Rachad-MAK: le mariage incestueux    6 et 4 ans de prison pour Ould Abbès et Barkat    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Les bateaux «fantômes» d'Algérie ferries    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Bouira sérieusement impactée    «Chaud» sera l'été...    Nouvelles filières pour les matheux    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    JM-2022-Oran : les Algériens de la lutte libre sortent sans médaille    JM-Oran-2022 / Football (Gr.A/2e journée) : Algérie-Maroc (0-2)    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Face aux séismes    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les dos d'âne et la responsabilité de chacun
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 05 - 2022

Malgré quelques gênes et de petits inconforts constatés ici et là, Oran, la capitale de l'Ouest se fait belle à la faveur des Jeux méditerranéens. La ville a eu tout à gagner grâce à l'argent du Trésor pour redorer le blason de plusieurs infrastructures jusqu'ici négligées.
Avec un certain bonheur, les automobilistes, sereins, armés de sagesse et de pondération, ont goûté pour un moment à la satisfaction de voir les routes rafraîchies par un nouvel asphalte que tout le monde attendait. Mais aussitôt le récent visage des routes en divers endroits prêterait à croire que la satisfaction ne sera que de courte durée. Les autorités locales ont cru bien faire en balafrant à chaque cent mètres les rues et les boulevards avec les sacro-saints dos d'âne pour qu'Oran reste la capitale du monde des ralentisseurs. De plus, ils ne répondent aucunement aux normes réglementaires et ceux bétonnés sur le sol ne feront que le seul bonheur et la satisfaction des mécaniciens.
Ce phénomène devenu imparable et incontournable n'est pas anodin. Il est d'une profondeur inouïe née des tares et de la désarticulation sociale d'une population étranglée de plus en plus par la mal-vie. Les autorités ne sont pas les seules en cause, car de guerre lasse elles tentent par les moyens qui sont à leur disposition pour lutter contre l'imbécilité grandissante d'une partie des automobilismes qui n'ont trouvé comme moyen d'affirmation du développement de soi que la conduite débile de leurs véhicules.
Les parades des représentants de l'Etat contre l'incivisme et la violence sont lourdes de sens et renvoient à un large diagnostic des causes des méfaits où la politique, la culture, le mauvais partage des espaces communs occupent une place de choix. Et de fait, l'on ne se rend pas compte que le non-respect de ses concitoyens par de véritables crétins qui envahissent les routes est une arme dévastatrice contre le bien-être de tous et le préconçu élémentaire de la démocratie.
Occuper sa place dans l'espace public avec maturité et respect de l'autre est, contrairement aux fausses croyances, la meilleure recette pour mettre les gouvernants face à leurs responsabilités. L'obéissance civile et le comportement civilisé ne sont pas un gage de soumission à l'adresse de ceux qui gouvernent, mais le meilleur signe d'élévation et de respect de soi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.