Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Des données confirment que la mosquée de Sidi-Ghanem (Mila) est la plus ancienne d'Afrique" (chercheur)
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 05 - 2013

Un chercheur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), le Dr. Hocine Taoutaou, a affirmé, lundi à Mila, que des données chronologiques fiables confirment que la mosquée Sidi Ghanem, à Mila, est la plus ancienne d'Afrique.
Intervenant lors d'un colloque national consacré à la mosquée "Abou El Mouhadjer Dinar" (en réference à l'un des compagnons du prophète Mohamed), connue sous le nom de "Mosquée de Sidi-Ghanem", le Dr. Taoutaou a souligné que la construction de cet édifice remonte au 8e siècle de l'ère chrétienne.
"C'était, à l'origine, une modeste construction, reconstruite, selon le voyageur Abou Obeid el Bekri (1028-1094) sans qu'il n'y ait eu de changements notables dans sa conception originelle pendant les périodes turque et française", a-t-il précisé en déplorant que ce monument historique mis au jour en 1968, n'ait pu bénéficier d'études qu'il mérite.
Ce colloque organisé par la direction des Affaires religieuses vise "à donner à cette mosquée l'importance qu'elle mérite, en répondant aux questions que se posent les hommes du culte, les historiens et les archéologues", soulignent les organisateurs.
De son côté, Ismaïl Samaï, professeur d'histoire et de civilisation musulmane à l'université Emir-Abdelkader de Constantine, a indiqué que le choix de Mila, qualifiée de "deuxième Carthage" par Abou El Mouahdjer Dinar, était motivé par des considérations économiques en prévision de la poursuite des Foutouhate qui le conduiront jusqu'à Tlemcen.
Pour sa part, Alloua Amara, de la faculté des lettres et des sciences islamiques de Constantine, intervenant sur le thème "Abou el Mouhadjer Dinar, entre les récits arabes et les lectures orientalistes... images et perspectives", a récusé la thèse selon laquelle la mosquée daterait de l'époque d'Abou El Mouhadjer Dinar, estimant qu'"il n'y a pas lieu d'effacer le nom de Sidi-Ghanem".
D'autres débats autour de cette mosquée datant de plusieurs siècles, marqueront la deuxième journée du colloque, demain mardi, animés par des spécialistes en histoire, en archéologie et en sciences islamiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.