NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Le Coronavirus et nous, acte 3: Sur-urbanisation effrénée, exodes ruraux hémorragiques, mode alimentaire globalisé et crises sanitaires mondialisées et récurrentes (Suite et fin)    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Jeux méditerranéens 2021: Les JM d'Oran officiellement reportés à 2022    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Bouée de sauvetage?    Dépistage du coronavirus: Les carences pointées du doigt    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Président Tebboune : l'Algérie a été la première à prendre les mesures contre le coronavirus    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    L'Algérie face à un casse-tête    Des sanctions prévues…    9 nouveaux décès et 132 cas supplémentaires    Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    L'infrangible lien…    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    Les feuilles de l'automne    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Déclaration    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES ISLAMISTES VEULENT RECUPERER LE MOUVEMENT POPULAIRE : Le réveil de l'ex FIS
Publié dans Réflexion le 20 - 03 - 2019

Dans les révolutions, il y a ceux qui les font et ceux qui en profitent ! Dans les rues algériennes, des millions de jeunes algériens manifestent pour le changement et dans les salons de Londres et sur le plateau d'El-Magharibia, les anciens du FIS tentent de surfer sur la vague pour récupérer politiquement ce mouvement et l'instrumentaliser au service de leurs intérêts.
Tous les analystes partagent le point de vue que les anciens cadres du FIS ou du moins ce qui reste sont à l'affût pour tenter de récupérer les gigantesques manifestations populaires ! Bien au contraire, si cette jeunesse qui acclame un changement pacifique loin de toute politique et croit que le Fis a disparu ou il appartient « au passé », les voix de la chaine de Abbasi Madani ‘' EL-Magharibia'' et les discours haineux incitant à la rébellion des leaders du Front islamique du Salut (FIS dissous), tels que Larbi Zitout, Mourad Dhina et Kamel Guemazi , le co-leader historique du Front islamique du salut, Ali Belhadj, qui continue imperturbablement à guerroyer depuis Alger pour rebondir sur le trône du mouvement populaire. Ne pas calculer le mouvement de l'opposition islamiste radicale agressive, aujourd'hui en pleine reconstruction au sein du mouvement Rachad dirigée par l'ancien terroriste Mourad Dhina, c'est oublier toute une décennie de sang et de massacres. Si la protestation consensuelle et unitaire du « dégagisme » cédera inéluctablement la place aux dépouilles des extrémistes islamistes, on assistera au futur à la résurrection de l'ex-FIS. Les exemples ne manquent pas , on l'a dit, les soulèvements populaires qu'ont vécu plusieurs pays , voisins de l'Algérie, si différents que soient leurs scènes politiques respectives, ont ensuite permis de « mettre à jour » cette tendance : en Tunisie comme en Egypte, tous les premiers scrutins consécutifs aux Printemps arabes ont confirmé le retour de ce courant. En Egypte, les frères musulmans et en Tunisie le mouvement Ennahda. Au Liban, ou encore en Irak, les mobilisations alternatives, ont clairement enfanté des ‘' islamistes au pouvoir ''. Les lieutenants d'Abassi Madani ne s'affaiblissent pas, ils ont du souffle, et ils sont en quête de se positionner dans le mouvement populaire pour jouer un rôle dans le paysage électoral algérien de demain ! Il est bien évidemment prématuré de le dire avec précision. Mais tout porte à croire que la participation des islamistes radicaux, en hibernation depuis presque 30 ans auront donc un rôle à jouer dans le paysage politique algérien, c'est une évidence incontournable. Face à la (possible) échéance démocratique, les extrémistes islamistes sont plus que jamais aujourd'hui à l'heure de la participation. L'appel de la « Coordination nationale pour le changement » (CNC) lancé le 15 mars dernier, signé par les anciens cadres du FIS, Mourad Dhina(FIS) et Kamel Guemazi (FIS) a piégé les « démocrates » de l'opposition tels que Zoubida Assoul(Mouawatana), Mohcine Belabes(RCD), Ali Benouari (ex-ministre), Mustapha Bouchachi(LAHHD) et Karim Tabou(UDS), qui ont apposé leurs signatures à côté de celles des responsables des massacres de la décennie noire , Mourad Dhina et Kamel Guemazi. Il est clair maintenant que certains cercles travaillent en coulisse pour remettre au-devant de la scène politique les sanguinaires de l'ex-FIS.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.