Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La santé du citoyen otage des lobbies
LE PRESIDENT DU SYNDICAT NATIONAL DES PHARMACIENS DENONCE
Publié dans Réflexion le 27 - 09 - 2011

La pénurie des médicaments s'allonge et la liste des médicaments en manque ne cesse de continuer. 280 médicaments sont introuvable sur le marché, dont 150 sont des médicaments essentiels pour les malades chroniques. Quelles sont les rasions de ces pénuries?
Il y a plusieurs raisons à cette déstabilisation du marché. Certaines sociétés d'importation ne respectent pas leurs engagements par rapport aux cahiers de charges et aux programmes. Il y a aussi des problèmes au niveau de la production. Des producteurs n'ont pas respecté leurs engagements aussi en matière de remplacement des produits importés. S'ajoute à cela des difficultés dans la distribution », a déclaré Messaoud Belambri, président du Syndicat national des pharmaciens d'officines (SNAPO), invité, mardi 27 septembre, de la Chaîne III de la radio nationale. M. Belambri a évoqué l'existence de cas de rétention. « Mais également d'exclusivité lorsqu'on voit qu'il y a un cumul d'exercice de distributeur et d'importateur. Des distributeurs détiennent un monopole et une véritable exclusivité mais qui ne peuvent pas assurer la distribution à travers le territoire national », a t il expliqué. D'après lui, des laboratoires étrangers ont accordé l'exclusivité à une ou deux sociétés d'importation algériennes pour des médicaments indispensables. « Cependant, ces produits ne sont pas du tout importés. Et s'ils le sont, ils sont retenus ou distribués selon une pratique discriminatoire par rapport aux officines », a t il relevé. Messaoud Belambri a révélé que le gouvernement a fait machine arrière après avoir autorisé les producteurs à assurer directement la livraison des médicaments aux pharmacies. « Ceci a encore dopé le pouvoir de certains lobbies de l'importation qui dominent les marchés des médicaments. Ceux ci ont exercé une énorme pression pour obtenir le retrait de l'instruction gouvernementale. Leurs intérêts étaient menacés. La situation a empiré. C'est ce que nous avons prévu », a t il dit. Selon lui, le marché actuel du médicament est évalué à 1,6 milliard d'euros. « Ce n'est donc pas du jour au lendemain qu'on va enlever une partie de cette enveloppe à ceux qui la détiennent. Il est inconcevable qu'avec l'argent de l'Etat, des lobbies se sont constitués et qui exercent actuellement un véritable diktat sur le marché du médicament. Il y a 150 médicaments essentiels qui ne sont pas disponibles. On ne peut pas continuer comme cela », a t il averti. « Nous ne pouvons pas accepter que « la loi » financière dirige ce marché. Il y a la notion de santé publique. Il faut d'abord prioriser l'accessibilité au médicament dans toutes les régions. Les grands distributeurs doivent adopter un comportement déontologique. Ceux qui ont les plus grands moyens financiers détiennent toute la gamme des médicaments. Ils ne sont pas intéressés par le travail avec les petites pharmacies qui constituent de 80 à 90 % des officines existantes », a t il ajouté, proposant la création d'un regroupement des pharmacies pour contribuer à la régulation du marché et au respect des règles déontologiques. M. Belambri a également appelé à installer l'Agence nationale des produits pharmaceutiques pour renforcer la régulation. Selon lui, le réseau officinal a explosé dans le pays. « Nous sommes passés de 5 000 à presque 9 000 officines en trois ans. Il y a eu donc dilution des stocks. Il y a aura un problème de couverture et de réponses aux besoins ». Le président du SNAPO a estimé qu'il y a urgence à prendre des mesures concrètes pour en finir avec la situation de pénurie. « Il faut créer un comité ad hoc et associer toutes les parties concernées par le marché du médicament et la distribution pour trouver les solutions, que cela se fasse sous la tutelle du ministère de la santé », a t il dit. Il a rappelé que son syndicat a déjà fait des propositions et interpellé les autorités par écrit et par voie de presse. A ses yeux, la production pharmaceutique nationale peut être la solution de demain. « Maintenant, il faut prendre des mesures urgentes. Nous sommes les premiers à faire face à détresse des malades », a t il appuyé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.