Ouverture du 15ème Salon Equip Auto Algeria à Alger    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Décès de Djamel Larouk, directeur de l'ESBAA    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc pour détention arbitraire    JM-Oran-2022: tableau des médailles    JM: programme des finales prévues dimanche    Ressources hydriques souterraines: un important programme projeté à Bechar    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Recouvrement de l'Indépendance nationale: un spectacle grandiose    Real - Modric : "Mbappé doit maintenant vivre avec cette décision"    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    JM/Boxe: "Je mérite la médaille d'or" (Houmri)    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    Driss Messaoud sauve la face    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Trois projets de loi adoptés    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    L'Algérie dansera tout l'été    Fin de parcours du touriste judiciaire    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Un pays à la recherche de son destin    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au bout de la trêve ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 04 - 2022

Y a-t-il une menace qui plane sur la paix fragile en Libye ? Le pays risque de sombrer de nouveau dans le chaos, selon des représentants du commandement général de l'armée libyenne, qui ont annoncé samedi 9 avril la suspension de leur participation au comité 5+5 et mettent en garde contre «une division politique qui conduira à un effondrement économique, social et sécuritaire » en Libye. Inévitablement, l'évolution de la situation en Libye est rattrapée par la nomination en février dernier, par le Parlement de Tobrouk, d'un deuxième Premier ministre, Fathi Bachagha, qui met le pays dans une posture de gouvernance par deux Premiers ministres !
Ainsi, après un calme de quelques semaines après cette nomination, les choses ont commencé à se détériorer sur le plan sécuritaire. Des affrontements entre deux groupes armés ont éclaté dans la soirée du 4 avril dernier dans la capitale libyenne Tripoli, sur fond de tensions politiques exacerbées, faisant deux morts et cinq blessés. Lesquels affrontements ont été suivis par une accalmie précaire. Mais cette présente sortie du commandement militaire, qui a suspendu sa participation aux travaux du comité 5+5+, augure d'un retour à la case départ dans le dossier libyen. En portant de graves accusations contre le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), notamment en lui reprochant de ne pas s'être conformé aux décisions du Parlement et remettre le pouvoir au Premier ministre Fathi Bachagha, les représentants du commandement de l'armée ont clairement annoncé la couleur, en l'occurrence leur opposition au Premier ministre Dbeibah.
La mise en garde contre un effondrement de la situation en Libye est à prendre très au sérieux par toutes les parties libyennes et par la communauté internationale, qui a les yeux rivés sur la guerre en Ukraine. Les représentants du commandement de l'armée n'ont pas seulement suspendu leur participation aux travaux du comité 5+5, appelé de fait à se désintégrer, mais ils ont également appelé Khalifa Haftar à arrêter les exportations de pétrole, à fermer la route côtière est-ouest et à arrêter les vols entre l'est et l'ouest de la Libye. De quoi provoquer le chaos en Libye et le renforcement de la division des rangs dans ce pays. Et, chose intrigante, ces menaces qui planent sur la sécurité de la Libye ne semblent inquiéter outre mesure ni la communauté internationale ni l'ONU, qui gardent un silence pesant face à cette montée des périls. Est-ce par crainte de s'engager en faveur d'un groupe ou d'un autre, qu'on risque de trouver demain aux commandes du pays ?
L'Algérie maintient clairement des relations avec le gouvernement de Dbeibah, qui a la légalité internationale, et le soutien de l'ONU normalement. Reçue, jeudi dernier, par le président Tebboune, la ministre libyenne des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Najla Al-Mangoush, a déclaré au terme de cette audience que sa visite en Algérie «intervenait en vue de soutenir les efforts du Gouvernement d'union nationale libyen (GNA) et parvenir à des élections justes et légitimes». Ce qui résume la position d'Alger sur ce dossier: l'aboutissement du processus politique à des élections qui permettraient au peuple libyen de choisir ses dirigeants. Un chemin parsemé d'embûches mais pas totalement impraticable. Reste seulement à démasquer devant l'opinion internationale qui cherche à entraver ce processus ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.