Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran : 30 ans de révolution islamique
Publié dans Sétif Info le 15 - 02 - 2009

es millions d'Iraniens sortent dans la rue et répondent à l'appel du chef religieux en exil, l'ayatollah Khomeiny, pour faire tomber le régime de Mohamed Reza Pahlavi. Après des mois de protestations populaires, de crise économique et de manifestations contre son régime, le Shah quitte l'Iran, l'armée déclare sa neutralité : c'est la fin de la monarchie.
Après 15 ans d'exil, c'est le retour triomphal de l'ayatollah Khomeiny : l'image du vieil homme de 76 ans, au bras d'un steward qui l'aide à descendre d'avion fera le tour du monde. Le 1er avril 1979 : la République islamique d'Iran est proclamée, Khomeiny devient le premier guide suprême.
Mais la situation apaisée, devient vite aussi perturbée que sous le Shah. Sa présence aux Etats-Unis sert de prétexte pour la prise d'otage de l'ambassade américaine de Téhéran. Elle pousse l'administration Carter à rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, puis à imposer des sanctions économiques.
Le slogan d'alors “mort à l'Amérique” est toujours d'actualité, surtout depuis l'arrivée à la présidence en 2005 de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Ses déclarations sur la disparition prochaine d'Israël n'a fait que creuser le fossé.
Même de plus en plus isolé, l'Iran poursuit sa doctrine et reste fidèle aux idéaux de la révolution. “La révolution n'est pas terminée souligne cet historien iranien. Si nous voulons vraiment obtenir une véritable indépendance dans les domaines culturel et économique, nous devrions continuer à défendre les droits de notre pays dans le monde.”
L'ancien président iranien, le réformateur Mohammad Khatami, a annoncé sa candidature à la présidentielle du 12 juin où il sera probablement opposé à l'actuel dirigeant. Une occasion en or pour mettre de côté les slogans révolutionnaires et accepter la main tendue de Barack Obama pour ouvrir le dialogue.
30 ans après la révolution, l'Iran se pose en puissance régionale ; une volonté qui se traduit par la poursuite du programme nucléaire et balistique. Dernier exemple en date : l'envoi d'un satellite dans l'espace.
Source : www. euronews.net
Quel bilan faites-vous des trente années de révolution islamique en Iran ?
L'Iran peut-il être pris pour un exemple par les autres pays musulmans ?
L'Iran constitue t-il une menace pour Israël ou plutôt pour les pays arabes voisins ?
L'émergence de l'Iran comme puissance régionale ne renforce t-il pas le chiisme dans le monde arabe ?
La parole est à vous


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.