La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TISSEMSILT : Les habitants des 106 logements interpellent le wali
Publié dans Réflexion le 21 - 12 - 2020


Les habitants de la cité des 106 lots et habitations mitoyennes sis entre le groupement de la gendarmerie nationale, l'hôpital de la ville de Tissemsilt et la cité de Ain El-Bordj, manifestent leur crainte et leur inquiétude quant aux répercussions qui pourront en découler, à savoir ; d'abord les effets de la pluie et par la suite certains travaux inachevés et d'autres qui ont été récemment lancés, sur leurs vies et leurs habitations. En effet, les habitants de cette cité résidentielle, devant le désordre, dans lequel se trouve leur cité, appréhendent l'avenir avec un désappointement à la limite du tolérable du fait que la dégradation et la décadence du cadre de vie ont été depuis quelque temps au premier plan de leurs revendications. Les habitants de cette cité qui se trouve depuis quelque temps et bizarrement hétérogène avec l'architecture des autres quartiers qui l'entourent, viennent de lancer un appel à toutes les parties concernées notamment au premier responsable de la wilaya afin de se pencher effectivement sur les problèmes de ce quartier. Ils dénoncent le fait que leur quartier soit délaissé et déclarent que leurs habitations sont devenues otages d'une course derrière le développement durable, otage de la fin de certains travaux engagés et non encore achevés, à l'exemple des routes et des trottoirs dont une partie est restée inachevée. Alors que de nouveaux travaux sont lancés pour l'éclairage public, aussi otage des quantités de boue qui caractérise le quotidien des habitants, à cela s'ajoute une part de la responsabilité aux citoyens qui faute certainement de civisme, participent malheureusement à un massacre environnemental, en créant des décharges sauvages par endroits, aidés par les tas de terre et autre gravas laissés par les entreprises réalisatrices des travaux. Ils affirment qu'ils ont hérité d'une cité amoindrie de commodités dont les caniveaux, les avaloirs alors que le bâclage de la réalisation a démontré les malfaçons et les irrégularités aux plus ignorants dans le domaine. Les habitants rappellent encore une fois que l'absence de l'aménagement a rendu cette cité difficilement vivable, avec les pluies hivernales et l'absence de canalisations pour les évacuations des eaux pluviales et la présence des immondices font craindre plus d'un. Enfin, en l'absence d'une réelle prise en charge de la part des concernés, ces habitants invitent le premier responsable de la wilaya à visiter la cité pour constater et enquêter sur ce qu'ils avancent tout en le sollicitant d'ordonner le rétablissement à la bonne situation le plutôt possible et avant même que les pluies ne provoquent une autre perturbation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.