Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CNMA: la fièvre aphteuse confirme la nécessité de la prévention
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 09 - 2014

La propagation récente en Algérie de la maladie de la fièvre aphteuse a confirmé "la nécessité d'inculquer la culture de la prévention et de la gestion des risques dans le milieu agricole et rural en Algérie", a souligné mardi le PDG de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), Cherif Benhabiles.
Seulement 163 éleveurs bovins ont fait déclaration de sinistre après que leurs bétails eurent été touchés par l'épizootie de la fièvre aphteuse, a indiqué à l'APS M. Benhabiles, précisant que les éleveurs assurés représentent entre 8 et 8,3% de l'ensemble des professionnels de la filière.
Le montant des indemnisations relatives à ce sinistre s'élève à quelque 21 millions de dinars.
"C'est un très faible taux par rapport aux potentialités existantes dans la branche", a observé M. Benhabiles qui explique cette situation par "un problème de confiance entre les professionnels et les assureurs de manière générale".
En outre, poursuit-il, la faible adhésion du monde agricole et rural à l'assurance s'explique également par un déficit de communication et de sensibilisation de la part des assureurs mais aussi les tarifs élevés des primes d'assurance, en particulier celles liées à la couverture contre les calamités", selon le PDG de la CNMA.
Pour ce deuxième facteur, M. Benhabiles a relevé que l'offre actuelle en matière de couverture contre les calamités "n'est pas adaptée aux moyens financiers, parfois limités, des agriculteurs".
Afin de remédier à cette situation, le patron de la CNMA a préconisé la mise en place par les pouvoirs publics de dispositifs économiques d'assurance contre les différents sinistres à commencer par les cultures stratégiques (pomme de terre, tomate, céréales) et les activités d'élevage.
"L'assurance doit aussi être utilisée comme un instrument de gestion des risques et un moyen pour suppléer aux dispositifs étatiques de subvention pour sécuriser le revenu de l'agriculteur et contribuer à assurer la sécurité alimentaire du pays", a-t-il insisté.
20 jours pour indemniser les sinistrés
M. Benhabiles a, en outre, préconisé de transformer la CNMA en "un guichet unique dans lequel l'agriculteur pourrait trouver tous les services dont il a besoin (assurances, crédits, sécurité sociale...)".
Le PDG de la CNMA a, par ailleurs, assuré que tous les éleveurs dont le bétail a été affecté par la fièvre aphteuse ont été indemnisés dans un délai de 20 jours maximum à compter de la date de dépôt de leurs dossiers à l'exception de certaines assurés qui ont été appelés à compléter leurs dossiers.
"Nous avons même procédé à des avances sur sinistres pour permettre aux éleveurs assurés de reprendre leurs activités", a-t-il fait savoir, ajoutant que "cette initiative a donné plus de crédibilité à la CNMA face à ses clients".
Dans le même sens, la valeur de l'indemnisation est définie dans le contrat d'assurance par des critères incluant, entre autres, le prix du bovin déclaré par l'assuré et en fonction du degré du sinistre.
"Seul l'expert est habilité à définir la valeur de l'indemnisation", a précisé M. Benhabiles, assurant qu'aucun cas de dossier frauduleux n'a été signalé jusqu'à présent.
La CNMA a réalisé une progression conséquente du chiffre d'affaires de ses branches assurances avec une hausse de 22% en 2013 par rapport à 2012.
Elle détient désormais une part de 81% dans le marché des assurances agricoles avec une évolution de 15% par rapport à l'exercice précédent.
La CNMA dispose actuellement d'un réseau de 66 Caisses régionales (CRMA) et de 367 bureaux locaux répartis sur le territoire national, selon un bilan récent de cet établissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.