Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des jeunes et des aspirations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 04 - 2022

La participation ou l'implication des jeunes à la vie politique nationale, voilà un casse-tête sur lequel se réveillent les partis politiques. Dans le temps, personne ne se souciait de cette dimension visant l'intégration des jeunes dans les partis politiques, qui ont plutôt tout entrepris, depuis l'indépendance, pour détourner cette énergie, voire la faire dégoûter de la chose politique. Car, tout était taillé sur mesure, quand il s'agit d'élections ou de désignations dans les postes de responsabilité, pour les anciens apparatchiks, inamovibles. Puis, le hirak est passé par-là, broyant un système, du moins le faisant douter sur ses capacités à gérer un pays constitué de 75% de jeunes, mais basé sur le clientélisme et étouffant les aspirations des jeunes. Les jeunes ont montré, à travers ces manifestations populaires, qu'ils étaient très politisés, et qu'il ne leur manquait que la liberté d'action, un champ démocratique, pour dire leur mot et peser de leur poids énorme sur la scène politique nationale. Depuis cet évènement majeur, qui a eu et qui aura, dans l'avenir, une grande influence sur le devenir du pays, l'enjeu majeur des partis politiques a été axé sur le recrutement de nouveaux militants dans le milieu des jeunes, pour faire leur mue et par crainte, surtout, d'une disparition pure et simple de la scène politique nationale. Ont-ils réussi dans cette entreprise ? Le résultat est mitigé, puisque relativement, les formations politiques ont capté une partie de cette force de la jeunesse, mais dans leur grande majorité, les jeunes restent allergiques aux activités politiques au sein des anciennes formations politiques, qui n'ont pas pu ou su se défaire complètement des habits de l'ancien système malgré leurs tentatives de faire peau neuve.
Dans ce cadre, on ne se lasse pas de courtiser ces jeunes, et tenter de les charmer par différentes manières, afin de les attirer dans le domaine du militantisme politique. Intervenant lors d'une rare rencontre politique durant ce mois de ramadhan, le SG du FLN a insisté sur la préparation du terrain aux jeunes en mettant en place les « cadres de formation appropriés » afin de leur permettre de « participer à la vie politique et de s'engager dans l'action politique, en toute confiance ».
Cela laisse-t-il comprendre que les jeunes ne sont pas assez formés politiquement ? L'avis du président de la République, qui considère que les jeunes occupent les devants de la scène nationale, politique et économique, étant la deuxième force politique du pays, à l'issue des récentes élections législatives et locales et avec leur participation dynamique dans la création des startups, diffère totalement de cette conclusion. Mais, ils restent « indépendants » de tout courant politique constituant le paysage national. Est-ce là une tare qu'il faut corriger dans l'avenir en leur permettant de s'offrir un encadrement politique identifié, avec une adresse et une couleur, pour leur éviter une désintégration dans le décor ? Bien sûr, il est évident que la pratique politique n'est pas forcément le fort ou chercher à la rendre comme telle, chez tous les jeunes. Ne pas s'immiscer ou ne pas se mouiller dans la politique n'est pas un problème en soi. Chacun son métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.