La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impératif de lutter dans une "démarche globale" contre la cybercriminalité soulignée à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 06 - 2013

L'impératif de lutter, à travers une "démarche globale", contre la cybercriminalité et la prise en compte de la cybersécurité par les institutions nationales et entreprises publiques et privées ont été soulignées mercredi à Alger par le secrétaire général du ministère de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement, Abderrazak Henni.
"Nous sommes appelés chacun dans sa position à s'intégrer dans une démarche globale de lutte contre la cybercriminalité au côté de toutes les parties prenantes", a indiqué M. Henni à l'ouverture d'un séminaire sur la cybersécurité, organisé par deux entreprises algériennes spécialisées dans la sécurité des réseaux informatiques, à savoir le SSRI et ITS2.
M. Henni a souligné la nécessité de la mise en place d'une formation en matière de cybersécurité afin, a-t-il dit, d'"optimiser" la lutte contre la cybercriminalité au sein des entreprises algériennes, appelant à cet égard, à une implication "efficace" des universités, écoles et centres de formation professionnelle algériens.
Il a relevé que son département ministériel s'atèle à faire prendre conscience aux entreprises algériennes des divers risques qui les guettent en matière de protection des données les concernant et, notamment, transitant par l'Internet.
Il a cité certaines informations qui peuvent être exploitées par les cybercriminels tels que les dossiers des clients, l'historique des ventes, les listes des contrats de l'entreprise, les renseignements sur les employés, les informations financières, les brevets et les marchés.
M. Henni a réitéré, à cette occasion, la disponibilité de son département ministériel à œuvrer "significativement" au développement du dispositif réglementaire de lutte contre la cybercriminlaité ainsi qu'à toute autre initiative versant dans cet objectif.
"Une campagne d'information sur les moyens juridiques et judiciaires de lutte contre ce fléau est nécessaire et à prévoir", a-t-il ajouté.
La cybersécurité, un enjeu réel en 2013
De son côté, le directeur général de SSRI, Abdelaziz Derdouri, s'est penché sur les "enjeux réels" de la cybersécurité en 2013.
Il a noté une augmentation de 42% des cyber-attaques contre la PME/PMI en 2012 avec pour objectif "le vol de la propriété intellectuelle", estimant que les cyber-attaques contre les petites entreprises "continueront à augmenter car elles sont plus vulnérables et n'offrent pas de résistance aux intrusions".
Selon lui, les petites entreprises sont généralement moins prudentes dans leurs cyber-défenses pensant que ce sont les grandes entreprises qui représentent le plus d'intérêt pour les cybercriminels.
Les cybercriminels visent généralement à prendre le contrôle d'un système informatique tels que le vol de données (secrets militaires, diplomatiques ou industriels, données personnelles, bancaires, etc.), à empêcher le fonctionnement de systèmes et à déstabiliser des économies.
Une cyber-attaque contre les institutions ou entreprises constitue "une menace à la sécurité nationale aussi sérieuse qu'une attaque menée par des armes conventionnelles", a-t-il dit, estimant que l'interruption des réseaux des infrastructures sensibles "pourrait se traduire en effets économiques catastrophiques et ébranler considérablement la confiance et la stabilité d'un pays".
"La cyber-menace est en train de devenir la menace principale avant le terrorisme à cause des préjudices à l'économie, à la sécurité nationale et à la stabilité de la nation", a-t-il prévenu, donnant l'exemple de la France qui vient de définir le cyberespace comme étant désormais un champ de confrontation et les cyber-attaques comme la troisième menace la plus importante derrière "l'agression contre le territoire national par un autre Etat" et les "attaques terroristes".
Le séminaire, qui a pour objectif d'informer et de sensibiliser sur les risques de la cybercriminalité, a été parrainé par le ministère de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement.
Il a réuni un groupe d'experts qui ont planché sur "les menaces, la cybercriminalité et sur les techniques et les modèles d'organisation et de solution de défense".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.