Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Laskri s'en prend à ses camarades de l'instance dirigeante
Publié dans Réflexion le 09 - 03 - 2020


La récente démission de trois membres de l'Instance présidentielle (IP) du FFS a fini par exacerber la crise au sein de ce parti. La décision de Mohand Amokrane Cherifi, Brahim Meziani et Sofiane Chioukh a fait réagir énergiquement Ali Laskri. De son côté, le premier secrétaire national, Hakim Belahcel n'a pas tardé à lui répondre. En effet, l'un des deux autres membres de cette Instance, en l'occurrence Ali Laskri, a rendu publique une longue déclaration pour fustiger ses camarades de l'instance dirigeante du parti fondé par Hocine Aït Ahmed. Mais cette fois, Ali Laskri ne se contentera pas de questions organiques. Il lance en effet de graves accusations contre ses camarades. Ali Laskri pense que le congrès extraordinaire prévu pour avril 2020 et engendré par la démission des trois membres de l'IP, ne vise qu'à "faire perdre du temps et neutraliser le parti". Cela, précise-t-il, "en vue de la mise à mort du PAD et, par ricochet, la révolution populaire et pacifique". Rappelons que le PAD n'est autre que le Pacte de l'alternative démocratique mis en place par plusieurs partis, dont le FFS, le RCD, le PT et des organisations de la société civile, parmi lesquelles la LADDH. Mais cette réaction virulente de Ali Laskri n'a pas tardé à faire réagir un autre responsable du FFS, en l'occurrence Hakim Belahcel, qui n'est autre que le premier secrétaire national du parti. Se disant surpris par le message de Ali Laskri, Hakim Belahcel dit se démarquer des propos du coordinateur de l'IP. "J'ai tant voulu entretenir mon droit de réserve et ma neutralité vis-à-vis des membres de cette instance. Mais les propos proférés par Ali Laskri me poussent à rompre mon silence", estime le premier secrétaire national du FFS dans sa déclaration. Il souligne qu'"il est temps de cesser d'accuser systématiquement des camarades de traîtres et de pro-pouvoir". Dans son texte publié sur la page Facebook du FFS, il critique sévèrement l'Instance présidentielle qui compte les trois responsables démissionnaires ainsi que Ali Laskri et Hayet Taïati. "L'instance présidentielle a échoué dans son rôle qui consiste à incarner cette présidence collégiale qui devait protéger la ligne politique du parti et à veiller à la cohésion de ses militants éparpillés en multiples clans et désemparés", accuse Hakim Belahcel. Contrairement à Ali Laskri, qui prône la tenue d'un Congrès national ordinaire, Hakim Belahcel défend l'idée d'un Congrès extraordinaire comme imposé par la démission la semaine dernière des trois responsables du FFS. "Le peuple algérien et la révolution ont besoin d'un FFS fort et stabilisé, au moment où le pouvoir fait en sorte de le laminer définitivement", conclut le premier secrétaire national de ce parti.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.