Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2022

Chacun de nous peut constater, notamment en flânant dans les rues de nos villes, qu'un certain nombre d'initiatives d'intérêt public, prises soit par les autorités locales, soit par de simples citoyens, qui sont intéressantes à priori sur le papier, finissent par se métamorphoser en fiascos et en regrets, et cela à cause d'un manque de prévoyance, d'une absence de suivi et de vision à long terme. Par exemple, est-ce bien sensé de placer des boîtes à ordures un peu partout sur les trottoirs de nos cités si personne ne vient les vider une fois remplies; est-ce bien raisonnable de mettre des bacs à fleurs pour agrémenter nos squares si on ne prévoit pas des agents pour venir les arroser; est-ce très utile que des bénévoles initient des campagnes d'assainissement dans nos quartiers si leurs actions restent sans lendemain ?
Notre problème, peut-être, est que, parfois malheureusement, nous donnons l'impression de regarder pas plus loin que le bout de notre nez et de nous préoccuper davantage de gérer tant bien que mal le présent plutôt que de préparer sérieusement l'avenir. Nous réalisons ainsi beaucoup de projets mais est-ce que nous veillons toujours à assurer leur bonne maintenance et leur entretien dans le temps ? Nous érigeons beaucoup d'infrastructures mais est-ce que nous faisons tout ce qu'il faut pour empêcher leur dégradation plus ou moins accélérée ? C'est comme si nous détruisions un peu chaque jour ce que nous avions construit la veille ! Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes dès le commencement (à part la mort) et presque tout, si on veut s'en sortir, est une affaire de volonté et d'efforts soutenus et également, c'est vrai, d'un pourcentage de chance. (Mais la chance est une variable que personne ne prétend maîtriser) ! Lorsqu'on plante un rosier, lorsqu'on construit une maison, lorsqu'on est partie prenante d'une œuvre collective, il faut en prendre soin et s'y consacrer tous les jours, un peu comme un bon jardinier bichonne ses fleurs, un peu comme une mère de famille élève son enfant. Et cette manière d'être rigoureux et conséquent dans ses actes doit être le souci permanent autant des responsables que des citoyens lambdas. Si jamais ensuite, qu'à Dieu ne plaise, un malheur survient, il restera au moins à chacun la satisfaction d'avoir fait ce qu'il avait à faire !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.