Les indépendants à l'assaut des communes    La décontamination en débat    L'allocation chômage entrera en vigueur début 2022    Le Gouvernement s'engage    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    Des retards qui font mal    Le pari de la sécurité sanitaire    Tebboune tiendra sa promesse    Lamamra brille à New York    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Ajournement de plusieurs procès de hirakistes    Nombreuses et inquiétantes fuites d'eau à Ghebal    Des salaires à corriger    Le Ghanéen Laryea au sifflet    Algérie-Soudan les 20 et 26 octobre    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Avenir radieux pour le gaz ?    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    À quand le vrai bonheur?    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tizi-Ouzou : le moudjahid Ahmed Zmirli inhumé au cimetière de M'douha
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 11 - 2016

OUZOU - Le moudjahid Ahmed Zmirli, décédé samedi à l'âge de 93 ans au CHU Nedir Mohammed de Tizi Ouzou, a été inhumé dimanche au cimetière de M'douha du chef-lieu de wilaya.
Une foule nombreuse parmi laquelle des amis et des proches du défunt, ainsi que des moudjahidine de la région, a accompagné la dépouille à sa dernière demeure en signe de reconnaissance pour l'engagement de Feu Zmirli et son travail au sein du mouvement national depuis les années 1930 pour l'indépendance de l'Algérie.
L'enterrement s'est déroulé en présence également des autorités locales à leur tête le wali de Tizi Ouzou Mohammed Boudarbali et des représentants de la famille révolutionnaire notamment l'association nationale des enfants de chouhadas (ONM) et l'association des filles et veuves de chahids de la wilaya.
Le wali de Tizi Ouzou a déclaré à l'APS que sa présence à l'enterrement était "un devoir, Si Ahmed Zmirli étant un grand moudjahid qui a marqué de son empreinte la guerre de libération nationale mais aussi un homme qui a servi son pays même après l'indépendance en occupant des postes de responsabilité au sein de l'Administration, notamment celui de premier wali de Tizi Ouzou nommé par décret présidentiel en 1964".
Les présents aux funérailles parmi les moudjahidines ont évoqué un homme discret qui s'est retiré de la scène depuis une vingtaine d'années malgré son parcours glorieux de moudjahid et de serviteur de la nation après l'indépendance du pays.
Tizi Ouzou : Ahmed Zmirli, exemple de loyauté et de dévouement au service du pays (Témoignages)
TIZI OUZOU- Le moudjahid Ahmed Zmirli, décédé samedi à Tizi-Ouzou à l'âge de 93 ans, était un exemple de loyauté et dévouement au service de son pays, ont témoigné à l'unisson des moudjahidine venus dimanche en nombre lui rendre un dernier hommage avant sa mise en terre au cimetière de M'douha.
Aït Ahmed Si Ouali comme d'autres moudjahidine interrogés par l'APS, a déclaré ne pas avoir connu personnellement le regretté puisqu'ils ne sont pas issus de la même génération. Il a reconnu, cependant, que Si Rachid, le révolutionnaire, a toujours été cité par ses compatriotes à chaque occasion qu'on voulait parler de l'amour de la patrie et du combat engagé sans conditions pour l'indépendance de l'Algérie.
"Si Ahmed était l'un des premiers enfants à être scolarisé dans une école française. Il avait la chance de poursuivre ses études et d'occuper des postes de responsabilité dans l'administration coloniale. Mais très jeune (19 ans), il a choisi de défendre la cause de son pays et d'oeuvrer pleinement pour son indépendance", a-t-il témoigné.
Pour Si Ouali, c'est cet engagement qui a valu au défunt son exclusion du collège français de la Haute ville de Tizi Ouzou après avoir déclenché une grève avec M'barek Aït Menguellet.
Après le déclenchement de la guerre de libération nationale en 1954, feu Zmirli faisait déjà partie du FLN et a continué son travail jusqu'à son arrestation en 1958, a-t-il rappelé, poursuivant que même après l'indépendance Ahmed Zmirli a toujours plaidé pour l'unité des rangs en vue de développer le pays.
Un autre moudjahid, Mokrane Benyoucef, rencontré au domicile mortuaire, a évoqué un homme "humble, simple et discret". "Un homme qui aimait se remémorer ses souvenirs au sein des Scouts musulmans algériens qu'il a intégrés en 1938, puis au PPA avant de militer au sein du FLN entre 1954 et 1958, date de sa mise en prison par l'armée française.
"Cet homme nous a toujours conseillés de transmettre l'Histoire aux jeunes générations. Pour lui, connaître l'histoire de son pays est le secret de tout développement, car une nation sans Histoire est comme un individu sans repères", se rappelle encore M. Benyoucef.
Pour sa part, la présidente de l'Association des filles et veuves de chahid de Tizi Ouzou a déploré le départ de l'un des moudjahidine qui a consacré toute sa vie au service de l'Algérie, en s'engageant pour son indépendance pendant la période coloniale, puis en oeuvrant pour son développement, après 1962.
D'autres, comme Hadj Youcef Belkacem, ont relevé que Si Ahmed Zmirli s'est retiré de la scène locale depuis quelques années après avoir pris sa retraite.
"C'était quelqu'un qui préférait la discrétion et la vie paisible loin des regards. En somme, c'était un grand nationaliste qui n'aimait pas faire parler de lui, ni de son combat et de son grand amour pour sa patrie", reconnaissent-ils.
Le défunt, né à Tizi Ouzou le 3 mai 1923, n'est jamais reparti en France après l'indépendance. Il passait son temps entre Tizi Ouzou et Alger avant de s'installer définitivement dans sa ville natale, il y a quatre ans, témoignent encore des membres de sa famille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.