Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mafia de la viande et des légumes au rendez-vous
FORTE FLAMBEE DES PRIX DURANT LES PREMIERS JOURS DU RAMADHAN
Publié dans Réflexion le 23 - 07 - 2012

Les prix des viandes, des fruits et légumes ont, enregistré une "importante" hausse durant les deux premiers jours du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans certains marchés des villes de la région oranaise .Que ce soit au niveau des marchés couverts, ou celui des souks populaires, le constat est le même dans les autres wilayas du pays.
Les viandes et les fruits et légumes sont les plus touchés par ce phénomène. Au niveau des différents marchés de l'ouest du pays, que ce soit à Mostaganem, à Oran ou ailleurs, les chiffres affichés donnent le vertige aux petites bourses. Entre 1150 dinars et 1250 dinars pour un kilogramme de viande ovine et entre 750 et 850 dinars la viande bovine. Sans raison apparente ni explication logique, les prix des viandes varient d'une boucherie à une autre. « Durant les premiers jours de ramadhan, les consommateurs se sentent obligés de s'offrir de la viande et certains intervenants dans la commercialisation de ces produits en profitent au maximum, notamment avec des intermédiaires inutiles qui font augmenter les prix » a indiqué un animateur d'une association de défense des consommateurs. Le prix de la viande était élevé, y compris dans des marchés ayant une réputation pour l'accessibilité des prix, comme ceux du marche couvert de Mostaganem et d'Oran. Cela n'empêche pas les citoyens de s'approvisionner en viandes, en privilégiant la viande blanche, même si cette dernière a, elle aussi, connu une hausse importante. Le poulet est effectivement proposé entre 350 et 400 dinars le kilogramme, alors qu'il ne coûtait aux alentours de 250 dinars le kilogramme, quelques jours à peine avant le début du mois de ramadhan. Les citoyens se sont également rabattus vers la viande congelée, rouge et blanche, dont le prix est beaucoup plus bas que celui de la viande fraîche. Finalement, les mesures prises par le gouvernement pour contrer la hausse « traditionnelle » des prix n'ont pas abouti à un résultat qui satisferait une population fatiguée par les différentes saignées subies à chaque occasion. Les 10.000 tonnes de viande congelée importées et les 10.000 autres tonnes de viande blanche constituées en stock n'ont pas eu l'effet escompté.
La carotte à 120 dinars le kilo
D'un autre côté, les citoyens subissent aussi les prix des fruits et légumes qui ont eu droit à leur flambée « traditionnelle » à l'occasion des premiers jours de ce mois. Entre 50 et 100 % de hausse, les prix des légumes ont choqué les ménages. Avec un kilo de tomate proposé entre 50 et 80 dinars, alors qu'il ne coûtait que35/40 dinars quelques jours auparavant. Ou la courgette qui a pris des ailes, passant de 60 à 120 dinars. Des consommateurs dénoncent surtout l' « inévitable » carotte que les commerçants proposent à 80 dinars et jusqu'à 120 dinars le kilo.Les fruits sont restés inaccessibles pour beaucoup de consommateurs, avec des fruits de saison trop chers, au moment où la datte, très prisée durant le mois de ramadhan, s'affiche entre 250 et 500 dinars le kilo.Interrogés par le journal sur les raisons de cette hausse, les commerçants ont été « unanimes » et ont affirmé que la forte demande durant les premiers jours de chaque ramadhan était à l'origine de cette flambée, estimant que les prix connaîtront une baisse dès la deuxième semaine du mois sacré. Oui mais ce ne sont pas les commerçants qui donneront une autre explication à cette hausse des plus honteuses. En fait, il n'est pas question d'exclure la spéculation et la cupidité dans les explications éventuelles à donner à ces hausses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.