Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carton rouge aux frontières algéro-marocain
UNE EXPLICATION RATIONNELLE SUR LA FERMETURE DES FRONTIERES : UNE REVENDICATION CITOYENNE LEGITIME
Publié dans Réflexion le 02 - 10 - 2011

Presque soixante-dix millions de citoyens maghrébins n'ont pas le droit d'exiger, au final, une explication rationnelle de leurs gouvernements respectifs sur la fermeture des frontières entre les mitoyens d'une contrée de l'Afrique du nord où naturellement, pour l'exemple de toutes les contradictions bravant l'aménité du bon voisinage, pour aller de Maghnia à Oujda ou l'inverse, on n'a pas besoin d'interprète, de se mettre à la page d'une religion différente pour le respect des mentalités, de revisiter l'Histoire pour les modalités de comportement de culture et d'économie.
Qu'on le veuille ou non la mondialisation dans la dernière décennie n'autorise désormais plus de clivage dans les systèmes d'échange entre communautés, il n'y a plus de capitaliste à Sidi Kacem ni de socialiste à Sidi Bel Abbès, plus de pro soviétique à Constantine ni de pro américain à Tanger. La jeunesse de cette merveilleuse gratification de géographie humaine qui s'appelle Rachid ou Redouane, Amina ou Zohra, d'un côte comme de l'autre, souffre de quelque chose de terriblement douloureux qui la pénalise dans son droit d'identification et d'essor. Combien sont-ils venus au monde, fille et garçon, depuis le promettant Sommet de Marrakech en 89 ? S'ils sont vivants, ils sont majeurs et vaccinés. Et donc, au moins ceux-là, ils ont le droit qu'on arrête de leur raconter des histoires de danger terroristes, de périls armés fous furieux sur leurs territoires respectifs, communs en vérité.
Un Maghreb solidaire est synonyme de développement de ses richesses humaines et matérielles
En cette dixième commémoration des attentats du Onze septembre, ils n'ignorent pas, qu'ils résident à Casablanca ou Oran, que la menace fanatique peut frapper partout après le raid sur le Pentagone. Car pour ce qui concerne la foi musulmane son apprentissage dans le respect de soi et d'autrui commence dans la famille et à l'école par le doigt des parents et des maîtres posés sur la dédramatisation de ses principes et concepts. Cette jeunesse-là le comprend profondément aujourd'hui, tant en Algérie qu'au Maroc. Mieux, des anciens connus par le passé résolument radicaux qui dirigeaient le Front islamique du salut, qui sont parents ou grands-parents, rencontrés, n'hésite plus à se prononcer sur le ridicule frontalier clos depuis plus de dix-sept ans, « alors que des européens s'ignorant leurs langues vont et viennent à l'envi d'un pays à l'autre pour s'entremêler leurs cultures et leurs savoirs » raconte un ancien responsable d'un grand parti algérien dans une aérogare bruxelloise. Maintenir hermétique une voie de circulation de plus de mille quatre cents kilomètres d'aubaine de confrontation fraternelle est un acte de flagrant mépris au devenir d'un Maghreb solidaire œuvrant pour le développement de ses richesses humaines et matérielles, pour l'essor de ses capacités dans le travail de la terre, de la manufacture et dans les services. N'a-t-il pas démontré, le Maghreb, ses compétences de modernité dans la rive nord de la Méditerranée, en Amérique boréale ou en Asie arabique ? Il faut laisser accroire se complaire dans la cécité pour ne pas admettre la diaspora maroco-algérienne dans les élites métropolitaines de France et Navarre, dans tous les domaines de l'excellence, en politique, en économie, dans l'agropastoral et dans la culture.
L'incontournable apport des populations du Maghreb dans l'édification de l'Europe puissante
Soit dit en passant, beaucoup de choses ont été avouées, à tort ou à raison, dans les débats ayant trait à la valorisation du colonialisme français dans l'Histoire globale ou dans ses particularité – le Maghreb pour ce qui concerne le sujet - mais on ne raconte quasiment jamais le phénomène inverse : dans la diachronie de l'enchevêtrement civilisationnel, peut importe le fort ou le faible, l'incontournable apport des populations du Maghreb dans l'édification de l'Europe puissante telle qu'elle est aujourd'hui. Avec, pour des exemples au hasard, depuis une Rachida Dati et Fadila Amara jusqu'à un Tahar Bendjeloun, Mohamed Arkoune et Assia Djebar en passant par un Gad, Kad, Zizou, mais aussi, ici et là, un Albert Camus, Patrick Bruel, Pierre Cardin, et cetera, pour ne pas oublier les pieds-noirs, évidemment. C'est surtout comprendre que l'intérêt du Maghreb moderne doit illico presto échapper aux considérations qui contournent l'entendement. Qu'on dresse n'importe quelles espèces de figure de gouvernance, avec les emblèmes philosophiques qu'on veut montrer – la politique c'est la politique - le mec ou la nana de Rabat ou d'Alger, de Laâyoune ou de Tizi Ouzou, possède un avenir à construire, un devenir à se promettre. Yacine ou Karima, Moha ou Aouicha, la nature ne les a pas programmés pour attendre la prostate ou l'ostéoporose pour voyager en toute liberté sereine dans leur Maghreb qu'ils se le regardent à la dérobée dans les chaînes du satellite. Soyons sérieux au moins quand on fait semblant d'être sérieux. Nous promouvons fièrement la langue de Syphax et de Massinissa, d'un côté, et nous obligeons notre sang frais avide d'émancipation à user de mesquineries dans les bornes, de Figuig à Béni Saf et à un pas plus loin où sans longue vue on voit El Hoceima, pour visiter l'autre face de sa patrie. D'aucuns parmi les candidats juvéniles aux expéditions maritimes périlleuses, de guerre lasse, se résignent à se sentir cyniquement condamnés à envier les voisins de l'autre côté de la mer qui ont le droit de prendre le petit déjeuner à Barcelonne, le repas de midi à Bordeaux et le dîner à Bruxelles. Alors, jetons les maudits passeports dans la poubelle et exhibons, haut au bout du bras les tickets d'autobus ou les billets de train, comme des cartons rouges dans les frontières des Zouj el Beghal en disant aux gardes-frontière : « nous sommes Maghrébins, nom de Dieu ! Mais vous, vous êtes qui ? »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.