Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TISSEMSILT : La localité d'Ain Fradja s'embourbe
Publié dans Réflexion le 16 - 11 - 2020

Le mauvais temps et les précipitations de pluies qui ont sévi durant ces derniers jours dans la région de Khemisti, plus particulièrement à la localité de Ain Fradja au nord-est de la wilaya de Tissemsilt, ont mis à nu un certain nombre de tares dans de nombreuses réalisations anciennes et récentes.
Parmi elles, particulièrement les routes et les soit disant petits ouvrage d'art qui n'ont pas résisté à la furie des eaux , suite à l'obstruction des canalisations des eaux de pluies dans plusieurs endroit notamment, sur la partie qui traverse ce village et ce, malgré les efforts consentis par le passé par les responsables à l'aménagement urbain. Une grande partie de ces réalisations reste toujours envahie par la boue à chaque chute de pluie. Les dernières précipitations pourtant pas assez fortes ont montré la faiblesse du réseau routier dans les zones d'ombre où le développement local n'est qu'un vain mot et devant cette situation, beaucoup de gens se sont interrogés sur l'inertie de ces services de nettoyage laissant la localité sous la menace des crues notamment ses routes encombrées par endroits de débris de tous genres et de terre. Les dernières pluies qui se sont abattues sur la wilaya particulièrement dans la partie nord ont causé des infiltrations et des débordements un peu partout, suite à l'obstruction des canalisations des eaux de pluies, les traces des crues font toujours partie du décor de la localité de Ain Fradja. Egalement des tronçons ressemblent à de vrais bourbiers et illustrent parfaitement le calvaire que vivent les citoyens au quotidien dès que la saison des pluies pointe son nez, des ouvrages obstrués, des avaloirs non curés, des crues qui avaient ramené gravas et autres détritus de la nature et des chantiers qui sont à l'intérieur de ces soit disant ouvrage d'art. En somme, ces quelques gouttes de pluie ont démaquillé certains travaux et ont aussi démontré un laisser-aller de la part de certaines personnes qui semblent ne donner aucune importance aux effets de ces averses sur le réseaux routiers et sur les désagréments qu'elles causent alors, que les premiers enseignements à tirer de ces aléas du temps notamment avec cette météo annonciatrice d'une autre vague de pluie et de froid, permettent de tirer la sonnette d'alarme, quant à l'absence d'une réelle prise en charge et du peu d'importance que les responsables concernés par l'assainissement, et la maintenance des réseaux routier et celui de l'assainissement, ont réservé pour parer aux risques et autres désagréments. Les responsables ont du pain sur la planche pour remédier à cet ''oubli'' et mettre en place un plan contre les risques des inondations comportant les zones à risque de crues en vue d'éviter des dommages aux biens publics et privés

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.