Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES ISLAMISTES VEULENT RECUPERER LE MOUVEMENT POPULAIRE : Le réveil de l'ex FIS
Publié dans Réflexion le 20 - 03 - 2019

Dans les révolutions, il y a ceux qui les font et ceux qui en profitent ! Dans les rues algériennes, des millions de jeunes algériens manifestent pour le changement et dans les salons de Londres et sur le plateau d'El-Magharibia, les anciens du FIS tentent de surfer sur la vague pour récupérer politiquement ce mouvement et l'instrumentaliser au service de leurs intérêts.
Tous les analystes partagent le point de vue que les anciens cadres du FIS ou du moins ce qui reste sont à l'affût pour tenter de récupérer les gigantesques manifestations populaires ! Bien au contraire, si cette jeunesse qui acclame un changement pacifique loin de toute politique et croit que le Fis a disparu ou il appartient « au passé », les voix de la chaine de Abbasi Madani ‘' EL-Magharibia'' et les discours haineux incitant à la rébellion des leaders du Front islamique du Salut (FIS dissous), tels que Larbi Zitout, Mourad Dhina et Kamel Guemazi , le co-leader historique du Front islamique du salut, Ali Belhadj, qui continue imperturbablement à guerroyer depuis Alger pour rebondir sur le trône du mouvement populaire. Ne pas calculer le mouvement de l'opposition islamiste radicale agressive, aujourd'hui en pleine reconstruction au sein du mouvement Rachad dirigée par l'ancien terroriste Mourad Dhina, c'est oublier toute une décennie de sang et de massacres. Si la protestation consensuelle et unitaire du « dégagisme » cédera inéluctablement la place aux dépouilles des extrémistes islamistes, on assistera au futur à la résurrection de l'ex-FIS. Les exemples ne manquent pas , on l'a dit, les soulèvements populaires qu'ont vécu plusieurs pays , voisins de l'Algérie, si différents que soient leurs scènes politiques respectives, ont ensuite permis de « mettre à jour » cette tendance : en Tunisie comme en Egypte, tous les premiers scrutins consécutifs aux Printemps arabes ont confirmé le retour de ce courant. En Egypte, les frères musulmans et en Tunisie le mouvement Ennahda. Au Liban, ou encore en Irak, les mobilisations alternatives, ont clairement enfanté des ‘' islamistes au pouvoir ''. Les lieutenants d'Abassi Madani ne s'affaiblissent pas, ils ont du souffle, et ils sont en quête de se positionner dans le mouvement populaire pour jouer un rôle dans le paysage électoral algérien de demain ! Il est bien évidemment prématuré de le dire avec précision. Mais tout porte à croire que la participation des islamistes radicaux, en hibernation depuis presque 30 ans auront donc un rôle à jouer dans le paysage politique algérien, c'est une évidence incontournable. Face à la (possible) échéance démocratique, les extrémistes islamistes sont plus que jamais aujourd'hui à l'heure de la participation. L'appel de la « Coordination nationale pour le changement » (CNC) lancé le 15 mars dernier, signé par les anciens cadres du FIS, Mourad Dhina(FIS) et Kamel Guemazi (FIS) a piégé les « démocrates » de l'opposition tels que Zoubida Assoul(Mouawatana), Mohcine Belabes(RCD), Ali Benouari (ex-ministre), Mustapha Bouchachi(LAHHD) et Karim Tabou(UDS), qui ont apposé leurs signatures à côté de celles des responsables des massacres de la décennie noire , Mourad Dhina et Kamel Guemazi. Il est clair maintenant que certains cercles travaillent en coulisse pour remettre au-devant de la scène politique les sanguinaires de l'ex-FIS.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.