Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





60 ans après Bandung, les défis de la paix et du développement interpellent toujours
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 04 - 2015

Les défis liés à la paix, à la sécurité et au développement interpelleront les dirigeants de dizaines de pays au sommet Asie-Afrique mercredi et jeudi à Jakarta, 60 ans après la conférence de Bandung, alors qu'un nouveau chapitre est appelé à s'ouvrir dans la coopération afro-asiatique.
Le sommet Asie-Afrique de cette année a pour thème "Renforcer la coopération Sud-Sud pour promouvoir la paix et la prospérité mondiales". Les pays des deux continents accordent tous une priorité au maintien de la paix et au développement
économique ainsi qu'une grande importance aux principes de Bandung pour resserrer la coopération multidisciplinaire dans divers domaines (politique, sécurité, investissement, commerce, tourisme, échanges culturels...), l'alliance Asie-Afrique, l'optique étant de valoriser les potentiels au profit des deux continents.
Pas moins de 33 chefs d'Etat et de gouvernement de même que les représentants de 77 pays d'Asie et d'Afrique et de plusieurs organisations régionales et nternationales,sont attendus à Jakarta.
L'Algérie sera présente à cet événement à travers une délégation conduite par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
La commémoration du 60ème anniversaire de la Conférence afro-asiatique de Bandung intervient dans un contexte régional et international complexe marqué notamment par de profondes disparités entre le Nord et le Sud.
- Nouveau chapitre dans la coopération Asie-Afrique -
Le rendez-vous de Jakarta ouvrira "un nouveau chapitre" dans la coopération Asie-Afrique", a déclaré la ministre des Affaires étrangères indonésienne Retno Marsudi, lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion ministérielle.
La ministre a rappelé les significations historiques de la conférence de Bandung d'avril 1955, disant qu'il est nécessaire d'ouvrir une nouvelle période de développement de la coopération en vue d'une "meilleure efficacité".
Elle a souligné l'importance de la démocratie, de l'égalité et des droits de l'homme en Asie, en Afrique et dans le monde, et appelé les pays des deux continents à "intensifier la coopération Sud-Sud et triangulaire, à collaborer pour affronter ensemble les défis, réduire les écarts de développement, ainsi qu'a multiplier les échanges culturels...".
Les participants au sommet se pencheront trois principaux thèmes, à savoir, la Palestine, la coopération Sud-Sud et les grandes questions intéressant les Etats des deux continents.
Au programme de la réunion qui commémore également le 10ème anniversaire du Partenariat stratégique Asie-Afrique signé en 2005 à Bandung, figure notamment une réunion des hauts responsables, en plus d'une réunion ministérielle sur l'économie mardi.
En marge des commémorations, l'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, va présider une réunion sur le conflit au Yémen, à la demande de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).
Le Yémen est déchiré par des combats entre rebelles houthis et partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite face à l'avancée rebelle. Une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a lancé le 26 mars des frappes aériennes pour contrer l'offensive rebelle.
- Commémoration de Bandung: revisiter une histoire commune -
Les plus hauts dirigeants participeront aux réunions mercredi et jeudi, avant de commémorer le 60e anniversaire de la Conférence à Bandung, ville de la grande île de Java en Indonésie.
La conférence s'était tenue du 18 au 24 avril 1955 à Bandung avec la présence de délégations de 29 pays africains et asiatiques dont la plupart avaient accédé à l'indépendance après des années de colonialisme et d'occupation étrangère.
La conférence qui était placée sous le signe de l'unité reste le symbole d'une prise de conscience de la part des peuples asiatiques et africains qui ont affirmé leur volonté commune d'indépendance et de lutte contre le colonialisme ou le néo-colonialisme. Elle marquait l'entrée en scène du tiers monde et préludait à la fondation du mouvement des non-alignés (MNA) dans un monde alors en pleine guerre froide.
Mais depuis la chute du Rideau de fer, le MNA peine à rester d'actualité, alors que le nombre de ses membres a augmenté et représentent désormais une importante part de l'économie mondiale.
Le mouvement des pays non alignés, créé officiellement en 1961 à Belgrade, constitue le plus grand rassemblement en dehors des Nations unies dont les pays membres représentent les deux tiers (2/3) de l'organisation onusienne et comptent 55 % des habitants du Globe.
Si la vision saluée de la "tradition du non-alignement" laisse sceptiques de nombreux analystes, certains observateurs estiment que l'influence grandissante de l'économie des pays participants montre des signes de renouveau au sein du mouvement.
Par Fatiha Khalef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.