Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nécessité de sensibiliser l'opinion publique à la "cruauté" de la peine de mort
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 10 - 2013

L'opinion publique mérite une "grande" sensibilisation aux conditions de l'application de la peine de mort et à la "cruauté" par laquelle sont exécutées les personnes condamnées à cette peine, abolie par plus de 140 pays, ont estimé mercredi à Alger des juristes et défenseurs des droits de l'homme.
Au-delà de l'aspect "cruel" de la mise à mort des personnes à exécuter, les participants à une table-ronde organisée par la délégation de l'Union européenne (UE) en Algérie au siège de l'ambassade de l'Italie, à l'occasion de la Journée mondiale de l'abolition de la peine de mort, étaient unanimes à constater que cette peine "n'a pas réduit la criminalité".
A ce propos, le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini, était catégorique : "La peine de mort n'est pas une question de cruauté seulement mais tout simplement, elle ne sert absolument à rien, du fait qu'elle n'a pas réduit la criminalité".
Plaidant, plutôt, pour la réclusion à perpétuité, Me Ksentini estime que cette condamnation est "beaucoup plus sévère par rapport à la peine de mort qui n'est, au fond, qu'une délivrance pour la personne ayant commis un crime", tout en jugeant "dérisoires" les causes de certaines exécutions, en Algérie comme ailleurs.
De son côté, la représentante d'Amnesty International Algérie, Me Hassina Oussedik, a mis en lumière l'importance de l'élaboration de "véritables" programmes d'information pour sensibiliser l'opinion publique à la "cruauté" et l'"horreur" des conditions "inhumaines" de l'application de la peine de mort qui est encore appliquée dans une quarantaine de pays.
Précisant que les familles des victimes "réclament justice et réparation sans, forcément, demander vengeance", Me Oussedik qui qualifie la peine de mort d'"assassinat organisé et prémédité", a, à cet égard, mis l'accent sur la nécessité d'instaurer une "vraie" justice et de lancer plus de débats pour une "meilleure" prise de conscience sur cette peine "irréversible".
Par ailleurs, l'aspect philosophique de la vie et de la mort a été évoqué lors de la rencontre, manière de rappeler que face à la mort, tous les hommes sont égaux, quelles que soient leurs appartenances géographiques, ethniques ou religieuses.
A ce propos, l'ancien procureur général, Me Abdelkader Benhenni, dira que "la peine de mort touche l'humanité. Elle touche la vie humaine où elle se trouve et quel que soit le système juridique appliqué".
Sur ce point, le membre de l'Association des Oulémas musulmans, Kamel Chekkat, a exprimé un avis différent en précisant que "la peine de mort doit être abordée en tenant compte de certains nombres de paramètres dont l'aspect religieux" car cette peine est appliquée, selon lui, "non pour faire plaisir à Dieu, ni pour assouvir une vendetta, mais pour éviter le pire".
Il a tenu à rappeler que "les crimes crapuleux et un certain nombre de délits sont passibles de la peine de mort selon les dispositions coraniques", notant, toutefois, que "l'islam n'excluait pas la possibilité pour le criminel qu'il soit assorti d'un sursis, si la famille de la victime renonce à l'exécution".
La table-ronde a été précédée par la projection du film "Tu ne tueras point", réalisé en 1988 par le polonais Christoph Kieslowski. Ce long métrage de 81 minutes a remporté le prix du jury au festival de Cannes et élu film européen durant la même année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.