Coupe de France: Monaco met fin au rêve de Rumilly Vallières et rejoint le PSG en finale    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA RECENTE INSTRUCTION DU PREMIER MINISTRE : Les nouvelles relations entre l'entreprise et la banque
Publié dans Réflexion le 10 - 01 - 2013

L'année qui s'achève promet un nouveau départ pour les entreprises algériennes qui laisse entrevoir, un espoir d'un changement prometteur. En effet, le premier Ministre, Abdelmalek SELLAL vient de diffuser une circulaire adressée aux PDG des banques publiques en date du 10 décembre 2012. Il a, en fait instruit ces derniers de toutes les consignes nécessaires à respecter pour mettre en place des facilitations d'accès aux crédits bancaires aux entreprises.
Dans cette nouvelle impulsion, la question que l'on se pose surtout : ce nouveau départ, est-ce le bon cette fois-ci ? Sachant en effet, d'un côté : nos réformes économiques ont peu évolué dans le contexte des lois de l'économie de marché mondial dont notamment, l'Algérie reste aujourd'hui un pays avec une législation économique et financière instable notamment, tantôt de droit public ,tantôt de droit privé, une monnaie fortement dévaluée, la bourse des valeurs reste à l'état statique, la structure actuelle de notre système financier se caractérise par la prédominance du trésor. De l'autre, nos banques sont moins implantées, moins impliquées sur le marché financier, peu efficace, peu moderne et plus dépendant d'un système financier rentier, alors que nous sommes dans une économie de marché. Ce qui a d'ailleurs développé la notion de houkouma (Etat) que plutôt de développer une économie basée sur le marché dont notamment, la banque est l'un des aspects le plus important qu'il est indispensable d'engager une approche managériale. Cela dénote, une fois de plus, l'absence d'une culture bancaire fondée sur la micro-économique porteuse d'un projet économique national devant concourir à la constitution d'entreprises, d'un marché intérieur dynamique et solidement organisé, si l'on sait que l'Algérie est une nation de richesses dont nos banques devraient impérativement trouver leur rôle dans l'économie des entreprises et d'intermédiaire financier.
Ainsi, la question bancaire en Algérie mérite d'être posée, après cinquante ans de politique économique et financière. En effet, pourquoi, les dirigeants de nos banques ne se mettent-ils pas en chasse des entreprises afin d'épargner, d'investir ou de contracter des financements par souscription d'actions? On peut néanmoins retenir de ce qui précède, ces instructions du premier ministre relève d'un caractère volontaire, mais de bons sens pour construire une relation économique et financière importantes et essentielles .A l'effet, de contribuer pour un début de solution d'une réorientation économique qui prône l'économie d'entreprise qui permet de mettre en œuvre sur le terrain la réactivation du rôle de la banque dans l'économie et la relance des activités des entreprises qui suscitent encore des inquiétudes et des préoccupations notamment sont loin d'être efficientes et adaptées à la réalité des marchés pour espérer construire une économie moins dépendante de la rente pétrolière. C'est un moment propice pour notamment pour rétablir et renforcer la confiance entre les banques et les entreprises, c'est-à-dire se donner la main pour créer une véritable dynamique économique pour le devenir du pays. Car on ne peut avoir une économie forte sans entreprises en puissance et en bonne constitution technologique. Pour cela, nos entreprises possèdent d'importantes capacités installées notamment un bon potentiel industriel qu'ainsi beaucoup d'atouts technico-économiques à faire valoir, et la banque peut apporter son appui au financement, son savoir-faire en ingénierie financière dans une vision économique et financière commune pour relever le grand défi actuel qui est de l'après-pétrole où émergeront les projets d'entreprises d'intérêts communs. Mais il faudra bien engager et développer une nouvelle politique de crédit en tant qu'instrument de développement de l'économie des entreprises tant les enjeux de création d'emplois et de richesses sont de premier ordre pour notre pays. On espère à cet effet, voir nos banques occuper l'espace médiatique en organisant des rencontres avec le monde de l'entreprise et de la presse.
