Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



44 Palestiniens tués: Trêve à Ghaza
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 08 - 2022

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait se réunir hier à la demande de l'Autorité palestinienne pour examiner la situation dans les territoires occupés au lendemain d'un cessez-le feu obtenu après trois jours de guerre infernale menée par l'armée israélienne contre les populations de Ghaza et d'autres villes palestiniennes occupées.
C'est une délégation des services égyptiens du renseignement qui s'était déplacée dimanche en Palestine occupée pour négocier une trêve entre l'entité sioniste et le mouvement du Djihad islamique dont les responsables ont dirigé la résistance palestinienne durant cette autre guerre contre Ghaza. L'Egypte avait annoncé l'entrée en vigueur de la trêve en question le même jour à 23h au lieu de 20h comme c'était prévu. Le secrétaire général du Mouvement du Djihad islamique, Ziad Nakhaleh a souligné dans une conférence de presse qu'il a animée dimanche à partir de la capitale iranienne, Téhéran, que pour cette fois, le cessez-le-feu a été obtenu après avoir mis au cœur des négociations avec l'entité sioniste, la protection des prisonniers palestiniens. Le Mouvement du Djihad islamique a obtenu dans ce contexte, « avec une garantie égyptienne », la libération de Khalil Awawdeh, qui était en grève de la faim depuis plus de 150 jours. Le prisonnier devrait être conduit aujourd'hui vers un hôpital pour bénéficier de soins intensifs au regard de la grave détérioration de son état de santé. Le Djihad a aussi négocié et obtenu la libération Sheikh Bassam al-Saadi, un de ses dirigeants. C'est donc dimanche soir que le cessez-le-feu est entré en vigueur dans les territoires occupés après trois jours de massacres des Palestiniens dans une guerre menée par une force nucléaire avec un arsenal militaire de dernière génération contre des roquettes lancées par le Djihad islamique mais dont la majorité a été interceptée par l'antimissile israélien.
Plus de 1.500 habitations détruites
Trois jours de guerre, 52 heures de frappes aériennes intensives contre des sites du Djihad islamique où deux de ses éminents dirigeants ont perdu la vie, Tayseer al-Jabari et Khaled Mansour. Et aussi sur des quartiers populaires où sont tombés en martyrs 44 Palestiniens dont 15 enfants et 4 femmes et 360 autres ont été blessés. Située à la frontière avec l'Egypte, Rafah à elle seule a subi 8 heures de raids israéliens et a eu 7 martyrs. L'entité sioniste a en même temps ciblé plus de 1.500 habitations de familles palestiniennes pour les réduire en ruines. Bien que le cessez-le feu avait été conclu, l'armée israélienne avait continué à martyriser les populations palestiniennes dans la soirée du dimanche au lundi et ce jusqu'à l'aube. C'est à ce moment qu'elle a ramené 4 engins dans le village de Romana pour détruire des habitations occupées par les familles de deux prisonniers palestiniens. El Qods occupée continuait aussi de vivre les horribles provocations des colons dont des milliers ont investi l'esplanade des mosquées et pénétré la Mosquée d'El Aqsa. Dès les premières heures de l'aube, les Palestiniens ont commencé à enterrer leurs morts qu'ils ont sortis de sous les décombres des milliers d'habitations et d'infrastructures détruites. «A chaque guerre, on défend les capitales arabes avec les sacrifices de notre peuple et les corps déchiquetés de nos enfants par l'armée sioniste», disait hier un représentant de Feth.
«Quand on met dos à dos l'agresseur et l'agress酻
Tel-Aviv se dit avoir atteint ses objectifs «en décapitant» le Mouvement du Djihad islamiste. «C'est une trêve en attendant d'autres étapes», soutiennent des responsables israéliens. Fortement épaulée par les Etats-Unis, l'entité sioniste plaide «la légitime défense » pour chaque massacre de Palestiniens commis. «Le peuple palestinien a réalisé une grande victoire face à l'agression, en particulier les Brigades Al-Qods, le Mouvement du Djihad islamique s'est lancé pour défendre l'unité du peuple palestinien(…), 58 colonies étaient en même temps sous le feu de nos missiles», a déclaré pour sa part Ziad Nakhaleh. «C'est la énième trêve qui suit la énième attaque contre le peuple palestinien, le scénario se répète à chaque fois qu'il y a des élections israéliennes en vue», a déclaré hier Hala Abou Hassira, ambassadrice et cheffe de la mission Palestine en France, à franceinfo. Hala Abou Hassira a souligné que «chaque Premier ministre israélien utilise le sang palestinien, fait couler le sang palestinien et rivalise avec les autres candidats politiques en Israël pour tuer le plus de Palestiniens et faire couler le plus de sang palestinien (…)». A une question sur «les craintes» qu'Israël met en avant pour attaquer Ghaza, la diplomate palestinienne répond«c'est à chaque fois le même scénario, on craint quelque chose et on finit par lancer une attaque meurtrière et par tuer des enfants (…) et la terreur vécue par les 2 millions d'habitants. Comment peut-on justifier une telle réaction ?(…)». Il ne faut pas oublier, dit-elle, « que le peuple palestinien est sous occupation militaire qui dure depuis plus de 55 ans. Il y a un système d'apartheid imposé sur l'ensemble du peuple palestinien occupé. C'est le peuple palestinien sans abri, sans protection, qui a le droit de se défendre et c'est la protection du peuple qui doit être assurée contre l'Etat agresseur et l'Etat occupant. Les réactions internationales y compris celles de la France, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne sont inacceptables. Quand on met dos à dos l'agresseur et l'agressé c'est inacceptable. Quand on n'invoque pas la responsabilité première de l'Etat d'Israël dans cette attaque c'est inacceptable. Il ne faut pas juger les choses à géométrie variable ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.