Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France-Alg?rie
M?moires et pressentiments des anc?tres
Publié dans La Voix de l'Oranie le 06 - 06 - 2006

Entre la France et l?Alg?rie, ce n?est pas de trait? d?amiti? qu?il faut parler pour le moment, mais bel et bien de r?conciliation entre toutes les victimes civiles de la guerre d?Alg?rie.
Avant de parler d?amiti? il faut proc?der, en France, ? la conciliation des id?es, entre les membres de la communaut? d?racin?e ? cause de la guerre d?Alg?rie 54-62 et leurs descendants afin qu?ils admettent, au triple plan historique, humain et moral, la juste lutte de lib?ration du peuple alg?rien.
En Alg?rie, il faut proc?der ? la conciliation des id?es, entre les membres de la famille r?volutionnaire dans ce qu?elle comprend de Moudjahidin, leurs enfants et les enfants de Chouhada, en leur rappelant qu?aucun acte officiel de la r?volution alg?rienne ne recommande la poursuite de la guerre apr?s l?ind?pendance, mais bel et bien son contraire, la paix.
Cela dit, partant du principe de repentance et consid?rant que la demande de pardon, pour celui qui s?est tromp?, est une noble d?marche ? laquelle de plus en plus de Fran?ais, chaque jour, parviennent.
Nous sommes s?rs et certains qu?avec le temps l??tat fran?ais parviendra, sans nul doute, ? cet acte digne de la France des droits de l?Homme.
Voyons voir si c?est le moment ?
Nous sommes convaincus que le peuple fran?ais comprend la douleur du peuple alg?rien, qu?il aime et respecte, sachant de quoi il a ?t? victime de 1830 ? 1962. Alors, avec qui se r?concilier me diriez-vous? Avec les membres, d?racin?s, de notre famille alg?rienne, tout simplement. Profond?ment convaincus que sans une r?conciliation sinc?re et v?ridique, entre la frange alg?rienne et la frange alg?ro-fran?aise des victimes civiles de la guerre d?occupation coloniale, aucune d?marche de d?veloppement politique, ?conomique, social et culturel, entre la France et l?Alg?rie, ne donnera les fruits escompt?s, si l?on ne proc?de pas, avant toute pr?tention amicale, ? la r?conciliation d?entre ces deux franges aux m?mes racines.
Et ce ne devrait ?tre qu?apr?s cette grande entreprise humaine, que l?on pourrait alors, et seulement alors, parler de trait? d?amiti? avec ceux que ?a int?resserait. La r?conciliation franco-alg?rienne, la vraie, pour qu?elle se concr?tise, exige de l??tat fran?ais la reconnaissance de l?erreur de la France en Alg?rie et partant de la n?cessit? du repentir et du pardon, cela dit pour l?Etat fran?ais .
Quant ? l?Alg?rie, elle doit pers?v?rer dans le travail de conciliation, d?entre les id?es des uns et des autres, et ce, par une bonne explication des deux plus importants documents de la r?volution alg?rienne, ? savoir la d?claration du 1er novembre 1954 et la plate-forme de la Soummam, afin que tout le monde sache qu?aucune directive de la r?volution ne dit, n?ordonne, ne conseille et ne recommande de d?velopper la haine et la vengeance apr?s l?ind?pendance. Bien au contraire, nos g?nies r?volutionnaires avaient tout pr?vu, avant m?me de d?clencher l?insurrection et le soul?vement par la lutte arm?e. Ils ont ?t? ? la bonne ?cole, et rien que pour cela ils m?ritent la reconnaissance du monde entier, car leur combat, m?me s?il est d?instinct s?culaire berb?re, s?inscrit en droite ligne dans la r?sistance fran?aise ? l?occupant, pour s?inscrire dans le cadre universel des droits de l?Homme.
Proclamation du 1er novembre 1954
?Les grandes lignes du programme politique. But: Ind?pendance nationale avec l?instauration d?un Etat alg?rien souverain d?mocratique et social dans le cadre des principes islamiques. Le respect de toutes les libert?s fondamentales sans distinction de race et de confession. Objectifs int?rieurs: Assainissement politique par la remise du mouvement national r?volutionnaire dans sa v?ritable voie, etc. Objectifs ext?rieurs: Internationalisation du probl?me alg?rien. R?alisation de l?unit? nord-africaine dans son cadre naturel arabo-musulman.