En clair, une option d'urgence auquel il faudra agir vite et énergiquement sur les plans : de l'investissement productif, des compétences et de l'efficacité financière qui prendront une position prioritaire de l'économie algérienne pour permettre à nos entreprises de s'insérer dans la division du travail à l'échelle internationale, aussi et surtout en perspective de l'accord d'association avec l'UE et de notre adhésion à l'OMC. Bien évidemment, la grande question qui est posée : l'usine ou le kiwi? Un des premiers problèmes-clés de l'économie algérienne entravant son développement et son ouverture dont notamment nos banques préfèrent financer le commerce qu'à l'investissement productif. Cet état de fait entraine d'importants couts socio-économiques au budget de la nation. C'est là, une étape particulière d'une importance d'un besoin impératif et stratégique pour la réactivation des fonctions bancaires et par conséquent donne la garantie d'un meilleur rôle des banques pour une plus grande et une meilleure mobilisation des crédits bancaires pour le développement des entreprises. Sachant que, le secteur bancaire algérien connaît aujourd'hui un énorme retard en matière de distribution des crédits au secteur des entreprises privées qui sont le fondement de l'économie de marché. En effet, l'évolution reste très lente en raison justement de fortes contraintes entre autres :l'allongement des délais dans l'octroi des crédits, lenteurs bureaucratiques entre autres : la qualité du service, l'exécution des opérations bancaires, Credoc comme seul et unique mode de paiement sur le commerce extérieur, les lourdeurs des procédures bancaires détournent les clients particuliers des banques, découragent les investisseurs et pénalisent les entreprises en manque à gagner en matière de croissance ,d' emploi et de développement, voire parfois se trouvaient bloquées au regard des capacités installées en production à savoir le taux d'utilisation des capacités installées ne dépasse guère 55% et 5% du PIB en terme de production. C'est au autour de ces deux grands problèmes de croissance potentielle que cette instruction sera érigée. Pour tout cela a fait qu'aujourd'hui 73% de nos entreprises ne sollicitent plus de crédits bancaires et par conséquent se financent sur fonds propres dont le mode de paiement privilégié est le cash (chkara) dont près 40% de la monnaie en circulation dans le marché informel et des surliquidités accumulées au niveau de nos banques qui s'évaluent à près de 40milliards de dollars dont une grande partie provenant de leur recapitalisation par l'Etat et des dépôts de SONATRACH. Cela, donne une idée des possibilités de financement en termes de crédits non fructifiés dans l'économie dont le manque à gagner en termes de valeurs ajoutées est important. Tout cela appelle évidemment d'appliquer les règles et les usages de la commercialité afin de développer et promouvoir un système bancaire performant, transparent et concurrentiel notamment le crédit bancaire et son utilisation dans les circuits de l'économie des entreprises pour développer des affaires et concrétiser des idées porteuses de projets économiques. Mais en réalité comme c'est souvent le cas, la volonté n'a pas suffit là où l'imagination et le sens des responsabilités devraient prendre le relais. Car, en effet, le problème de mobilisation des crédits peut être canalisé sur le plan technique, mais ne peut trouver une solution efficace sur le terrain. La problématique aujourd'hui du crédit bancaire en Algérie comme on peut le constater a fait du réseau bancaire, un réseau de bureaucratie pesante dans l'exercice des règles et mécanismes de l'économie de marché. En effet, aujourd'hui l'Algérie, n'est pas dans une crise financière, elle ne vit pas non plus de problèmes inhérents aux moyens matériels ou de démographie, mais elle souffre de problèmes d'ordres de gouvernance publique et économique, aussi de management qui rendent quasi-impossible son développement économique à l'instar des pays émergents. Effectivement, c'est un problème bloquant dans la mesure où la réussite ne reposait pas nécessairement sur l'importance de l'argent sans l'apport des compétences à savoir la valeur Homme « VH » qui est la clé et l'expression de tout processus de progrès et de développement. En effet, l'économie ne se décrète pas, ça se fait et se développe avec l'action le propre de l'homme de la vision, de la forte personnalité et du terrain. Aujourd'hui un cadre dirigeant de valeur est celui qui accomplie ses devoirs envers la société, exerce ses responsabilités en professionnalisme et possédant les capacités d'innover, de redresser, d'améliorer, et enfin, de rendre son entreprise citoyenne. C'est à cette préoccupation que nos banques sont ainsi appelées de s'en remettre aux règles et mécanismes de la financiarisation de l'économie notamment, le crédit bancaire étant un instrument efficace et si stratégique dans la vie économique des entreprises et des banques dans le cadre de la lutte contre la récession, voire pour servir une politique anti-inflationniste et sociale en matière de pouvoir d'achat qui sont sérieusement posés aujourd'hui.
