Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impératif de lutter dans une "démarche globale" contre la cybercriminalité soulignée à Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 06 - 2013

L'impératif de lutter, à travers une "démarche globale", contre la cybercriminalité et la prise en compte de la cybersécurité par les institutions nationales et entreprises publiques et privées ont été soulignées mercredi à Alger par le secrétaire général du ministère de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement, Abderrazak Henni.
"Nous sommes appelés chacun dans sa position à s'intégrer dans une démarche globale de lutte contre la cybercriminalité au côté de toutes les parties prenantes", a indiqué M. Henni à l'ouverture d'un séminaire sur la cybersécurité, organisé par deux entreprises algériennes spécialisées dans la sécurité des réseaux informatiques, à savoir le SSRI et ITS2.
M. Henni a souligné la nécessité de la mise en place d'une formation en matière de cybersécurité afin, a-t-il dit, d'"optimiser" la lutte contre la cybercriminalité au sein des entreprises algériennes, appelant à cet égard, à une implication "efficace" des universités, écoles et centres de formation professionnelle algériens.
Il a relevé que son département ministériel s'atèle à faire prendre conscience aux entreprises algériennes des divers risques qui les guettent en matière de protection des données les concernant et, notamment, transitant par l'Internet.
Il a cité certaines informations qui peuvent être exploitées par les cybercriminels tels que les dossiers des clients, l'historique des ventes, les listes des contrats de l'entreprise, les renseignements sur les employés, les informations financières, les brevets et les marchés.
M. Henni a réitéré, à cette occasion, la disponibilité de son département ministériel à œuvrer "significativement" au développement du dispositif réglementaire de lutte contre la cybercriminlaité ainsi qu'à toute autre initiative versant dans cet objectif.
"Une campagne d'information sur les moyens juridiques et judiciaires de lutte contre ce fléau est nécessaire et à prévoir", a-t-il ajouté.
La cybersécurité, un enjeu réel en 2013
De son côté, le directeur général de SSRI, Abdelaziz Derdouri, s'est penché sur les "enjeux réels" de la cybersécurité en 2013.
Il a noté une augmentation de 42% des cyber-attaques contre la PME/PMI en 2012 avec pour objectif "le vol de la propriété intellectuelle", estimant que les cyber-attaques contre les petites entreprises "continueront à augmenter car elles sont plus vulnérables et n'offrent pas de résistance aux intrusions".
Selon lui, les petites entreprises sont généralement moins prudentes dans leurs cyber-défenses pensant que ce sont les grandes entreprises qui représentent le plus d'intérêt pour les cybercriminels.
Les cybercriminels visent généralement à prendre le contrôle d'un système informatique tels que le vol de données (secrets militaires, diplomatiques ou industriels, données personnelles, bancaires, etc.), à empêcher le fonctionnement de systèmes et à déstabiliser des économies.
Une cyber-attaque contre les institutions ou entreprises constitue "une menace à la sécurité nationale aussi sérieuse qu'une attaque menée par des armes conventionnelles", a-t-il dit, estimant que l'interruption des réseaux des infrastructures sensibles "pourrait se traduire en effets économiques catastrophiques et ébranler considérablement la confiance et la stabilité d'un pays".
"La cyber-menace est en train de devenir la menace principale avant le terrorisme à cause des préjudices à l'économie, à la sécurité nationale et à la stabilité de la nation", a-t-il prévenu, donnant l'exemple de la France qui vient de définir le cyberespace comme étant désormais un champ de confrontation et les cyber-attaques comme la troisième menace la plus importante derrière "l'agression contre le territoire national par un autre Etat" et les "attaques terroristes".
Le séminaire, qui a pour objectif d'informer et de sensibiliser sur les risques de la cybercriminalité, a été parrainé par le ministère de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement.
Il a réuni un groupe d'experts qui ont planché sur "les menaces, la cybercriminalité et sur les techniques et les modèles d'organisation et de solution de défense".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.