Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Nassima Hablal, elle était la secrétaire de Abane Ramdane
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 05 - 2013

Elle mettait beaucoup de passion à parler de Abane Ramdane et laissait transparaître, chaque fois qu'elle évoquait son nom, un sentiment de fierté. La fierté d'avoir été sa secrétaire, d'avoir été une proche, un peu sa mémoire.
Nassima Hablal, décédée mardi à l'âge de 85 ans, avait gardé une mémoire intacte pour raconter, par le menu détail, son parcours aux côtés des grands de la révolution. Grands par leur simplicité et leur humilité comme elle aimait à le dire en se remémorant des souvenirs avec Abane Ramdane qui avait trouvé, dans sa demeure, un refuge sûr, Aïssat Idir, avec qui elle avait travaillé au sein de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Amara Rachid et beaucoup d'autres responsables comme le défunt M'hamed Yazid.
Sa conscience politique, elle l'aiguisa suite aux massacres du 8 mai 1945 qui ont été le facteur déclenchant d'un militantisme qui l'a mené, jeune, à suivre les discours de Messali Hadj, à côtoyer les militants du PPA et ceux du MTLD jusqu'au déclenchement de la révolution.
Elle fît la connaissance de Abane et devint sa secrétaire en 1955. Elle fut, à ce titre, chargée avec l'équipe technique, qui avait pour seule logistique une ronéo, à sortir le premier numéro d'El Moudjahid, volumineux, de 70 pages, tient-elle à rapppeler dans un entretien avec un confrère de la presse nationale comme pour souligner la "prouesse" et surtout dire que le défi a été bel et bien relevé.
Une confiance absolue s'était établie entre elle et Abane, ce qui lui valut de connaître tous ses refuges. Et le principal sera celui de Belcourt à côté du Jardin d'essais qui n'était autre que sa maison. Elle sera arrêtée une première fois en 1955 et transférée à la prison Serkadji avant de l'être une seconde fois en 1957 alors qu'elle était secrétaire du comité de coordination et d'exécution (CCE).
Elle connut d'abord la torture à la caserne des bérets bleus à Hussein Dey. Puis ce fut Serkadji, El Harrach, la prison la roquette en France. Atroces et abominables furent ses mots lorsqu'elle se rappelle ses instants de douleur, une douleur indicible qu'elle a traînée jusqu'à la fin de ses jours.
En dépit du poids des années, Nassima Hablal avait gardé ses souvenirs bien enfouis dans sa mémoire. Ce corps frêle était habité par une âme de militante à l'engagement sans faille. Une militante qui s'est formée aux côtés de gens désintéressés comme son compagnon de lutte Mustapha Ben mohamed, un militant de la cause nationale et un fervent défenseur des travailleurs qui disparaît le même jour que Nassima Hablal comme pour signer la fin d'un engagement dévoué, entamé depuis plus de soixante ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.