Dans un objectif bien compris, le rôle du gouvernement est nécessairement engagé à jouer un rôle central dans le bon fonctionnement des rouages de l'économie dont notamment, le climat des affaires et l'environnement dans lesquels les banques, la bourse des valeurs et les entreprises, voire le trésor public en ce qui concerne le marché obligataire doivent évoluer en tant qu'acteurs actifs d'intermédiation financière en puissance, voire pourquoi pas nos banques s'ouvrir à l'épargne ou prendre des participations en capital dans les entreprises. C'est donc bien là, que la question de crédit aux entreprises ne doit pas être comprise au sens traditionnel du terme, mais bien a un rôle productif et l'un des facteurs important de succès de l'activité économique et de l'investissement. Et tout acte par lequel une banque commerciale met pour une durée déterminée (court, moyen et long terme) des fonds rémunérés au moyen d'un intérêt et de commissions, à la disposition d'une entreprise morale ou d'une personne physique ,mais pour son développement économique futur. Mais ne signifie tout de même pas qu'il n'y aura pas moins de conditions et moins de contrôle. Cela veut tout simplement dire que le crédit obéit à des règles prudentielles arrêtées par la banque d'Algérie et c'est la pérennité, la compétitivité et la performance qui feront la distinction. Aussi, l'octroi d'un crédit ne doit se faire à n'importe quel coût ou à n'importe quelles conditions, mais à la juste valeur économique des projets. Il apparaît ici, la nécessaire de se constituer une capacité d'étude-technico-économique et d'analyse des dossiers de demandes de crédits notamment : d'intelligence économique, de techniques de négociation et d'ingénierie financière. En effet, la banque doit disposer d'un dossier technico-économique et juridique de l'entreprise (client) pour une meilleure approche de la valeur de l'entreprise en termes statique, dynamique et de risques. Aussi surtout de son usage et de son contrôle dès lors qu'on pénalise la prise de risque. C'est dire toute l'importance qu'il faudra accorder à la nécessaire analyse-radioscopie bilancielle dans cette approche avec notamment la production par l'entreprise de ses bilans financiers et comptes de résultats des trois derniers exercices ainsi les bilans et comptes de résultats prévisionnels sur trois années à venir certifiés par le commissaire aux comptes de l'entreprise dument mandaté par l'assemblée générale des actionnaires afin , de garantir la pérennité et la rentabilité économique et financière du crédit à engager et pouvoir faire face à toute éventualité (faillite, remboursement partiel, le niveau des capacités managériales, instabilité, litiges et contentieux antérieurs...) il s'agit ainsi de parvenir à mettre en place un cadre de sûreté pour une bonne gestion des risques et une diversification des crédits sains dans l'économie . En règle générale, l'octroi d'un crédit est soumis à la négociation, le contrat et les garanties. Et peut prendre deux formes selon le cas: crédit exploitation (court terme) ou crédit d' investissement( moyen et long terme) et doit reposer sur des bases bancables notamment la solvabilité, actif net positif et enfin, le niveau du cash-flow en rapport avec le crédit à savoir: justifier d'une structure financière bilancielle équilibrée, un stock de créance confirmé -le crédit soit en rapport avec le niveau d'activité ou l'étude technico-économique lorsque il s'agit d'un projet d'investissement, disposer de garanties physiques'( actes notariés)-plan d'activité ou de production et enfin des capacités managériales, voire la qualité morale des dirigeants, afin de mieux faire jouer l'obligation de résultat, la transparence et la responsabilisation pour aboutir aux meilleures performances possibles des crédits, qui fait que le processus d'action du gouvernement doit se poursuivre.
En résumé : l'évolution vers une économie d'endettement interne à travers l'option crédit n'est point une fatalité, puisqu'il s'agit d'une part, le crédit que nous considérons l'âme de l'économie et joue un rôle stratégique dans la croissance et le développement. Et d'autre part, les crédits constituent principalement la contre partie de la masse monétaire se caractérisant aujourd'hui par un niveau élevé comparativement au PIB, voire les surliquidités enregistrées par nos banques suite à leur recapitalisation par l'Etat .Il inconcevable que nos banques restent encore en marge des problèmes du vécu quotidien des entreprises qui créent la richesse et l'emploi au service de l'économie nationale. Il devenait plus impérieux que jamais d'adapter les banques et les entreprises au droit des sociétés aux réalités d'aujourd'hui ,afin de sortir du cadre classique à idéologie socialiste, choix du passé toujours présent dans le management et qui puisse redéfinir si nécessaire à une nouvelle organisation fondée sur la spécialisation, selon la forme juridique de groupe(société-mère et ses filiales) .En vue de développer et de professionnaliser les activités bancaires pour une meilleure diversification des instruments du marché financier, pour passer dans les meilleures conditions aux mécanismes de la financiarisation de l'économie nationale, face aux nouvelles évolutions mondiales. C'est désormais à travers l'évolution d'un système bancaire que l'optimal va être atteint en matière de croissance, de création d'emplois et d'attrait des investisseurs directs (IDE).
ABACI M'HAMED
Directeur financier et auteur de deux ouvrages:
« Comptabilité des sociétés et gouvernance des entreprises ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.