'ils puissent les récupérer immédiatement après avoir payé l'amende forfaitaire dans un délai de deux mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.