Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    JM/Football: l'Italie première équipe pour les demi-finales, l'Algérie trébuche    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La première règle de l'investissement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 05 - 2022

De toutes les décisions prises dans le cadre de l'avant-projet de la loi sur les investissements ce sont celles relatives à la pénalisation de l'obstruction administrative qui sont les plus importantes. S'attaquer au mur d'acier érigé contre toutes les initiatives d'investir, petites ou grandes, par une flopée de fonctionnaires à quelque niveau qu'ils soient, est un heureux affrontement contre un mal qui a terriblement gangrené le pays.
Seriner les méfaits de la bureaucratie n'est qu'un survol suranné d'un phénomène malfaisant répété avec une certaine fuite en avant pour cacher un mal plus profond qui relève de la traîtrise et du bradage de l'âme pour détruire son pays. Unis et conjugués à tous les temps, l'incompétence, la corruption instituée au grand jour, la rapine, la vanité, le brigandage et même la nonchalance bien élaborée et orchestrée par certains agents censés être au service de la population sont des armes autrement plus toxiques que de la petite félonie. Elle est traîtrise et crime contre la nation. De fait, la crainte peinte en toile de fond supposant incarcérations à la prison d'El Harrach n'est que prétexte pour fuir les responsabilités ou à l'inverse pour justifier la varappe. L'apriori du mal qui résiderait dans la législation est insuffisant pour justifier les mauvaises assises dans le monde de l'investissement.
Pour dépasser les us malfaisants qui dénaturent le vrai sens de l'investissement, les meilleures procédures législatives et n'importe quel génie gouvernemental n'auront qu'un moindre effet sur l'économie si un certain esprit et culture dépravés ne sont pas écartés. Il ne peut se limiter à l'orientation de la loi fût-elle guidée de la plus noble intention, car sa positive effusion naît d'abord dans les cœurs et les engagements de ceux censés l'appliquer à la lettre.
La base du réel investissement et de son efficacité est l'engagement sans faille des agents de l'Etat, des ordonnateurs et des exécutants qui ne doivent s'en tenir qu'au bien de leur pays.
La formule d'un célèbre ancien président américain qui recommande à chaque citoyen de se demander ce qu'il peut apporter à son pays plutôt que d'entrevoir ce que son pays doit lui donner est d'une actualité brûlante en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.