Dans le cadre de la charte des Nations Unies, affirmation de notre sympathie agissante ? l??gard de toutes les nations qui appuieraient notre action lib?ratrice. En contre-partie, les int?r?ts fran?ais, culturels et ?conomiques honn?tement acquis, seront respect?s ainsi que les personnes et les biens; tous les Fran?ais d?sirant rester en Alg?rie auront le choix entre leur nationalit? d?origine et seront de ce fait consid?r?s comme ?trangers vis-?-vis des lois en vigueur, ou opteront pour la nationalit? alg?rienne et dans ce cas seront consid?r?s comme tel en droits et en devoirs et les liens entre l?Alg?rie et la France seront d?finis et feront l?objet d?un accord entre les deux puissances sur la base de l??galit? et du respect de chacun.?
Cet extrait de la Proclamation du 1er novembre 1954 nous donne un aper?u de la hauteur de vue des pr?curseurs du d?clenchement de la lutte de lib?ration alg?rienne, et nous permet de constater qu?a aucun moment ils nous disent de continuer le combat contre ceux qui ont fait la guerre, ni ne nous orientent vers la haine, la violence ou la vengeance.
C?est pourquoi, il nous faut commencer par concilier les membres de la famille r?volutionnaire alg?rienne en les accordant, au m?me diapason, entre eux tous (Moudjahidin, enfants de moudjahidin et enfants de chouhada).
Pour passer ensuite ? la phase qui consiste en la r?conciliation des deux franges, les enfants des harkis (tous collaborateurs confondus) et les enfants de chouhada (tous combattants confondus). Et pour que cette conciliation se r?alise, il faut que, de son c?t?, la France reconnaisse que les enfants de harkis et de chouhada sont tous des victimes civiles de la guerre d?Alg?rie.
Puisque ? l?origine ils appartenaient ? la m?me matrice familiale, et que c?est elle, la France coloniale, qui est la cause de ce d?membrement. Parce que c?est sur ce socle de v?rit? que la vraie r?conciliation franco-alg?rienne doit se construire, si l?on veut effacer d?finitivement, et ? jamais, la douleur et le mal qui ont ?t? faits. Car si la v?rit? se cherche avec l?intelligence, le pardon, lui, se fait avec le c?ur.
Les ann?es ont fui, apaisant les deuils, les passions et les souffrances, sans pour autant que s?effacent de la m?moire les origines et les pressentiments des anc?tres.
Presque un demi-si?cle d?ind?pendance de l?Alg?rie, et c?est encore le moment de la r?flexion et des interrogations sur la triple v?rit? historique, humaine et morale qui lie les deux pays, l?Alg?rie et la France.
Est-il trop tard pour y r?pondre?
Non. Il n?est jamais trop tard pour bien faire. La publication, durant les ann?es pass?es, de documents et de t?moignages qui ?taient consign?s dans le secret des archives et des m?moires, a donn? aux chercheurs la possibilit? d?aller plus loin et plus profond?ment encore que ne le permettaient les ?l?ments d?appr?ciation de 1962.
Ce qui reste ignor?, n?interdit pas cependant d?appr?hender d?s maintenant, les multiples r?alit?s de cette injustifiable guerre faite ? l?Alg?rie.
Bien s?r, nous venons de voir, trente sept ans apr?s la lib?ration de ce pays, le parlement fran?ais adopter une loi reconnaissant officiellement la guerre d?Alg?rie, la r?publique fran?aise reconna?t la stricte ?galit? avec les combattants des conflits ant?rieurs les services rendus par les personnes qui ont particip? sous son autorit? ? la guerre d?Alg?rie.
Enfin l?Etat fran?ais reconna?t avoir fait la guerre ? l?Alg?rie. Ce n?est donc plus d??v?nements d?Alg?rie dont il s?agit, mais bel et bien de guerre. Par ailleurs, nous avons vu aussi la France pr?senter, par l?entremise de son ambassadeur en Alg?rie, les excuses officielles de la France, pour les massacres qu?elle a perp?tr?s le 8 mai 1945 dans ce pays.
Cependant, comme si l?Etat fran?ais craignait la question tragique de savoir combien cette guerre aura co?t? au peuple alg?rien, il avance derechef les bienfaits de la colonisation fran?aise en Alg?rie. Ne reprend-il pas d?une main, ce qu?il a donn? de l?autre?
Pour aussi vaine et d?risoire que soit la comptabilit? des d?sastres de la guerre, il faut cependant comprendre les incalculables souffrances impos?es aux hommes, femmes et enfants, veuves et orphelins, non seulement durant les combats, mais longtemps aussi apr?s que les batailles aient cess?.
A suivre...
* Attach? de recherches (Formation ICOM)
Ex-directeur de centre culturel Moudjahid, fils et fr?re de chahid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.