"Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Une sérieuse alerte    La contre-attaque par les chiffres    Tension sur le lait infantile    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    «La confiance du peuple a un coût»    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    «Le consensus est une exigence historique»    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Signature de deux accords entre les ministères de l'Enseignement supérieur et de l'Economie de la connaissance    La jeunesse algérienne consciente des questions décisives de l'heure    Situation au Burkina Faso: le Ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des membres de la communauté algérienne dans ce pays    Tébessa : ouverture du premier forum des jeunes d'Algérie    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    La Guinée se voit retirer l'organisation de la CAN 2025    6e édition du REVADE: plus de 80 opérateurs attendus du 10 au 13 octobre    Près de 186.000 agriculteurs ont bénéficié de contrats de concession à l'échelle nationale    Le Président Tebboune préside dimanche une réunion du Conseil des ministres    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Algérie-France: Consultations entre les deux pays    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le diagnostic doit être prématuré    Les chiffres de l'ANP    De la cocaïne à profusion    Mouloudji prend part à la conférence de l'UNESCO "MONDIACULT 2022"    Impératif soutien médiatique à la Palestine face à la propagande et à l'occupation sionistes    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelle justice pour quel monde?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 08 - 2022

Des missiles tombent sur Gaza en même temps que l'Ukraine brûle. Décidément, le motif trouvé par Israël n'est qu'un fallacieux prétexte pour tuer des civils par dizaines, dans une large opération militaire considérée comme « préventive ». En début de semaine, Tel Aviv a mis aux arrêts un chef de Djihad islamique en Cisjordanie, et pour empêcher toute réplique, frappe le territoire palestinien, bouclé depuis trois jours. Bref, le monde assiste dans l'impuissance totale à deux foyers de tension simultanés (Ukraine et Palestine) qui en disent long sur l'inefficacité des organismes onusiens en temps de crise majeure. Au-delà de cet amer constat, c'est surtout le traitement médiatique et diplomatique « partial » de ces deux dossiers épineux qui pose, sérieusement, problème. Quand Vladimir Poutine a pris la décision d'envahir l'Ukraine à la fin du mois de février dernier, toute l'Europe s'est mobilisée comme un seul homme pour imposer et sanctions économiques et sanctions diplomatiques sur Moscou.
La célérité d'une telle réaction amène, en toute logique, tout un tas de questions dont la principale sera la suivante: pourquoi cette même Europe ne manifeste-t-elle pas, à présent, le même degré de consternation concernant les récents bombardements israéliens sur la bande de Gaza? Cela interpelle d'autant plus les consciences qu'en un rien de temps, la Russie, première puissance nucléaire mondiale, se retrouve presque sous embargo occidental, à cause de son invasion de l'Ukraine. Et si ce n'était pas le dossier de l'exportation du blé ukrainien et la question énergétique, auxquels la Communauté européenne tenait à cœur pour assurer sa sécurité géostratégique, la Russie serait peut-être rapidement à terre, sans aucun autre moyen de défense, à part celui de la confrontation militaire directe avec les USA et leurs alliés européens.
La première question amène nécessairement une deuxième, encore plus douloureuse, qu'on peut formuler ainsi : Israël est-il plus influent militairement, politiquement et diplomatiquement que la Russie, pour être épargné par les critiques, les avertissements et les menaces occidentales? Foutaise! Puis, pourquoi les quelques réactions occidentales à propos de Gaza se résument-elles à des appels à l'apaisement, alors que dans le cas ukrainien, elles s'insèrent plutôt dans la catégorie des casus belli? Deux poids, deux mesures, qui mettent à mal toute la conception droits-de-l'hommiste et des libertés promue par ce monde dit libre.
L'Etat hébreux impose, pour rappel, depuis 2007, un blocus strict à Gaza, enclave de 2,3 millions d'habitants, minée par la pauvreté et le chômage. L'OMS signale qu'outre les dégâts humains et matériels, la fermeture des passages frontaliers (ce qui contraint des milliers de Gazaouis, titulaires de permis de travail à rester chez eux), environ 50 personnes qui quittent Gaza pour des soins sont affectés par ces frappes-là. En outre, cette fermeture a ralenti la livraison de diesel, acheminé depuis l'Egypte, nécessaire à l'alimentation électrique. En gros, le calvaire palestinien continue dans l'indifférence générale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.