Le FLN dément et désavoue son propre porte-parole !    Congrès ordinaire à la fin de l'année    La nomination de Bedoui et Lamamra parue dans le JO    L'urbanisme intelligent à l'honneur    Extension    Parler de corde sans s'étrangler avec    Pour une charte fondatrice d'un renouveau    130 civils massacrés pendant une visite de l'ONU, envoi d'une délégation gouvernementale    Une dizaine d'athlètes sacrés    Khallouni ! Khallouni !    Le magazine «France Football» évoque les Verts    L'Algérie s'engage à éradiquer la tuberculose d'ici 2030    Sujets du bac    10 astuces pour avoir les dents blanches    Merveille de manifestation !    Dans la protesta, la voix des femmes !    Naissance du CNCTD    Sollicitée encore une fois par l'opposition: Que fera l'armée ?    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    L'opposition se prononce sur la transition    Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Les dates des trois derniers matchs fixées    Le Cameroun valide son billet face aux Comores    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    La feuille de route d'une partie de l'opposition    Lancement d'une campagne de reboisement de 500 plants de pins maritimes au parc méditerranéen    3 morts et 2 blessés dans un glissement de terrain à Oued Sebbah    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Ouverture du festival du printemps    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Nassima Hablal, elle était la secrétaire de Abane Ramdane
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 05 - 2013

Elle mettait beaucoup de passion à parler de Abane Ramdane et laissait transparaître, chaque fois qu'elle évoquait son nom, un sentiment de fierté. La fierté d'avoir été sa secrétaire, d'avoir été une proche, un peu sa mémoire.
Nassima Hablal, décédée mardi à l'âge de 85 ans, avait gardé une mémoire intacte pour raconter, par le menu détail, son parcours aux côtés des grands de la révolution. Grands par leur simplicité et leur humilité comme elle aimait à le dire en se remémorant des souvenirs avec Abane Ramdane qui avait trouvé, dans sa demeure, un refuge sûr, Aïssat Idir, avec qui elle avait travaillé au sein de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Amara Rachid et beaucoup d'autres responsables comme le défunt M'hamed Yazid.
Sa conscience politique, elle l'aiguisa suite aux massacres du 8 mai 1945 qui ont été le facteur déclenchant d'un militantisme qui l'a mené, jeune, à suivre les discours de Messali Hadj, à côtoyer les militants du PPA et ceux du MTLD jusqu'au déclenchement de la révolution.
Elle fît la connaissance de Abane et devint sa secrétaire en 1955. Elle fut, à ce titre, chargée avec l'équipe technique, qui avait pour seule logistique une ronéo, à sortir le premier numéro d'El Moudjahid, volumineux, de 70 pages, tient-elle à rapppeler dans un entretien avec un confrère de la presse nationale comme pour souligner la "prouesse" et surtout dire que le défi a été bel et bien relevé.
Une confiance absolue s'était établie entre elle et Abane, ce qui lui valut de connaître tous ses refuges. Et le principal sera celui de Belcourt à côté du Jardin d'essais qui n'était autre que sa maison. Elle sera arrêtée une première fois en 1955 et transférée à la prison Serkadji avant de l'être une seconde fois en 1957 alors qu'elle était secrétaire du comité de coordination et d'exécution (CCE).
Elle connut d'abord la torture à la caserne des bérets bleus à Hussein Dey. Puis ce fut Serkadji, El Harrach, la prison la roquette en France. Atroces et abominables furent ses mots lorsqu'elle se rappelle ses instants de douleur, une douleur indicible qu'elle a traînée jusqu'à la fin de ses jours.
En dépit du poids des années, Nassima Hablal avait gardé ses souvenirs bien enfouis dans sa mémoire. Ce corps frêle était habité par une âme de militante à l'engagement sans faille. Une militante qui s'est formée aux côtés de gens désintéressés comme son compagnon de lutte Mustapha Ben mohamed, un militant de la cause nationale et un fervent défenseur des travailleurs qui disparaît le même jour que Nassima Hablal comme pour signer la fin d'un engagement dévoué, entamé depuis plus de soixante ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.